TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Le paquebot France : la mer est en deuil

notre ex-France vit ses dernières heures


Rédigé par Jean-François Gourdon - jfgourdon@tourmag.com le Mardi 10 Janvier 2006

Cette fois il semblerait bien que notre ex-France vit ses dernières heures. Il devrait être remorqué vers Chittagong au Bangladesh la ville des ferrailleurs.



Le paquebot France : la mer est en deuil
"Le paquebot France est lancé. Il va épouser la mer". Tels furent les propos du Général De Gaulle lors du lancement du France le 11 mai 1960. 45 ans plus tard, l’immense paquebot va être dépecé par une cohorte de chalumeaux sans états d’âme. Toutes les tentatives pour voir Le France devenir un hôtel flottant ou être maintenu à flots ont échoués.

L’armateur Star Cruises aurait donc jeté l’éponge et décidé de se séparer de cet encombrant paquebot de 315 mètres de long. Après la cession des Chantiers de l’Atlantique, il y a quelques jours, c’est tout un pan de notre histoire maritime qui sombre dans les abysses ténébreux de l’histoire.

La belle époque des liaisons maritimes entre le vieux continent les Etats-Unis

Mais revenons sur cette formidable aventure qui fit naître Le France. Depuis l’incendie du Normandie en février 42 à New York, la France n’a plus de transatlantique à l’image de sa nouvelle puissance. Les militaires français voient d’un bon œil la construction d’une nouvelle unité. Les transatlantiques ont toujours été de formidables transporteurs de troupe. Queen Elisabeth 2 aura même été, lors de la guerre des Malouines en 1982 réquisitionné pour le transport des soldats de sa Majesté. On imagine donc un navire rapide dont la coque n’est pas celle d’un simple paquebot mais celle d’un cuirassé.

La belle époque des liaisons maritimes entre le vieux continent les Etats-Unis n’est pas loin et on se lance dans la construction de celui qui sera le plus grand navire jamais construit. Les spécialistes auront beau alerter la prochaine suprématie de l’aérien, rien n’y fait le projet est lancé, il en va de la fierté de la France.

Pendant 10 ans, la France pourra en effet parader avec son nouveau joyau. Mais derrière les fastes se cache un véritable gouffre financier. En juillet 1974, l’État coupe les subventions. C’est l’arrêt immédiat. La Compagnie Générale Transatlantique propriétaire du navire annonce le désarmement. C’est un choc. Les marins entament une grève qui durera 88 jours.

France s’appel désormais Norway

Rien n’y fait, pendant 5 ans, de 1974 à 1979, France va être amarré au Quai de l’Oubli. En 18 août 79, l’armateur Klosters Rederi, directeur de la Norwegian Carribean Lines décide d’acquérir ce fleuron maritime. Il effectue plusieurs modifications et notamment l’ajout d’un pont supplémentaire. France s’appel désormais Norway et coule des jours heureux au soleil des caraïbes. En 2000 la compagnie singapourienne Stars Cruises rachète N.C.L. Norway est devenu un navire encombrant.

Les coûts d’entretiens sont prohibitifs et les aménagements peut propices aux nouvelles attentes des passagers. L’explosion de l’une des machines entraînant la mort de plusieurs membres d’équipage en 2004 précipite l’arrêt de l’exploitation du navire. Il est remorqué tout d’abord aux Chantiers de Bremerhaven en Allemagne puis durant l’été dernier en Malaysie à Port Kelang.

Les plus optimistes espéraient la transformation en casino flottant, d’autres en école hôtelière. En fait la curée avait commencé. Le Metropolitan Museum de New York aurait acquis pour 200.000 dollars la salle de jeux des enfants, décorée par Jean Mercier. Deux chaloupes de débarquements auraient également trouvé acquéreur. Les démolisseurs indiens et chinois examinaient ce pactole de 70.000 de ferrailles. Mais ce sont les Bangladais qui raflent la mise et vont prochainement s’affairer à découper minutieusement chaque tôle.

Dans quelques jours, ça sera la croisière sans retour. Les paroles de Michel Sardou résonnent alors : J'envie les épaves englouties,
Longs courriers qui cherchaient un rêve.

Lu 4524 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com