TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : Responsabilité, et les transporteurs... bord... !?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 6 Décembre 2013

C'est tendance. En ce moment, on entend beaucoup parler produits différenciant, sur mesure, à la carte. Désolé d'y revenir, à Bruxelles, toujours sur la directive des voyages à forfait, on fait aussi la différence : TO et distributeurs d'un côté, transporteurs aériens… de l'autre !



Pour le moment, les compagnies aériennes, du haut de leur piédestal, regardent tout ça d'un œil tranquille - DR :  © kaycco - Fotolia.com
Pour le moment, les compagnies aériennes, du haut de leur piédestal, regardent tout ça d'un œil tranquille - DR : © kaycco - Fotolia.com
Tiens, pour une fois, y'a un colonel grec bien connu de nos services, qui parle avec intelligence. Intelligence, dans le sens premier du terme, à savoir comprendre de quoi on parle. Et avec qui je suis d'accord.

Je reviens encore et toujours, malgré le peu d'intérêt que semble marquer la profession pour cette affaire, sur ce qui est en train de se passer auprès de la Commission Européenne, c’est-à-dire (enfin surtout), déterminer et harmoniser dans l'Union la Responsabilité inhérente à la vente de voyages à forfait.

Je vais pas vous bassiner en répétant les différents scénarios (ii), vous les connaissez.

Y'a qu'un truc qui va pas et que, apparemment, personne ne semble trop pressé de soulever.

Quid, dans le cadre d'un voyage à forfait, de la responsabilité des transporteurs, la plupart du temps aériens, en cas de litige ? Surtout lorsque le forfait auquel avait souscrit le client n'a pu être accompli à la satisfaction générale ?

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Pour le moment, les compagnies aériennes, du haut de leur piédestal, regardent tout ça d'un œil tranquille.

Pas question d'être impliqué dans une quelconque responsabilité, disent ces messieurs dames. Nous, on a nos propres Conventions, respectivement celles de Varsovie et de Montréal si j'ai bonne mémoire et puis c'est tout, disent-ils.

Y'a des barèmes pour les pertes de bagages, les retards, les vols annulés et pour le reste, vous allez vous faire voir.

Dans la plupart des cas, du moins en France, quand y'a litige, le distributeur se retourne vers l'organisateur qui, généralement assume… et tente de se retourner, le cas échéant, vers son transporteur. Ce qui est quasi jamais gagné…

On a vu ce que ça a donné il y a deux ans (ou trop, je me souviens plus, ça passe trop vite), lors de l'éternuement du volcan fou, mais néanmoins islandais.

Si je me souviens bien encore, TO et distributeurs avait morflé. Dans ce cas d'ailleurs, on a vu ceux qui se préoccupaient vraiment de leurs clients, je pense à ce pauvre Fram qui avait assumé la quasi intégralité des frais de ses clients bloqués aux quatre coins du monde (plusieurs millions) et certains autres, que ma morale judéo-chrétienne à la veille des Fêtes de Noël m'interdit de mentionner ici! Ils se reconnaitront !

Mais, c'est bien connu, les compagnies aériennes sont les seigneurs du tourisme (saigneurs ?) ! Leur lobby à Bruxelles (ou ailleurs d'ailleurs!) est puissant…

Ce sont ces mêmes compagnies qui s'apprêtent d'ailleurs à instaurer de nouveaux critères de garanties auprès des professionnels du tourisme. Eh oui, on arrive bientôt à l'échéance des accords passés… Et là, y'aura pas de pitié.

En revanche, alors que TO et distributeurs sont soumis à la règle de Responsabilité et de garantie des fonds déposés par leurs clients, ces mêmes transporteurs se refusent à s'y plier.

Et, pour mémoire, la défaillance des TO ou/et distributeurs, représente dans les caisses de IATA une perte de 0.02% !

De ce côté-là, cependant, j'ai l'impression que les compagnies sont en train de faire leur cuisine entre elles (même XL Airways aussi, mais elle se lance du côté de Masterchef, on fait la tambouille qu'on peut).

Si j'en crois mon gros nez (et quelques amis bien informés), il semblerait qu'entre elles, les compagnies deviennent de plus en plus méfiante.

N'oublions pas ces fameux accords "interlines" qui relient entre elles pratiquement toutes les compagnies de la planète. Quand l'une d'entre elle se casse la tronche, tout le monde en prend un coup ! Logique.

Il semblerait que le salut vienne de ce côté-là. C'est juste pour vous montrer que je ne suis pas toujours négatif !

Haut les cœurs!

Lu 1164 fois

Tags : Bruxelles, Fram, IATA
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com