TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : Info ou intox ? Thalasso "Zorro" veut sauver Donatello !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 23 Janvier 2015

C'était presque plié pour Donatello… jusqu'à l'arrivée du Robin des Bois. Raouf Benslimane, patron de Thalasso Number one, sentant la bonne occase à prix modérés, se lance dans la reprise. Info ou intox ?



C'est vrai que Donatello est une belle affaire, tant par la renommée de la marque que le prix dérisoire proposé pour son rachat (350 000€) pour la marque, auxquels on ajoute 50 000€ d'actifs - DR : Donatello et Alain Wacquier (Fotolia)
C'est vrai que Donatello est une belle affaire, tant par la renommée de la marque que le prix dérisoire proposé pour son rachat (350 000€) pour la marque, auxquels on ajoute 50 000€ d'actifs - DR : Donatello et Alain Wacquier (Fotolia)
Je voudrais commencer par exprimer ici toute ma sympathie aux salariés de Donatello, qui doivent passer des moments très difficiles.

Surtout lorsque l'on entend, à chaque rencontre, des vœux de "bonne année, hein… et la santé !".

Ben non, pour Donatello, c'est pas une bonne année. Et c'est bien navrant.

Pourtant, après la reprise de la marque créée par cet Italien qui croyait encore au bon goût, aux voyages de charme, d'élégance, on pouvait supposer que l'esprit, peut-être sans la forme, serait maintenu pour l'entreprise.

La crise aidant, les navrances géopolitiques de ces derniers temps auront achevé de briser le rêve.

Et peut-être aussi une stratégie qui ne correspondait pas forcément à la marque.

On ne refait pas un Marmara sur les vestiges de Pompéi !


Hervé Vighier, qui se voulait le "sauveur" de l'entreprise, aura fini par jeter l'éponge. Pour des raisons que la raison ignore encore… Mais qu'il a promis d'expliquer un jour.

La case de l'Oncle Dom : Info ou intox ? Thalasso "Zorro" veut sauver Donatello !
Travel Europe, propriétaire de Visit Europe, sa filiale française, s'est porté acquéreur de la belle Italienne.

Et c'est vrai que c'est une belle affaire, tant par la renommée de la marque que le prix dérisoire proposé pour son rachat (350 000€) pour la marque, auxquels on ajoute 50 000€ d'actifs.

Et 116 salariés envoyés pointer chez monsieur ou madame (c'est selon) Pôle Emploi !

Ça c'est cher... Trop cher !

Mais soudain, alors que la clôture des offres de reprises s'annonçait, tel un diable surgi de sa boite, voici venir Raouf Benslimane, le patron de Thalasso N°1, l'homme qui même lorsqu'il n'a rien à dire, parle quand même. Juste pour voir…

Remarquez bien que, dans ce cas précis, après avoir joint l'homme, il ne parle plus. Mais alors plus du tout !

Et je me demande bien si, justement, cette offre de reprise ne serait pas, dans une certaine mesure, une façon de faire un peu de "pub" gratuite, histoire de dire aussi que, chez Thalasso number one, tout va bien.

Si j'en crois les déclarations faites chez mon confrère L'Echo Touristique, la boîte est toujours en croissance, avec un chiffre d'affaires à faire pâlir bien des envieux. En revanche, côté bénéfice net, on n'a pas trop de détails...

En même temps, si un fond d'investissement est prêt, selon les dire de Benslimane, à lui permettre "d'accélérer sa croissance externe", pourquoi pas ?

Mais, si vous voulez mon avis (et même si vous n'en voulez pas), tout ça, se résumerait fort bien par quelques mots d'une chanson désuète mais qui a toujours son charme... "Paroles, paroles !"

Lu 3073 fois

Notez


1.Posté par ouaip le 23/01/2015 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Dominique, sur ce coup là, on ne peut qu'être d'accord avec vous....
Tout ceci n'est pas très cohérent....

2.Posté par chavonnet jacques le 23/01/2015 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La faillite d'une entreprise est, avant tout la responsabilité de son chef. Il a pris de mauvaises décisions et il est de son devoir d'en rendre compte aux gens qui lui ont fait confiance, et en premier lieu, les salariés. C'est la grandeur de ce métier de pouvoir assumer ses fonctions en toute liberté mais aussi en toutes circonstances, les bonnes comme les mauvaises.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com