TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : la révolte des taxis...dermistes !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Lundi 17 Février 2014

Allez, encore un petit coup sur la guerre qui oppose les tacos (sapins, bahuts, fiacres), bref les taxis. Essentiellement parisiens d'ailleurs, quelques marseillais aussi… Dans la seconde manche, les taxis mettent un pet aux VTC… mais tout ça fleure bon le combat d'arrière garde des corporations figées et "embaumées" dans leurs privilèges.



Coup de chapeau à tous ces artisans-taxis de province, ceux qui, suivant l'exemple des VTC, soignent leurs clients, répondent à leur appel et sont à l'heure au rendez-vous. DR : © pixarno - Fotolia.com
Coup de chapeau à tous ces artisans-taxis de province, ceux qui, suivant l'exemple des VTC, soignent leurs clients, répondent à leur appel et sont à l'heure au rendez-vous. DR : © pixarno - Fotolia.com
Seconde manche dans la lutte impitoyable qui oppose tacos traditionnels à cette nouveauté venue d'ailleurs : les VTC (Véhicules de Transport avec Chauffeur) !

Pour rester dans cette objectivité qui me caractérise si fortement (j'en vois qui se marrent, mais c'est pourtant vrai), un fait est certain : les tacos traditionnels ont quand même quelques bonnes raisons de hurler au charron.

Pour exercer leur métier, l'addition est lourde. Très lourde.

J'en profite au passage pour m'insurger fortement contre cette pratique qui consiste à faire payer un quidam qui décide de travailler !

Parce que c'est vrai, le taco (ne pas confondre avec la crêpe mexicaine bourrée de trucs qui vous arrachent non seulement la bouche, mais font des trous à l'estomac), le taco donc, doit acheter une licence qui vaut, au mieux dans les 100.000 talbins, au pire dans les 250.000 !

On peut donc comprendre que ces mêmes artisans du volant poussent de hauts cris en voyant arriver sur leur domaine réservé ces nouvelles sociétés de taxis, aux voitures impeccables, aux chauffeurs bien élevés, souriants, attentionnés.

C'est cependant pas une raison pour nos tacos traditionnels d'être franchement désagréables neuf fois sur dix, de considérer que les touristes étrangers sont des vaches à lait (et à traire), à considérer leurs clients comme des gogos.

Bref, à tout faire pour dégoutter le quidam d'emprunter un taco dans une ville, surtout pour refuser quasi systématiquement le paiement par carte bancaire (désolé mon bon monsieur l'appareil est en panne - et ta sœur !), imposer une radio gueularde et nauséabonde. (pas prendre un taco entre 16h et 18h, vous aurez les Grosses Têtes à tous les coups)…

La case de l'Oncle Dom : la révolte des taxis...dermistes !
C'est surtout pas une raison pour faire caguer (cherchez dans le dico) le pauvre type qui débarque de l'avion après un vol de 11 heures sur Air France au fond de l'avion, taper sur tout ce qui bouge et effrayer de pauvres touristes nippons (fripons) qui se demandent si le Tsunami n'est pas mieux que cette horde de tacos furieux.

A ce propos d'ailleurs, ça c'est pour Mademoiselle : l'Ambassade nippone à Paris dispose d'une cellule psychologique pour ses ressortissants, traumatisés par leur accueil en France.

Si, si c'est vrai, ces pauvres nippons dépriment en découvrant notre pays...

Et, tant que j'y suis, je ne vous parle pas des tacos marseillais, organisés quasi en gagngs organisées. J'en veux pour preuve la mésaventure survenue à une copine à moi.

Hélant un taxi en Phocéenie (bientôt la Cadémie, je soigne le vocabulaire) pour se rendre à l'aéroport, elle s'est vue refuser la course au prétexte que le chauffeur n'était pas habilité par ses coreligionnaires taxicos à se rendre dans cette partie de la région.

Il avait cependant le droit de l'emmener à la Gare Saint Charles, ce qui ne faisait pas vraiment les affaires de ma camarade... la SNCF n'acceptant pas (encore?) les tickets d'avion !

En revanche, je tiens à souligner et tirer un coup de chapeau à tous ces artisans-taxis de province, de ceux qui, suivant l'exemple des VTC, soignent leurs clients, répondent à leur appel et sont à l'heure au rendez-vous.

Et ils remplacent très avantageusement ces transports en commun de province, reliant les villages entre eux. Mais eux, restent discrets, font leur boulot et ne bloquent pas les routes.

Les VTC, qu'on le veuille ou non, ont introduit ce qui fait cruellement défaut dans notre beau pays : la notion de service… Une notion que le tourisme a, encore, bien du mal à prendre en considération.

Quant à nos bons pouvoirs publics, comme d'habitude, il est bien incapable de prendre une décision. Faut voir, on va attendre, on va surement constituer une commission pour réagir.

Pourquoi pas des Assises des tacos, tiens, ça mange pas de pain…

Et, c'est vrai : la concurrence, c'est bien et ça a du bon, à condition qu'elle soit établie dans la plus parfaite équité. Y'a bien une solution : que les "licences" acquittées à prix d'or par les tacos soient rachetées par Bercy.

Tout le monde sur un pied d'égalité et après… chacun fait au mieux.

Ce qui rassurera surement nos nippons touristes fripons… et les autres !


Lu 1441 fois

Tags : tacos, taxis
Notez


1.Posté par BABAS le 17/02/2014 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher tonton,
(excusez cette familiarité, mais chez moi, mon oncle, c’est tonton !)

Je me permet un petit hors sujet par rapport aux tacos, même si ces n’est pas tant que ça hors sujet puisque cela concerne aussi notre cher gouvernement.

Je souhaite vous entretenir d’un sujet qui me préoccupe beaucoup mais dont nombre de mes collègues ne semblent pas avoir pris la (dé)mesure. Celui de la prolongation de la validité de la carte nationale d’identité depuis le 1er janvier 2014.

Amateurisme ou manipulation de la part du gouvernement, une certitude, il s’agit d’une nouvelle aberration juridique qui pourrait une nouvelle fois échoir sur la responsabilité de l’agence de voyages (et pas que).

En effet, pour résumer, une carte d’identité délivrée entre le 2 janvier 2004 et le 31 décembre 2013 à une personne majeure et dont la date de validité sera périmée, ne le sera plus (périmée) ! Cependant, la date de validité inscrite sur le titre ne sera pas modifiée. Un vrai exercice d’équilibriste…

Si en France les autorités douanières et de police ont connaissance de cette particularité bien de chez nous, nous n’avons aucune certitude sur l’attitude des autorités de pays étrangers visités par des touristes français (et nous ne parlons pas des hôtels, commerces, banques, services,…). Or nombreux sont les pays européens ou du pourtour du bassin méditerranéen à accepter la carte nationale d’identité comme document de voyage.

Réponse du Ministère de l’Intérieur : téléchargez une fiche d’information (sans aucune valeur juridique) traduite dans la langue du pays de destination. Celui de l’extérieur (le Ministère des Affaires étrangères) a lui pris un peu plus la mesure des risques encourus par les voyageurs puisqu’il précise : « De façon à éviter tout désagrément pendant votre voyage, il vous est fortement recommandé de privilégier l’utilisation d’un passeport valide à une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité. ».

Un aveu de faiblesse inquiétant. On peut donc légitimement s’interroger sur la finalité de ce dispositif : simplification des démarches comme prétendu ou économies sur la fabrication des CNI, augmentation des recettes sur la fabrication des passeports, démarche détournée afin de systématiser les passeports pour les voyageurs ? Voir volonté de rediriger les voyageurs vers le territoire français ?

D’autant que les voyageurs ne peuvent pas non plus compter sur les Mairies, en charge des demandes de renouvellement de cartes d’identité. En effet plusieurs clients nous ont rapporté avoir essuyé un refus de renouvellement au motif de l’extension de 5 ans de la validité de leur CNI.

Côté agences on informe (par écrit) et se protège comme on peut face à des clients déboussolés, qui ne veulent pas du passeport ou annoncent tout bonnement qu’ils cesseront de voyager. Ca promet pour le tourisme extérieur.

Alors le SNAV peut-il justifier nos cotisations et aller au charbon car il y a urgence pour tout le monde à éclaircir ce schmilblick avant que ce soit la justice qui ne s’en charge !

P.S. Désolé pour le hors sujet, mais j’ai l’impression que personne ne bouge alors que c’est la profession toute entière qui est concernée par ce m..dier aux graves implications.

2.Posté par La Rédaction le 17/02/2014 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Nous avions évoqué le sujet dans un article paru le 28 janvier...

Bien cordialement
La rédaction

http://www.tourmag.com/Carte-d-identite-valide-15-ans-que-dire-et-comment-conseiller-vos-clients_a64462.html

3.Posté par Rick Sailor le 17/02/2014 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher ami,

Vous évoquez le prix des licences... Mais qui vend les licences ?

Ah oui ce sont les tacos eux mêmes ! J'avais oublié.

En insistant un peu, ils vont même demander que ce soit payé par l'état.
Hollande, chef des tacos, ça a de la gueule non ?

Ils ont raison de râler car se "se faire entuber par un ami mérite que l'on accuse le gouvernement"

Votre dévoué
Rick

4.Posté par parisien75 le 17/02/2014 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
prendre un taxi à un aéroport ou allez en taxi à un aéroport et je crois maintenant dépassé!!!!il y a tellement de sociétés qui proposent ce service pour moins cher que le taxi!!!même une société de taxi a créé ce service et pas n'importe laquelle la société G7 qui est la plus importante de paris!!!elle a créé : wecab sur internet ou au téléphone et oh surprise le taxi G7,je dis bien le taxi G7,qui est venu nous chercher ne connaissait ni le tarif,ni la société wecab,j'avais réservé et payé mon taxi sur mon lieu de villégiature par internet!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com