TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : France, ton tourisme fout le camp…

l'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 11 Mars 2013

Terrible le rapport pondu récemment par le Forum Economique Mondial ! La France dégringole du 3ème au 7ème rang en termes de compétitivité dans les secteurs du tourisme et du voyage… Pas glop !



Bien sûr, la France est toujours autant fréquentée, mais moins et, comme je l'écrivais récemment, les touristes traversent, vite fait… Mais il n'y a pas que ça.  - Photo JdL
Bien sûr, la France est toujours autant fréquentée, mais moins et, comme je l'écrivais récemment, les touristes traversent, vite fait… Mais il n'y a pas que ça. - Photo JdL
Et pourtant.

A force de jouer les cadors, de se dire que la France est "incontournable" touristiquement parlant et que finalement "ça marchera tout seul", on finit par tomber sur un os !

Ben oui. Bien sûr, la France est toujours autant fréquentée, mais moins et, comme l'écrivais récemment, les touristes traversent, vite fait… Mais il n'y a pas que ça.

Le rapport pointe surtout du doigt l'indifférence crasse que le tourisme inspire à nos autorités à nous, même si la France reste le premier pays touristique du monde au plan de la fréquentation et le 3ème en termes de recettes…

Non, la 7ème place, nous la devons essentiellement à notre manque de compétitivité en matière de prix, de services, de fiscalité et de droit du travail. Eh oui.

Les Allemands, par exemple, les Espagnols et bien d'autres, ont inscrit le tourisme comme une "priorité nationale". Pas fous, ils ont compris que ça coûte pas grand-chose et ça peut rapporter gros.

Et ça, c'est quand même assez simple à comprendre, ça ne date pas d'hier.

La case de l'Oncle Dom : France, ton tourisme fout le camp…
Pour une fois, je ne jetterai pas la pierre à Sylvia Pinel, ma chouchoute qui a changé de look.

Bravo, c'est nettement mieux et ça fait plus du tout Bécassine.

Après tout, elle n'a fait que reprendre la patate chaude (enfin chaude, c'est beaucoup dire) de mon regretté Fred Zadig qui commence à s'agiter dans les couloirs et qui lui a laissé un héritage qu'elle aurait mieux fait de refuser.

D'autant qu'en France, si l'on veut trouver quelque 5 milliards de rabiot en économies, va encore falloir serrer la ceinture. Comme déjà le budget du Tourisme était quasi inexistant, ça craint…

Sans doute pour ça que la France brillait par son absence au BIT (Salon du Tourisme de Milan) et se montrait pour le moins discrète à Berlin la semaine dernière. Faut dire qu'à ITB, le prix du stand ferait pâlir d'envie Jean-François Alexandre !

Ce qui est un peu navrant malgré tout, c'est que, encore une fois, le tourisme, le voyage est devenu au 21ème siècle, un véritable secteur industriel, au même titre que l'automobile ou le bâtiment.

Seulement, les professionnels du tourisme sont des gens bien élevés (enfin, presque) qui, mais ça c'est français aussi, préfèrent souvent se démerder tous seuls plutôt que se morfondre en attendant des jours meilleurs.

Apparemment, Sylvia Pinel, dans un récent discours prononcé en Isère le 5 mars dernier, commence à prendre conscience de tout ce bazar.

Le problème, c'est qu'entre les paroles et les actes, y'a de la marge… "Nous le devons à la France", terminait Sylvia lors de son discours. Certes, parce que La France le vaut bien.

Reste à savoir si le gouvernement est prêt à en faire une priorité nationale ?

Lu 2523 fois

Notez


1.Posté par Gaulerien le 12/03/2013 08:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il serait peut être temps de se pencher sur "Atout France"...

Comprendre s'il est nécessaire d'avoir autant de monde salarié dedans, payé en dehors, des locaux et un train de vie aussi "diplomatique"...
Analyser a combien se chiffre les budgets provenant des OT/CDT/CRT qui y sont absorbés, afin de mieux comprendre quelle valeur au final est dépensé en promotion pure...
Voir s'il n'y a pas un décalage entre les entrées et les sorties quoi, au cas ou au final, on paiera pas plusieurs fois le fonctionnement de cette entité d’utilité publique !

Parce que si c'est une simple agence de communication, marketing, relation presse et publique, faudra quand même commencer a faire des appels d'offre afin de travailler en toute légalité !!!

2.Posté par Ayla le 12/03/2013 08:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour avoir tenté de monter un réceptif en France il y a une dizaine d’année, je peux témoigner de la difficulté rencontrée. Non pas avec les pouvoirs publics, qui avaient été plutôt positifs, mais avec les hôteliers.
Les hôteliers avec lesquels j’avais tenté de travailler ne connaissaient pas la différence entre un tarif FIT et un tarif groupe. Le mot « commission » était considéré comme grossier et au mieux on me déléguait royalement du 7%.
Et dans certains cas, l’hôtelier vous court circuitait pour travailler en direct avec votre client (eh oui, les clients vérifient les tarifs hôtels et peuvent prendre contact avec l’hôtel que vous aviez mentionné dans votre cotation).
C’était encore le reliquat de l’âge d’or du tourisme en France, ou on avait pas besoin de faire des efforts... le touriste arrivait dans tous les cas...
Avant cela, et de nouveau aujourd’hui, j’ai pratiqué mon métier au Moyen-Orient (Egypte, Israël et Jordanie).
Ici, les hôteliers vous font des tarifs groupes qui n’ont rien à voir avec les tarifs FIT. Les commissions sont un concept parfaitement intégré dans le métier.
Ils savent que court circuiter l’agence locale est une politique à court terme et que cela ne vaut pas la mauvaise réputation qui va les entacher.
Je ne dis pas que c’est le paradis ici, la situation géopolitique fait peur, souvent à tort d’ailleurs. Mais le relationnel avec les acteurs du tourisme est bien meilleur qu’en France. Ici, on veut tous la même chose, amener un maximum de touristes et les satisfaire.

3.Posté par Hervé Rocle le 12/03/2013 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Facebook
Bravo Dominique pour ton édito, et bravo à AYLA pour ton point de vue d'expatrié.
il semble urgent que tous les acteurs du tourisme prennent conscience du fait que les visiteurs étrangers ont besoin des services professionnels de chacun d'entre nous, et que, si chacun d'entre nous fait consciencieusement son job sans chercher à piquer le business des copains, le visiteur sera bien servi d'un bout a l'autre de la chaine.
alors à quand un tour de table ou les compagnies aériennes et les autocaristes transportent, les hoteliers hébergent, les offices du tourisme mettent leur territoire en valeur, les guides accompagnent, les receptifs organisent et les agences physiques et web entretiennent la relation client...
ce monde utopique n'existe pas en France, il parait cependant indispensable d'y réfléchir et de le créer pour aborder le tourisme de demain en ordre rangé plutot que dispersé. Pour faire en sorte d'augmenter notre PIB sur un de nos points forts non délocalisable, notre patrimoine historique, culturel gastronomique et oenologique.... et que demain, les visiteurs étrangers disent : "champions du monde ces Français...

4.Posté par Silent le 12/03/2013 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Vous dites "Non, la 7ème place, nous la devons essentiellement à notre manque de compétitivité en matière de prix, de services, de fiscalité et de droit du travail."

Sur quelles sources vous appuyez vous ? Doit on déconstruire le droit du travail déjà bien mis à mal pour devenir compétitif mondialement ? N'y a t il pas d'autres atouts à jouer en matière de tourisme français ?

5.Posté par Dominique Gobert le 12/03/2013 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
à Monsieur ou madame Silent. Je ne fais que citer les conclusions du rapport publié par le Forum Mondial de l'Economie. Ce sont les sources sur lesquelles je m'appuie... en espérant ne pas me casser la figure!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com