TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Le soleil source de bien-être : oui, mais avec modération !

ne pas s'exposer entre 12 et 16 heures


Rédigé par Michèle SANI le Mardi 24 Juin 2014

De tous temps et dans toutes les civilisations le soleil a été considéré essentiel à la naissance de toute vie. Il a toujours ses adorateurs mais chacun le sait aujourd’hui et le corps médical le clame haut et fort : lézarder toute la journée au soleil peut être très nocif.



Diffusé quotidiennement par la Sécurité solaire, l'index UV est accompagné de conseils de protection solaire. Il oscille de 1-2 (faible) à 9 et plus (extrême) © Pakhnyushchyy - Fotolia.com
Diffusé quotidiennement par la Sécurité solaire, l'index UV est accompagné de conseils de protection solaire. Il oscille de 1-2 (faible) à 9 et plus (extrême) © Pakhnyushchyy - Fotolia.com
Le soleil permet la fabrication de la vitamine D. Il a une incidence évidente sur l’humeur, en particulier chez les personnes sujettes aux dépressions saisonnières.

Il améliore certaines dermatoses. Il donne le plaisir d’avoir ce teint hâlé qui nous va si bien.

Rappelons que le rayon solaire est constitué d'ondes électromagnétiques qui transportent de l'énergie. D'un point de vue sanitaire, les rayons importants sont : l'ultraviolet A (UV A), l'ultraviolet B (UV B), le visible, l'infrarouge.

Nous ne sommes pas tous égaux face au soleil

L’excès d’exposition aux rayons ultraviolets comporte des risques qui peuvent aller jusqu’aux terribles dommages du cancer de la peau.

Le bain de soleil doit être programmé de manière progressive en fonction du type de peau et de la quantité de mélanine produite car nous ne sommes pas tous égaux face au soleil.

La mélanine, ce fameux pigment que fabriquent les cellules de la peau, lui donne sa coloration plus ou moins foncée et l’aide à se protéger des rayons ultraviolets est en effet différente d’une personne à l’autre. Les personnes aux peaux mates ou noires produiront plus de mélanine et seront mieux protégées du soleil que les personnes à la peau claire et aux cheveux blonds ou roux.

Les UV A représentent la majorité des UV (solaires ou artificiels) qui pénètrent dans les couches profondes de la peau.

Ils sont à l’origine d’un vieillissement prématuré de la peau et d’une pigmentation transitoire ou bronzage immédiat dit "effet bonne mine".

L’intensité de ce bronzage est dépendante, nous venons de le voir, de la pigmentation et de la quantité de mélanine disponible, une quantité qui diminue au fil des ans.

L'indice universel comment ça marche ?

Face à l'augmentation des pathologies liées à une surexposition aux rayonnements solaires et devant les inquiétudes suscitées par la diminution de la couche d'ozone, l'Organisation Mondiale de la Santé, l'Organisation Mondiale de la Météorologie et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement ont mis au point un indice universel.

Il quantifie l'intensité du rayonnement ultraviolet à la surface de la terre et son seuil de nocivité.

Il est difficile en effet pour un non-initié de matérialiser l'intensité et les variations d'un rayonnement qui n'est pas visible à l'œil nu et ne procure aucune sensation de chaleur.

En général, en Europe, la valeur de cet indice ne dépasse pas 8 sauf parfois localement comme sur les plages.

Diffusé quotidiennement par la Sécurité solaire, l'index UV est accompagné de conseils de protection solaire. Il oscille de 1-2 (faible) à 9 et plus (extrême). En France l'été, il atteint 7-8 (très fort) en bord de mer.

C'est en fonction de l'index UV et bien sûr du type de peau qu'une protection appropriée est conseillée.

(Source : Direction Générale de la Santé).

Les variations de l'indice UV varient en fonction de :

- la position du soleil dans le ciel, de la saison, de l'heure, de la latitude, de l'altitude, de la nature du sol. Les experts sont donc unanimes pour recommander de ne pas s'exposer entre 12 et 16 heures (heure française d'été), en pratique quand l'ombre portée sur le sable est inférieure à la taille.

- l'épaisseur de la couche d'ozone qui filtre une grande majorité des UV B

- de la concentration dans l'atmosphère d'aérosols ou de pollutions diverses

- des nuages. Les nuages bas et sombres absorbent la quasi-totalité des UV, les nuages d'altitude réduisent l'intensité lumineuse mais pas celle des UV.

Autres facteurs "perturbateurs", l'altitude (l'index UV augmente de 10 % par 1 000 m) ou la réflexion. L'écume dans le sillage d'un bateau double la quantité d'UV reçue, les voiles ou un pont verni l'élèvent encore davantage.

Lu 826 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com