TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Léa : "Vis ma vie" d'assistant-manager dans une boutique de fringues au Marais

La life de l'agent de voyages (pas si) blonde


Rédigé par Léa le Jeudi 21 Novembre 2013

Pour améliorer sans cesse le service au client, Big-Boss a proposé à Léa d'occuper, durant une journée, le job d'une autre personne, à la manière d'un épisode de « Vis ma vie ». C’est ainsi que notre agent de voyages (pas si) blonde s'est retrouvée dans la peau de Sylviane, assistant-manager d’une boutique de fringues dans le Marais... Croyez-moi, les perspectives d'évolution de "carrière" ne sont guère meilleures qu'en agence de voyages !



Pendant une journée, je me suis retrouvée dans la peau de Sylviane, assistant-manager d’une boutique de fringues dans le Marais. Eh bien, je vais vous dire : je me demande comment je suis sortie vivante de cette épreuve - DR : Raf
Pendant une journée, je me suis retrouvée dans la peau de Sylviane, assistant-manager d’une boutique de fringues dans le Marais. Eh bien, je vais vous dire : je me demande comment je suis sortie vivante de cette épreuve - DR : Raf
Lors de notre dernier meeting « off-site » à Tanger, on a beaucoup bossé sur la « gestion des ressources humaines ».

Je trouve ce terme tout moisi et franchement, je ne sais pas si j’ai une tête de ressource humaine mais il semblerait que si.

Chez Big-Boss voyages, on a tous notre personnalité propre et bien affirmée et on a bien compris qu’on n’était pas interchangeables.

Je le disais l’autre jour dans un billet : si on filait le poste de Jeff à Max et vice-versa, on se retrouve dans la journée avec deux belles des crises de nerfs et on transforme deux vendeurs parfaits en brêles.

Max est un super pro de la billetterie bavard, plein d’humour et volubile (les chargées de voyages l’adorent) et Jeff une espèce de puits de sciences racé, poli et flagorneur (ses vieux clients cultureux le surkiffent).

Si on échange leurs postes, non seulement on les rend dingues, mais en plus, ils seraient incapables de faire du chiffre.

Comment je suis sortie vivante de cette épreuve ?

Dans le cadre de la constante amélioration de notre service au client, Big-Boss a proposé que pendant une journée, chacun d’entre-nous devienne dans une sorte d’épisode de « vis ma vie » tout à fait délicieux, ce que nous ne serons jamais.

C’est ainsi que pendant une journée, je me suis retrouvée dans la peau de Sylviane, assistant-manager d’une boutique de fringues dans le Marais dont Big-Boss Voyages gère le budget déplacements.

Eh bien, je vais vous dire : je me demande comment je suis sortie vivante de cette épreuve.


Je vous plante le décor : cette boutique fait partie d’un réseau d’un peu plus de 100 magasins d’une enseigne chère et branchée.

Elle est pilotée par une fille de 25 ans, Clémentine (off ce jour-là), elle-même assistée de Sylviane (une espèce de bombasse de 28 ans qui a ensuite passé une journée chez Big-Boss Voyages avec moi).

Dans l’équipe, il y a aussi Anne-Laure (qu’on appelle « la 35 heures ») et 4 petits temps partiels (étudiants pour la plupart), titulaires de contrats de 12 à 20 heures hebdo, qui se relaient dans la boutique.

Des perspectives d’évolution professionnelle bien minces

Les perspectives d’évolution professionnelle sont bien minces.

Au mieux, un(e) « 35 heures » peut passer adjoint(e), un(e) adjoint(e) de magasin de taille moyenne peut devenir responsable d’une boutique de petite taille et une responsable de petite boutique peut prendre la responsabilité d’une plus grande.

Vous me direz, dans les agences de voyages, les possibilités d’évolution sont à peu près les mêmes.

La différence, c’est que dans les boutiques de fringues, il ne faut pas attendre d’avoir des années d’expérience pour être reconnue et prendre du galon.

Après 18 mois chez un concurrent, Sylviane est restée 8 mois vendeuse dans une grosse boutique de l’enseigne avant de passer adjointe.

Anne-Laure a moins d’un an de boite et on lui a promis qu’elle était première sur le tableau d’avancement. Avantage à la sape par rapport au voyage ; c’est peut-être le seul…

Le flicage à outrance

Pour les temps partiels, point de salut. De toute façon, ils ne font que passer… bien rares ce qui restent plus d’une saison.

Sur les 4 collègues à temps partiel de Sylviane, le plus ancien est arrivé en mai. Selon les filles, l’explication vient du fait que les salaires sont misérables et les conditions de travail difficiles.

On parlait salaire. Sylviane est payée 2000 € bruts (pour 39 heures hebdo). Selon Sylviane, Clémentine est payée « un peu plus mais pas beaucoup » pour 39 heures aussi. Anne-Laure et les temps partiels sont payés au SMIC horaire.

Le premier truc qui m’a choquée, c’est que nulle part, les vendeurs n’ont d’endroit pour s’asseoir : il n’y a pas de chaise dans la boutique et la seule solution pour poser son cul par terre, c’est d’aller en réserve en sous-sol (sans fenêtre).

Le deuxième truc, c’est le flicage à outrance. Dans cette chaîne, les équipes sont jugées sur deux indices : 1) le chiffre, 2) le taux de concrétisation commerciale.

Je vous explique. Il y a un compteur sur la porte : un mouchard qui compte le nombre d’entrées dans la boutique.

Chaque soir, le siège fait un calcul dégueulasse : une division entre le nombre de visiteurs et le nombre de tickets de caisse édités.

Si le rapport est inférieur à 1/8 (1/6 en période de soldes), les filles se font taper sur les doigts.

Du coup, certains jours, les vendeurs n’osent même pas prendre de pause (elles vont juste en réserve 5 minutes s’asseoir et/ou manger un petit truc réchauffé à la hâte au micro-ondes) pour éviter qu’une entrée/sortie soit comptabilisée.

Des vendeuses flippées par les clients-mystères

Comme si ça ne suffisait pas, elles sont flippées par les clients-mystères (un jour, ça tombe : « Sylviane m’a dit bonjour sans sourire et sans grande conviction » ou « Sylviane a été hautaine avec moi et ne m’a pas proposé la vente d’accessoires »).

Comme si cela ne suffisait pas, des animatrices régionales des ventes débarquent en boutique sans crier gare. « Alors mesdemoiselles, le chiffre n’a pas été terrible hier, comment vous l’expliquez ? » (Sylviane a répondu simplement « hier, il pleuvait. Quand il pleut, y’a personne »)

Le planning de l’équipe : un cauchemar. Sylviane et Clémentine prennent leurs jours off en alternance : une semaine sur deux le lundi et le jeudi ; une semaine sur deux le mardi et le mercredi (comme ça, elles sont là toutes les deux le week-end).

Anne-Laure a le jeudi et le vendredi. Les petits temps partiels sont là essentiellement le week-end. Ça pique. (Avantage, comme ça, ils peuvent aller à la fac le reste du temps).

Avec Sylviane, je me suis fait une nouvelle copine

Ce qui m’a le plus étonnée : « vendeuse de fringues », c’est pas seulement dire « bonjour, vous faites quelle taille ? un petit 38 ? » (à des clientes qui font du 42) « ça vous va super bien » et replier les fringues que les clientes ont mis dans tous les sens. Ben non, parce que…

1) une ou deux fois par semaine, on reçoit le « réassort » : c’est des gros cartons avec plein de fringues dedans (les filles disent « la came »).

Il faut ouvrir les cartons, sortir les fringues des plastiques, prendre une espèce de pistolet pour scanner les étiquettes ce qui permet d’entrer les fringues dans le stock et mettre le prix sur chaque fringue (un cauchemar). Si le carton reste en réserve (ce qui arrive bien souvent), c’est comme la came n’existait pas.

En fait quand une vendeuse dit « on va recevoir du stock », une fois sur deux, le stock est déjà là mais pas ouvert/scanné/étiqueté…

2) le mardi, elles sont 2 à commencer à 8h pour « faire le merch » : le merch, c’est en gros, tout mettre en l’air dans la vitrine et la boutique pour renouveler l’offre (et pas n’importe comment : c’est les gens du marketing qui envoient les modes d’emploi le lundi en fonction de paramètres incompréhensibles)

3) les temps partiels sont là pour « aider les plein-temps à faire du chiffre » : ce sont eux qui font des aller-retours en réserve pour chercher le t-shirt à 59 € dans la bonne taille et le bon coloris (by the way, les gens de la prod’ ont inventé des noms pour chaque couleur. Par exemple, on ne dit pas « gris » mais « souriceau » ; l’an dernier, « éléphant », c’était exactement la même couleur)

4) il faut aussi surveiller que les gens ne piquent pas dans la boutique. Les vendeurs ont toujours un œil sur les présentoirs, les cabines et le reste…

5) les gens négocient : « j’ai pris 3 articles, vous m’offrez quoi ? ». Dans l’enseigne de Sylviane, on ne pratique pas la réduc’ sauvage ; c’est comme ça.

Une cliente qui a passé 30 minutes et a choisi 4 articles peut tout planter si elle est contrariée qu’on lui refuse un geste.

6) Toute la journée, y’a des gens qui défilent dans la boutique : des voisins qui veulent de la monnaie, des gens qui veulent déposer des CV, des gens qui ont perdu un animal ou… des gens qui ont une terrible envie d’aller aux toilettes…

Sinon, qu’ai-je appris de cette journée ? Que les gens sont mal élevés (ils ne disent ni « bonjour », ni « merci »), qu’ils n’ont aucune considération pour les vendeuses, qu’ils sont sales (beurk, les petites odeurs aigres-douces qui s’exhalent des cabines…) et exhibitionnistes.

Bref, j’ai repris avec bonheur au lendemain de cette journée mon job de manager intermédiaire, vendeuse de rêves assise, climatologue, psy, géographe et juriste bien contente de ne pas être une vendeuse de fringues, experte en couleurs et en bon goût, manutentionnaire, crevée d’être debout, aux 5 sens agressés par des client(e)s moches et malodorants en sous-vêtement douteux qui s’expriment mal.

Et puis, avec Sylviane, je me suis fait une nouvelle copine...

Bonus pour mon Facebook : www.street-tease.com

Lu 14374 fois

Tags : lea
Notez


1.Posté par Xavier le 25/11/2013 08:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
dommage de ne pas dire un mot sur les marges qui ne sont malheureusement pas le même en agence de voyage qu'en boutique de fringue !!!

2.Posté par NB le 27/11/2013 17:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MEDEF 2, le retour de la vengeance.

Regardez ailleurs comme c'est pire! Vous n'imaginez pas à quel point...
Alors réjouissez-vous de la chance que vous avez!
Evidemment l'un des exemples les pires n'est pas un hasard.
J'y crois de moins en moins à cette "agent de voyages" qui se réjouit de tout. Ou alors c'est de plus en plus flippant. Les ficelles sont un peu grosses.

Oui, agent de voyages, finalement, ça n'est pas si mal.
Le salaire raz des paquerettes qui n'évolue pas (en tous cas pas au rythme du coût de la vie), pas (ou peu) d'évolution de carrière et une profession à qui on en demande toujours plus, mais sans jamais avoir la reconnaissance ni même une image positve.
Hé oui! C'est bien d'être assis! Pourquoi se plaindre?

La petite phrase glissée gentillement aussi sur les congés en semaine.

Etc..

C'est quoi l'idée de base de ce merveilleux BigBoss?
"Regardez ailleurs, c'est pire. Ici vous avez de la chance".
On vend du rêve au client, mais pas trop aux fameuses "ressources humaines"...

Pouquoi ne pas avoir pris un second exemple? Hum?
Un job intéressant, avec une bonne image, des possibilités d'évolution de carrière, des responsabilités mais le salaire qui va avec, etc...


Oui, pourquoi pas?

Ce nivellement par le bas me laissera toujours songeur...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com