TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





La case de l'Oncle Dom : mytho ou Pinocchio ? Les deux mon colonel !

L'édito de Dominique Gobert


Rédigé par Dominique Gobert le Jeudi 8 Janvier 2015

C'était un grand moment, lors du Conseil d'Administration de l'APST mercredi, dans la grande salle Olivier Delaire. Le pauvre aura, du haut de ses nuages, dû bien rigoler en admirant la gêne aux entournures d'un certain futur ex-administrateur dit le colonel grec…



La case de l'Oncle Dom : mytho ou Pinocchio ? Les deux mon colonel !
Pourtant, l'ambiance était plutôt sympa, ce mercredi, lors du Conseil d'Administration de l'APST.

En préambule, souriant, le Président Nabet présente ses vœux à l'Assemblée réunie ce jour…

Autour de la table, une voix rigolarde interrompt l'envolée Raoulesque: "Et tu présentes tes vœux au c... qui est assis en face"? (sic).

Sourires dans la salle et reprise de Nabet, lequel tente d'apaiser un peu la tension montante…

Avant qu'un autre membre de l'Assemblée ne coupe à nouveau la parole au Président, exigeant que soit inscrit au PV de l'Assemblée sa question, que je cite: "Tous les membres présents ici soutiennent-ils l'APST ? Je reposerai cette question à la fin de la séance"…

C'est Max Péglion qui parle… et qui s'adresse, cinglant à Richard Vainopoulos, lui demandant les raisons de ses déclarations parues ces derniers jours dans la presse.

Nabet tente d'apaiser à nouveau, mais c'en est trop pour le Président à vie de Tourcom, qui, déballant le communiqué déjà envoyé à de nombreux membres de son réseau (pas tous…), se met à lire et annonce au Conseil qu'il démissionne, prend son cartable… et s'en va !

Au revoir !

Fin de partie ? Non, pas tout à fait, car il fallait quand même que le Conseil, n'ayant eu que le verbe pas très clair de Vainopoulos, entérine sa démission.

Et Nabet de poser la question à l'Assemblée: "Tout le monde a-t-il entendu la démission de Richard Vainopoulos ?".

Réponse unanime : "Oui". OK, démission acceptée et entérinée !

Bon, en fait, c'est pas une surprise. Mais que valaient ses déclarations ?

Celui qui préside à vie le réseau TourCom avait (le communiqué complet est disponible en fin d'édito), annonce que c'est à l'issue du Conseil d'Administration, constatant "la répétition d'irrégularités au cours de l'année 2014 au regard des statuts et règles de fonctionnement de l'Association" qu'il a présenté sa démission.

La case de l'Oncle Dom : mytho ou Pinocchio ? Les deux mon colonel !
C'est faux, c'était au début.

Bon. C'est pas tout. Il indique que le Président de l'APST et je cite "s'est abstenu d'obtenir l'accord de son conseil d'administration sur les nouvelles conditions de garanties imposées aux professionnels du Tourisme".

Ah bon ? Mais peut-être confond-il l'APST avec la Tourcomie ?

N'oublions quand même pas que ce sont les pouvoirs publics, donc l'Etat, donc la Loi qui ont promulgué l'arrêté qui a modifié le montant de la garantie financière.

Si je comprends bien sa démarche, c'était à l'APST de donner son aval à l'Etat ?

Et si l'APST avait voté "contre" cet arrêté, madame Delga remettait-elle son arrêté dans la poche (oui, je vais pas être trivial, encore que…) ?

Ben non. D'ailleurs, les autres arguments développés par l'ex-administrateur grec de l'APST sont tous aussi fallacieux.

Faut dire qu'il n'avait pas assisté aux précédents Conseils d'Administration et que, contrairement à ce qu'il prétend, lorsque des "questions diverses" sont abordées, on vote aussi.

Eh oui ! Par ailleurs il écrit : "les cotisations exceptionnelles sont inscrites dans les recettes de 2014".

Et pour cause ! Les comptes ne sont pas établis et il m'étonnerait bien qu'un Commissaire aux Comptes accepte de telles pratiques.

Cotisations différenciées pour des profils identiques, diatribe le colonel. "Encore un mensonge", me confiait le Président de l'APST.

Le plus beau, c'est quand même la fin, qui me fait hurler de rire: "Je suis quelqu’un de légaliste : si une résolution, inscrite à l’ordre du jour, est adoptée à la majorité des administrateurs, je l’accepte bon gré mal gré, mais je respecte la décision du Conseil.

Si, depuis le mois de novembre, je me suis exprimé publiquement, c’est parce que des décisions graves ont été prises sans avoir été adoptées légalement.

Les Statuts ne sont plus respectés, le rôle des administrateurs n’est plus pris en compte : je préfère démissionner de cette institution".


Parce qu'en Tourcomie, ce sont les administrateurs qui décident ? Je rêve !

Allez, mauvais vent…

Le communiqué intégral de et par Richard Vainopoulos

Démission APST de R. Vainopoulos : « l’APST ne respecte plus ses statuts »

C’est à l’issue du conseil d’administration de l’APST du 7 janvier que Richard Vainopoulos a présenté sa démission. La répétition d’irrégularités au cours de l’année 2014 au regard des statuts et règles de fonctionnement de l’association ont conduit le président du réseau d’agences de voyages TourCom à mettre fin à son mandat d’administrateur.

Les statuts de l’APST stipulent que son conseil d’administration « contrôle la gestion du Bureau qui doit lui rendre compte de ses actes » (art.15). A deux reprises au cours de l’année 2014, son président s’est pourtant abstenu d’obtenir l’accord de son conseil d’administration sur la question fondamentale des nouvelles conditions de garantie imposées aux professionnels du tourisme à partir du 1er janvier 2015.

Deux mesures importantes appliquées sans avoir été adoptées par le conseil d’administration

Lors du conseil d’administration de juin 2014 a été évoquée pour la première fois l’éventualité d’un passage de la garantie minimale de 100 000 euros à 200 000 euros. Une mesure raisonnable pour la majorité des administrateurs, dont Richard Vainopoulos, mais qui n’a jamais fait l’objet d’un vote.

La possibilité d’un passage du taux de calcul de la garantie de 10% à 20% a été évoquée pour la première fois lors du conseil d’administration du 17 septembre, au détour des « questions diverses », comme en atteste le procès verbal de cette séance. Les « questions diverses » étant par définition une section ayant valeur d’information et ne faisant jamais l’objet d’un vote des administrateurs. L’inscription de cette mesure parmi les « questions diverses » n’a donc pas permis aux administrateurs d’exprimer leur opposition au doublement du taux de calcul, disposition intenable aux yeux de Richard Vainopoulos.

Un à-valoir inscrit abusivement parmi les recettes de l’année

En juin 2014 le conseil d’administration a voté une cotisation exceptionnelle égale à 50% du montant de la cotisation de l’année en cours pour pouvoir faire face à l’augmentation de la sinistralité parmi ses adhérents.

Explicitement présentée comme « un à-valoir sur les cotisations des prochains exercices » dans un courrier du 19 juin 2014, c'est-à-dire un acompte, cette cotisation exceptionnelle a par la suite été enregistrée comme « recette » pour l’année 2014. Une opération surprenante qui permettrait à l’association d’afficher des comptes positifs au terme de l’année écoulée.

Des cotisations différenciées pour des profils identiques

Alors que les taux de la cotisation variable devraient être modifiés à 0,9% pour les producteurs de groupes, à 0,8% pour les TO et à 0,7% pour la distribution, l’APST applique régulièrement un taux de 0,9% à des distributeurs en dépit de ce qui avait été convenu en Conseil d’Administration.

Un traitement au cas par cas, totalement contraire au principe de l’uniformité des taux par branche professionnelle.

Richard Vainopoulos rappelle : « Je suis quelqu’un de légaliste : si une résolution, inscrite à l’ordre du jour, est adoptée à la majorité des administrateurs, je l’accepte bon gré mal gré, mais je respecte la décision du Conseil.

Si, depuis le mois de novembre, je me suis exprimé publiquement, c’est parce que des décisions graves ont été prises sans avoir été adoptées légalement.

Les Statuts ne sont plus respectés, le rôle des administrateurs n’est plus pris en compte : je préfère démissionner de cette institution »

Lu 2555 fois

Notez


1.Posté par Hervé le 09/01/2015 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher DomInique,
je sens quand même un certain parti pris dans votre edito...
Pourtant, ce n'est quand même pas le Pdt de Tourcom qui a fait quitter Voyageurs du Monde, Kuoni, Salaun, le groupe transat et j'en passe et des meilleurs de l'APST...
Je suppose qu'il doit quand même y avoir un petit problème... non ?

2.Posté par Dominique Gobert le 09/01/2015 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Certes non, cher Hervé, Voyageurs du monde, Salaün, Transat ou Kuoni ont fait un choix économique qui les regarde.
En revanche, que le Président à vie de Tourcom, grand démocarte de surcroit, absent de deux conseils d'administration particulièrement importants et durant lesquels la garantie était le "sujet du jour", se permette de cracher dans la soupe, usant d'arguments fallacieux, je ne peux pas l'accepter.
Je rappelle que l'APST n'est que le bras "technique" et opérationnel de Bercy en ce qui concerne la Garantie Financière de la profession.
Vous imaginez une seconde un ministre attendant le "vote" de son cabinet avant de prendre une décision?
Et comme vous le dites très justement, il y a effectivement un petit problème!

3.Posté par Jesuischarlie le 09/01/2015 13:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Hervé

Pour gobert la devise c'est :" touches pas à mon Raoul "


4.Posté par mille sabords le 09/01/2015 16:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MAIS OUI chez Tourcom le conseil est au garde à vous devant le Président qui décide ....Mais ça tout le monde le sait!! Beaucoup en ont fait les frais ,!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com