TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : en voyage, un bien portant est un malade qui s'ignore...

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 11 Avril 2014

Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et en mauvaise santé ! Encore qu'en France, riche ou pauvre, on a la chance de bénéficier de cette magnifique sécu, qui coûte cher, c'est vrai, mais qui peut quand même rapporter gros…



C'est vrai que chez nous, mes bons amis, dès qu'on a un petit pet de travers, il suffit d'aller consulter un médecin… ou parfois, d'encombrer les urgences des hôpitaux.

Pour la quasi majorité des citoyens de ce pays, ça ne coûte pas d'argent.

Enfin, presque pas ou du moins pas trop.

Mais faut pas croire que notre Sécu est universelle et que la carte Vitale traverse les frontières avec son proprio.

Parce que, si vous cassez un os en Turquie ou attrapiez une belle et sympathique tourista (la chiasse, pas la touriste féminine, bande de malsains), ça va vous coûter bonbon, pour peux que vous n'ayez pas de carte de crédit en or…

... ou que, radins, vous ayez décliné les propositions d'assurance de nos camarades Mondial, Avril (ne te découvre pas d'un fil), Présence et tous ceux que j'oublie, mais qu'ils me pardonnent.

A la lecture du super papier paru hier dans nos colonnes, j'ai ai eu des sueurs froides.

Bon, déjà, faut pas mourir à l'étranger. Encore que si c'est vous, c'est trop tard, vous verrez rien.

En revanche, ce sont vos accompagnants (ou ceux qui sont restés se geler les miches dans la froidure pendant que vous partiez vous ensoleiller) qui vont l'avoir douloureuse.

Oui, mourir à l'étranger, c'est pour vos pieds, si vous n'avez pas d'assurance.

Non seulement vous ferez de la peine à vos proches (excepté à votre belle deuch si vous êtes marié et qu'elle vous a survécu...) mais en plus vous leur ferez les poches.

Il faut savoir que les représentants de l'Etat français ne prennent pas en charge (sauf peut-être pour des otages et encore, je suis pas sûr), le rapatriement des macchabées.

La case de l'Oncle Dom : en voyage, un bien portant est un malade qui s'ignore...
Mais pas question de rester sur place non plus.

Faut évacuer vite fait, (ça sent mauvais après... surtout si ça arrive aux Tropiques) bien fait en payant le prix fort.

Et faut faire vachement attention, parce que pour être malade à l'étranger, sans assurance, faut avoir les moyens.

Faut être riche, les gars, pour être malade à Saint Domingue ou (mais ça c'est pas nouveau) aux USA !

Une bonne vieille diarrhée, assortie de quelques borborygmes à Saint Domingue et paf : 3000€ pour se faire délivrer un peu d'Imodium !

Une balade dans les criques d'une île grecque (sans le colonel et sa Poupette), une petite glissade et crac, on se déchire vite et bien un genou : 3523€ pour le sparadrap et la mère cure au chrome !

Zattention aux voyages au Canada en plein hiver et aux plaques de sirop d'érable : à défaut d'assurance, y'a intérêt à partir avec une grosse écharpe en laine (des Pyrénées) et du sirop des Vosges.

La bronchite est vite attrapée et pour peu qu'elle soit aiguë, là vous êtes encore content du voyage : 28.000€ la consultation (et le soignage, je présume) à Montréal.

Que l'on se rassure, y'a surement au Canada des filiales de Cetelem ou de Cofidis qui vous obtiendrons rapide un crédit à leur taux incroyable habituel…

Le fin du fin c'est quand même d'avoir un problème de santé à Miami. Là, faut vraiment avoir gagné au Loto pour se permettre un passage aux urgences: 53.000€ la visite, taxes et service compris.

Et sans forcément avoir la garantie d'en sortir. Mais ça, c'est un autre débat...

Bon, donc, prudence, faut pas rigoler avec les assurances et faut aussi bien se renseigner sur les fameuses "conditions d'assurances", (en tous petits caractères à lire entre les lignes) offertes avec les cartes bleus ou en or, ou encore noires.

Encore que, avec une carte noire, on doit avoir certains moyens…

N'oubliez pas que vous êtes agent de voyages et par conséquent responsable de tout y compris de l'imprévisible.

Donc, le mot d'ordre pour vos clients : sortez couverts !


Lu 1794 fois

Notez


1.Posté par Dimitri Vassilakis le 11/04/2014 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Intéressant votre article , toutefois , il me semble que l'accident aux îles grecques devraient être couvert par la carte européenne d'assurance maladie

2.Posté par Charlotte le 11/04/2014 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réflexion un peu hors sujet... Meme en bossant en France (je parle de ceusses qui ne sont pas au CAC40 mais diplomés ou pas expérimentés et sous-payés) on bénéficie d'une sécu au rabais (surtout si employeur exige statut micro entreprise y compris ds tourisme) et pas toujours les moyens de se payer une mutuelle. Merci pour cet article qui informe au mieux. Il est important de défendre nos droits à la santé en France et oui de renseigner au plus précis et vendre 1 assurance aux clients pour partir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com