TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : SNCM, trahie, touchée… coulée ?

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Dimanche 6 Juillet 2014

Après des mois de tergiversations, d'espoirs, de plan de redressement, la SNCM traverse son 13ème jour de grève, alors que la saison estivale débute. Marc Dufour, Président viré, avait présenté un plan de redressement qui remportait les suffrages de tous… Sauf de l'Etat et des actionnaires !



La case de l'Oncle Dom : SNCM, trahie, touchée… coulée ?
Faut dire qu'à force de tirer sur les amarres, la SNCM aura fini par les larguer… pour sombrer, lentement mais surement.

Des années de monopole, des années d'insouciance fonctionariales de la part des syndicats ultra-puissants, un laisser-aller constant de la part de l'Etat, longtemps seul actionnaire… et voilà le résultat.

Au fil des ans, concurrence et Europe aidant, la SNCM n'a pas voulu (pas pu ?) s'adapter aux nouvelles donnes de l'économie.

Ce n'est un secret pour personne : les syndicats de marins, ultra-puissants au sein de la compagnie (et à Marseille en particulier), ont toujours voulu assumer la direction de la compagnie.

Et surtout profiter d'un fromage particulièrement savoureux, au mépris total des évolutions économiques.

L'Etat, toujours aussi courageux, n'a jamais eu les c... de s'imposer, d'abord en tant qu'actionnaire principal, puis en tant que responsable de la continuité du service public.

Pensez-donc : au fur et à mesure du délitement de la compagnie, il n'a eu de cesse de tenter de se débarrasser de la patate chaude… brûlante même.

Il a fini d'ailleurs par en refiler une partie à un actionnaire "ami"… Ami, certes, mais pas forcément dingue. Et surtout, pas idiot au point de perdre tout son pognon.

L'amende infligée par Bruxelles (eh oui, l'Europe, c'est aussi ça) à la SNCM de quelque 440 millions pour des aides publiques "illicites" n'aura fait que plomber un peu plus la SNCM.

La case de l'Oncle Dom : SNCM, trahie, touchée… coulée ?
Pourtant, le plan un peu dingue concocté par Marc Dufour, aurait peut-être permis de sauver la compagnie.

D'accord, il fallait quand même remettre un paquet de fric au pot, ce que, finalement, les actionnaires n'auront pas voulu risquer.

Comme l'Etat, Transdev et Veolia préfèrent s'éloigner de ce bourbier… en essayant de sauver quelques ronds.

Et pour l'Etat, un sale coup. Car, hélas, il ne reste plus rien à faire, sauf à trouver un repreneur éventuel, un fou furieux qui aurait l'envie d'investir des millions quasi à perte.

Ou alors, capable de remettre à plat cette compagnie, instaurer enfin de la productivité, réduire les coûts énormes.

Empêtré dans ses tergiversations, l'Etat n'aura pas eu le courage de décider.

Un coup, le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier approuve le plan de redressement, un coup il s'en éloigne. Faut dire qu'avoir le cul entre deux chaises, c'est pas un exercice facile…

Et finalement, ce pauvre Cuvillier, pourtant un expert dans le transport maritime, aura tranché. Ce week-end, il déclarait que la "mise en redressement judiciaire de la Compagnie" était la seule solution…

"Menteur" ont répondu les syndicats, qui voient surtout la perspective, inéluctable, de licenciements, sans pour autant que les restes de la SNCM puissent être sauvés…

Pour la Corse, c'est aussi une situation critique, tant sur le plan touristique que sur le plan purement économique.

Je ne parle pas non plus de ces distributeurs, agents de voyages, qui auront vendu la SNCM et pour qui la situation devient aussi dramatique.

Seule bénéficiaire de ce gigantesque gâchis : la concurrence, telle Corsica Ferries, qui, au fil du temps, a su s'imposer, tranquillement.

Faut dire que c'est une compagnie privée…


Lu 2090 fois

Notez


1.Posté par serge13 le 07/07/2014 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Votre article est bien fait. Vous oubliez quelques détails..... C'est une mafia la CGT sur le port. Je suis Marseillais. Croyez moi, ils bloquent en ce moment les navires de croisières, afin de faire réagir tout le monde. Ils n'arrêtent pas de se tirer une balle dans le pied. Le gouvernement laisse pourrir la situations, car effectivement, qui voudrait investir des millions dans une entreprise qui serait tenue par des dictateurs? Si vous saviez.... Le personnel se sert dans les cuisines, ils font passer des voyageurs sans payer ou avec beaucoup de corruption.... Un véritable scandale. Bref, la SNCM doit être totalement privée, et il faut annuler cette loi sur la continuité territoriale, qui plombe le port, empêche l'embauche, et détruit les emplois actuels.... Les bateaux de croisière n'accostent plus depuis 10 jours. Ils débarquent leurs clients par chaloupes et préfèrent accoster à Toulon. Une horreur. La CGT à bloqué le port en déposant à chaque entrée de celui-ci un système qui ne permet à aucun bateau de franchir les portes du port. Et la mairie laisse faire! C'est malheureux mais vouloir et souhaiter une privatisation et une abolition de service public, il faut le faire, mais ce n'est là que la seule solution. Merci

2.Posté par parisien75 le 07/07/2014 09:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hélas la cgt pas qu'à la sncm est le syndicat saboteur de l'économie nationale!!!!comment font les touristes pour venir en France qui est la pays des grèves,quand ce n'est pas air france,c'est les aiguilleurs du ciel en bref les experts en sabotage sont les syndicats

3.Posté par Sables d'Or le 07/07/2014 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une telle entreprise est une honte ! Si seulement elle ne faisait perdre de l'argent qu'à elle même mais le problème, c'est qu'elle entraîne dans son gouffre financier, des personnes qui bossent bien plus dur que ces pauvres marins syndiqués et les mènent droit vers la faillite ! Tant que l'Etat continuera à mettre de l'argent pour couvrir les pertes engendrées par certains salariés, on ne pourra pas s'en sortir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com