TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Las Vegas, la folle ville des Etats-Unis

La ville du lâcher prise


Rédigé par Jean-François RUST le Mercredi 23 Août 2017

Dans l’Ouest américain, la capitale mondiale du jeu manie à merveille le luxe et les excès. Depuis les années 1950, ses hôtels-casinos ont forgé sa légende mais c’est grâce aux attractions et aux shows que la cité cherche désormais à attirer les touristes. La proximité du désert et du Grand Canyon rend possible des excursions spectaculaires en pleine nature. La ville possède tous les ingrédients pour faire vivre un séjour inoubliable.



Depuis 10 ans, la clientèle des casinos rétrécit au profit des visiteurs plébiscitant le show et le divertissement - DR : J.-F.R.
Depuis 10 ans, la clientèle des casinos rétrécit au profit des visiteurs plébiscitant le show et le divertissement - DR : J.-F.R.
Hallucinante. Comment qualifier autrement cette ville extrême, créée de toutes pièces il y a 75 ans dans le Nevada et qui aimante les touristes comme la lumière attire les papillons ?

Les amateurs de chiffres seront ravis : six des dix plus grands hôtels du monde y sont implantés, on y trouve la grande roue du monde, le plus vaste écran publicitaire digital, le plus grand nombre de limousines au km²...

Le Strip, ces 6 km du Las Vegas Boulevard animés jour et nuit, est une ruche surréaliste.

Devant cette débauche de lumière et de surenchère hôtelière, le visiteur lâche prise et se livre à tous les excès. C’est le but recherché…

Hôtel Venetian, réplique de la Sérénissime

Sur le Strip, un seul mot d’ordre : s’enivrer.

D’abord en visitant les hôtels, où l’on se promène comme dans des parcs d’attractions.

Le Bellagio époustoufle par son architecture imposante et son méga show de jets d’eau. Le Louxor livre sa pyramide et son sphinx plus vrais que nature. Le Venetian, réplique de la Sérénissime, propose 38 restaurants, une galerie commerciale recouverte d’un faux ciel et traversée de canaux - l’impression est fabuleuse. City Center, monument d’architecture urbaine contemporaine, réunit six hôtels et résidences, un centre commercial et des galeries d’art.

Dans ceux-là et les autres hôtels du Strip, soit près de 100 000 chambres - plus qu’à Paris ! - les salles de jeux grandes comme des terrains de football, les boutiques, les théâtres, les restaurants, les spas, les night clubs se comptent par centaines.

Moins de casinos, plus de shows

De nouveaux hôtels ont été livrés récemment, tels The Linq et le SLS (pensé par Philippe Starck). Trois autres sont attendus pour 2018.

Au bas mot, ils offriront 7 000 chambres de plus. Ces projets accompagnent une offre d’animations qui croit à rythme exponentiel.

Telle est la réalité à Las Vegas : depuis 10 ans, la clientèle des casinos rétrécit au profit des visiteurs plébiscitant le show et le divertissement.

La High Roller est ainsi devenue une attraction phare : dans cette roue géante, chaque cabine est équipée d’un bar et permet de siroter un cocktail en regardant la ville à 360°.

2016 a vu aussi l’ouverture de l’Arena, complexe sportif et culturel de 20 000 places, de Speedvegas, circuit grand public de conduite sur Ferrari, Lamborghini, Porsche... et de Top Golf, concept inédit de practice événementiel.

MOB Museum, Neon Museum

A Las Vegas, le show est partout et aussi dans l’assiette. Les tops chefs ont leur « signature » (dont Ducasse, Gagnaire, Robuchon).

Les autres misent sur des « concepts » prétendument inédits. Les serveuses sexy, la musique pop et la déco hype ne font pas oublier les hamburgers au final peu imaginatifs, même s’ils sont XXL et que la viande est bio… Avec un verre de vin frisant les 16 $, l’entertainment a ses limites.

Le « spectacle » concerne même le secteur de la santé ! Sur West Bonneville Avenue, la Cleveland Clinic dessinée par l’architecte Frank Gehry a des airs de musée Guggenheim de Bilbao.

L’offre culturelle est aussi bluffante. Le MOB Museum raconte brillamment l’histoire du crime organisé.

L’étonnant Neon Museum, lui, expose en plein air les vieilles enseignes à néons des années 1950 à 1980. La nostalgie est également présente dans Downtown, le centre-ville où tout a commencé.

Fremont Street, l’artère principale, a été redynamisée grâce à sa piétonisation et à la couverture d’une allée sur 450 mètres. Dans les airs court la plus invraisemblable des tyroliennes, survolant casinos et commerces old fashion aux enseignes à néons multicolores, tels Binion’s et le cow-boy Vegas Vic.

Death Valley, desert de Mojave

Quant aux spectacles, c’est la frénésie ! Le Cirque du Soleil assure chaque soir huit shows différents.

Million Dollar Quartet relate avec brio la rencontre entre les géants du rock Elvis Presley, Johnny Cash, Jerry Lee Lewis…

Mais l’autre belle surprise de Vegas, ce sont les excursions. A 35 minutes de route se trouve le Red Rock Canyon, magnifique relief rouge feu.

Les parcs et réserves sont tout proches : le désert de Mojave, la Death Valley et surtout le Grand Canyon. Rejoindre ce dernier en hélicoptère en survolant Las Vegas restera à jamais l’expérience ultime d’un séjour à Las Vegas.

Lu 1641 fois

Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com