TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : le pilotage à vue d'AF est arrivé en bout de piste...

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Mardi 16 Juin 2015

Air France en danger de mort ? C'est le titre paru chez notre confrère Le Point, qui résume assez bien la situation quasi désespérée d'Air France en ce moment. Et ce n'est hélas pas une simple impression, mais un fait évident… que nous répétons à longueur d'année sur nos colonnes :



La case de l'Oncle Dom : le pilotage à vue d'AF est arrivé en bout de piste...
Sans vouloir aller jusqu'à l'inéluctable, cette fois, clairement, Air France est en grave danger.

Une direction qui a longtemps hésité, tergiversé, souvent sans avoir de stratégie claire, empêtrée dans des habitudes d'un autre temps, pour ne pas dire d'un autre siècle… si l'on veut être très méchant.

Des pilotes, élite de la nation, assis solidement sur des sièges beaucoup trop confortables pour leurs fesses et qui se sont foutus allègrement de la pérennité de leur entreprise.

Au milieu, la majorité, bien silencieuse et résignée, de tous ces gens "au sol", qui subissent.

Qui subissent l'incompétence flagrante de certains dirigeants, dont un certain Pierre Henri Gourgeon dont on se demande encore comment il a pu durant de si longues années, participer à la direction de cette belle compagnie qui ne devient plus que l'ombre pitoyable d'elle-même.

Subissent aussi le mépris flagrant de pilotes imbus de leur superbe…

Le plan Juniac aurait pu, peut-être, sauver les meubles. J'ai envie de dire qu'il est quasi trop tard.

Et ce n'est pas en jouant les Churchill qu'Alexandre (qui n'est pas le Grand) va pouvoir rétablir la situation.

"Je ne vous ai pas promis aujourd'hui un avenir serein, je vous ai promis une dure tourmente et des mesures d'adaptation qui doivent être courageuses et vigoureuses".

C'était le 21 mai dernier, les paroles d'Alexandre de Juniac aux actionnaires de la compagnie qui voient le prix de leur action chuter aussi vertigineusement que l'aéroplane piloté par un pilote dépressif récemment.

La case de l'Oncle Dom : le pilotage à vue d'AF est arrivé en bout de piste...
"Du sang et des larmes", en clair. Du sang, je ne sais pas, des larmes, surement.

Il est un peu tard pour réagir, de la part de la direction d'Air France. "La guerre est déclarée avec les pilotes", titrait notre confrère du Figaro. Il serait temps de s'en rendre compte.

Et ce n'est pas en activant une action en référé contre les syndicats irresponsables des pilotes de la compagnie que ça va changer grand-chose.

Ces derniers, après avoir quand même admis la nécessité de suivre le plan Transform et de gagner en productivité, ont purement et simplement "laissé trainer"… sans aucune considération pour leurs potes du sol ou de l'administration, qui eux, ont tenté de suivre. Et ont réussi!

Malheureusement, je ne vois pas trop en quoi un tribunal pourrait arbitrer un tel conflit et surtout contraindre les syndicats de pilote à accepter que le plan Transform puisse être enfin mis en œuvre.

Par ailleurs, la tentative d'Alexandre de Juniac, consistant à réclamer auprès de Bruxelles et du gouvernement français des "allègements" est pitoyable. Juniac n'est pas Christian Blanc, lequel à l'époque (pas si lointaine) avait quand même obtenu une aide de quelque 20 milliards (de francs), soit l'équivalent de 3.5 milliards d'euros.

Milliards jetés d'ailleurs dans un puit sans fond… A preuve. 20 ans après, la situation est quasi la même !

Pascal de Izaguirre vient de perdre son procès contre la compagnie, aors que cette dernière, en le virant, lui avait accordé quelques "avantages", suprimés depuis pour cause "d'économies".

Rigolo, d'autant que c'est Pierre Henri Gourgeon qui, à l'époque avait non seulement viré mon Basque Bondissant, craignant pour sa propre place, mais lui avait accordé cette "transaction". Avec l'aval, on s'en doute du Président de l'époque, Jean-Cyril Spinetta.

J'ai juste une simple question pour clore ce débat qui n'en est pas un d'ailleurs: comment fait-on pour conserver des locaux somptueux aux Invalides à Paris, logeant un ex-président et son secrétariat, avec voitures et tutti frutti quanti… ainsi que Gourgeon d'ailleurs, son bureau et sa suite.

Comme dirait un copain, "pété de thunes" (sic), tout ça manque de rigueur !


Lu 2538 fois

Notez


1.Posté par FUERXER le 17/06/2015 09:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les PNC sont inexistants dans votre article... Eux aussi ont pourtant participé à l''effort, perdant près de 10% de salaire au passage... Et qu''on ne me dise pas que de toute façon ils sont trop payés pour ce qu''ils font !

2.Posté par Dominique Gobert le 17/06/2015 10:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En fait, j'incluais les PNC dans "la majorité bien silencieuse", et c'est un oubli totalement involontaire. Effectivement, les PNC ont largement joué le leu et sont bien pénalisés par l'irresponsabilité des pilotes.

3.Posté par Vincent le 17/06/2015 10:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis patron d'une TPE et chez moi ce ne sont pas les salariés qui font la loi. Je les respecte voire les aime mais faut pas pousser, personne n'est irremplaçable.
L'erreur d'AF est d'avoir laissé la bride trop lache aux pilotes depuis 50 ans alors qu'ils ne sont qu'un roue du carrosse.
Laisser 3 à 4000 personnes jouer l'avenir de 60 000 c'est un mauvais calcul.

4.Posté par serge13 le 17/06/2015 12:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'adhère à 300% à votre article Monsieur. Les pilotes ont bouzillés la base à Marseille, ainsi que le développement de Ryanair faisant croire à la population que celle payait au noir ses employés alors qu'ils cotisent tous en Irlande. Quel scandale ces pilotes. Ils sont actionnaires, voilà le souci. Ils ne pensent qu'à eux. Privant aussi le droit à Transavia de se développer. Il faut déposer le bilan comme Sabena et Swissair et repartir sur d'autres bases; sans ça la compagnie n'arrivera à rien avec un tel dictat.

5.Posté par Arnaud le 17/06/2015 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que je vais écrire à ce propos risque de déranger quelques potos pilotes, mais quand je pense à leurs salaires comparés à ceux des techniciens, j'ai toujours une douleur qui me dérange sur l'arrière train. Lorsqu'ils prennent 1% d'augmentation (coût de la vie, rattrapage, etc...) c'est tout de suite un billet de 1000 qui tombe chaque mois alors que pour nous les techs et autres "SOListes",ces 1% ne représantent pas grand choses.....La justification d'un tel salaire découle en grande partie aujourd'hui du prix de leur formation payée car comme chacun sait, si la license était abordable il y aurait plus de pilotes sur le marché et donc par effet de levier des salaires plus bas à leurs proposer et donc des Cie se portant "mieux", sous condition d'avoir un COMEX qui tient la route. L'automatisation du pilotage des avions , je ne parle pas uniquement P-A mais plutôt ACARS system, Air traffic system unit (ATSU), concentration des données, etc...simplifient énormément le boulot dans les cokpits, je n'ai pas encore vue d'automates faire le boulot des mécanos. Quand aux responsabilités faces aux clients tranportés, la je maintient la couverture à 50/50. Mais bon, je pense aussi que si les ministres sénateurs et autres députés des différents gouvernements passés et présent avaient des COUILLES AUX CULS pour plancher sur le dossier de l'aérien en France et son devenir nous ne seriont pas dans cette situation et se ne serait pas aux Cies de se démerder avec ce sujet.

6.Posté par phil le 18/06/2015 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bjr Arnaud, pour info 1% correspond à 100€ pour un CDB...pas 1000€.
Parlons en de l'automatisation : combien d'avions au tapis à cause justement de l'interface automatisation/pilote ? et justement ce sont les PN seuls salariés de la compagnie qui subissent l'irréparable .Et puis seuls les pilotes connaissent le niveau de responsabilité de leur fonction, personne d'autre.Le reste n'est que fantasme. Pour ce qui est du coût de la formation vous avez certes raison, tout comme nos politiques.

7.Posté par Fernand le 19/06/2015 08:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour, je suis d'accord avec Phil. Parlons nous du coût des pilotes ou de leur niveau de vie?
Pour avoir voyagé beaucoup, le niveau de vie des pilotes étrangés dans des compagnies équivalentes est le même. Si nous parlons du coût il est certainement supérieur et ceci à cause des charges. Mais quand je lis certains intervenants qui disent que c'est mieux ailleurs je ne peux m'empêcher de penser qu'en cas d'hospitalisation ils reviendront vite en france pour payer 200€ au lieux de 5000.€.
Quant-à la co-gestion pensez-vous vraiment qu'on leur demande leur avis quand il s'agit d'ouvrir des lignes ou d'acheter des avions?
Je lis aussi qu'il faudrait fermer Air France et repartir sur d'autres bases. Pour ma part je ne le souhaite pas, Car si on s'intéresse au fonctionnement des compagnies dont on vente les mérites (sous-traitance etc etc) je ne pense pas que ce soient les pilotes qui ont le plus à craindre.
Le commandant de bord est à chaque vol chef d' une entreprise dont l'outil de travail vaut 200 Millions de dollars et d' un chiffre d'affaire de 150 000€. Et de plus, est responsable pénalement de tout incident ou accident.
Alors ils sont trop payés? Pourquoi pas, chacun se fera son opinion. Ils sont tous trés méchants hypocrites et égoïstes... Arrêtons les fantasmes.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com