TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Léa : vis donc ma vie d'agent de voyages à domicile !

La life de l'agent de voyages (pas si) blonde


Rédigé par La Rédaction le Lundi 19 Mai 2014

Léa aurait-elle quitté Big Boss pour se lancer dans de nouvelles aventures entrepreneuriales ? Vous n'y êtes pas ! Notre agent de voyages pas si blonde s'est posé la question et s'est glissée le temps d'une chronique, dans la peau d'un conseiller voyages à domicile...



L’espace d’un instant, je me suis imaginée dans mon mini-loft feutré, un casque sur les oreilles à répondre à mes clients fidèles qui voudraient réserver une belle croisière ou un safari de luxe ou recevant des clients friqués autour d’une tasse de thé parfumé (que j’aurais rapporté du Sri Lanka) pour les faire rêver avec de jolies photos qui défileraient sur mon i-pad rose.  - Dessin Raf
L’espace d’un instant, je me suis imaginée dans mon mini-loft feutré, un casque sur les oreilles à répondre à mes clients fidèles qui voudraient réserver une belle croisière ou un safari de luxe ou recevant des clients friqués autour d’une tasse de thé parfumé (que j’aurais rapporté du Sri Lanka) pour les faire rêver avec de jolies photos qui défileraient sur mon i-pad rose. - Dessin Raf
Agent de voyages à la maison, ça vous tente ?

Aux USA, le nombre d'AGV travaillant à domicile a augmenté de 434% en 8 ans ! Ce concept va t-il déferler en France ?

Samedi 3 mai, comme tous les samedis, Amandine et moi étions à l’agence. Je dis bien « [nous] étions à l’agence » et non pas « Amandine et moi avons travaillé samedi ». Tout est dans la nuance.

Quand les jours fériés tombent le jeudi (et en ce joli mois de mai, il y en a trois), la France fait le pont.

Amandine et moi travaillons le samedi, alors vous vous doutez bien que les ponts, on n’en voit pas la couleur…

On a juste un jour férié au milieu de notre semaine de labeur. Et bien sûr, les autres collègues font le pont parce que « venir travailler pour un jour, c’est idiot ».

Alors oui. C’est idiot.

Les idiotes, en tout cas, c’est nous. A moins que nous ne soyons que les dindes de la farce (j’adore cette expression).

Bref, Paris était vide, on attendait le chaland qui ne venait pas, on avait répondu à tous nos devis la veille (retournez au début de l’article : le vendredi 2 mai, comme le 9 et le 30, la France faisait le pont mais pas nous) et on n’avait même pas une petite grève Air France à se mettre sous la dent puisque le SNPL avait renoncé à son mouvement.

Les agents de voyages à domicile, un sujet qui "me parle"

La journée s’annonçait tellement tranquille que comme Pierre dans le Père Noël est une ordure, on vérifiait de temps en temps que le téléphone était bien raccroché. « C’est vrai que c’est tout de même très calme ».

Une fois terminé le grand débat de la semaine (« tu as aimé le nouveau Grazia ? » ; la réponse est « non »), heureusement qu’il nous restait plein d’e-mails pour nous occuper.

Chaque jour, on en reçoit une tonne. Tout ce qui ne mérite pas mon attention immédiate se retrouve dans le répertoire « un jour si j’ai le temps ». C’est un dossier rigolo comme tout, avec pleins de trucs que je ferais « un jour si j’ai le temps », « plutôt à ce moment-là, on sera plus tranquille » .

Et ça tombe bien, parce qu’en ce samedi 3 mai, j’en avais à revendre, du temps.

J’ai donc ressorti de ma boite magique, 4 mois de vieilleries. Et je suis tombée sur une newsletter de TourMaG qui comprenait un vrai sujet de fond. : « USA : le nombre d'AGV travaillant à domicile a augmenté de 434% en 8 ans ! ».

Je ne sais pas vous, mais moi, un sujet comme ça, (comme ils disent dans Top Chef), ça me parle.

D’autant plus qu’en matière de tourisme, tout ce qui se passe aux Etats-Unis finit par arriver chez nous 10 ans après. Donc, autant savoir de quoi demain sera fait.

Le boom aux Etats-Unis

Je vous résume le truc : « Après avoir connu des années noires avec le développement des ventes directes des fournisseurs, […] les distributeurs ont trouvé de nouvelles raisons et de nouvelles façons d'exister. »

Là, je me suis dit que les agences qui survivraient à la crise actuelle de la désintermédiation pouvaient rêver de lendemains qui chantent.

Je poursuis : « plus de la moitié des agences de voyages existantes ont disparu » [quand même…] « mais le créneau de l'agent de voyages solo, travaillant de la maison, a connu un véritable boom. »

Nous y voilà…

« Entre 2003 et 2011, le nombre d'agent de voyages travaillant à la maison s'est accru de 434% ! »

Oui, mais on est partis de combien ? Les 6 agents de voyages qui travaillaient chez eux en 2003 sont devenus 32 ? On continue…

« Si le point de vente employant plusieurs agents reste la façon de travailler la plus commune, représentant 36% de l'ensemble de la distribution, l'agent indépendant travaillant à la maison pèse désormais 18%. »

Et là, j’ai mobilisé mon neurone. Et j’ai pensé. Si, je vous assure. Pas si folle, la guêpe.

Le bureau à la maison

Travailler chez soi ?

Mon Nico-adoré est « home based » comme ils disent dans la chaîne hôtelière qui l’emploie.

C’est-à-dire qu’il n’a pas de bureau, que son ordi traîne à l’appart et qu’on a un placard entier bourré de brochures, de CD Rom et de clés USB alors que cet espace devrait être libéré pour mes robes.

Mais mon Nico est sur le terrain 9 demi-journées par semaine… on ne peut pas vraiment dire qu’il travaille depuis chez nous.

L’espace d’un instant, je me suis imaginée dans mon mini-loft feutré, un casque sur les oreilles à répondre à mes clients fidèles qui voudraient réserver une belle croisière ou un safari de luxe (« vous nous mettez en classe affaires, Léa s’il-vous-plait » ou recevant des clients friqués autour d’une tasse de thé parfumé (que j’aurais rapporté du Sri Lanka) pour les faire rêver avec de jolies photos qui défileraient sur mon i-pad rose.

Je serais toujours vêtue d’un chemisier de soie rapporté d’Inde ou du Cambodge et mes cheveux seraient noués en chignon et agrémentés d’un coquillage ramassé sur une plage de Polynésie.

Je pourrais embaucher l’un de mes petits apprentis

Pas de faux-clients internet, pas de commerciaux qui débarquent à l’improviste, pas de gens qui s’exaspèrent qu’il faille faire la queue, pas de Coralie qui nous tient au courant des dents et des petits problèmes digestifs de Melvil et Robinson, pas de gens qui passent juste une tête pour me demander où est la poste / s’ils peuvent faire pipi / si on a des catalogues sur l’Egypte (c’est pour un exposé pour l’école).

Une fois par semaine, je passerais à la banque déposer les gros chèques de mes clients et de temps en temps, pour les clients vraiment VVVIP, je me déplacerais à domicile (en taxi) pour leur proposer les hôtels les plus hype de la planète.

Et puis je me suis demandé comment je ferais pour traiter les demandes de mes clients quand je serais partie en voyage d’études. Je pourrais embaucher Mélody ou Olivier, l’un de mes petits apprentis.

Ils taperaient les programmes, confectionneraient les carnets de voyage, répondraient au téléphone, feraient des recherches pour trouver le meilleur du meilleur.

Je pourrais aussi proposer un service de conciergerie à mes clients pour qu’Olivier ou Mélody s’occupent de relever le courrier 2 fois par semaine chez les clients en voyage et leur déposer des fruits et remettre le chauffage la veille de leur retour.

Déménager dans les beaux quartiers ?

Mais où les mettre ces deux-là, dans mon mini-loft ?

Il faudrait que je déménage, que je prenne plus grand. Et si je veux recevoir les clients chez moi, il faudrait quand même que je déménage dans les beaux quartiers « pour me rapprocher de ma clientèle » (je ne peux pas les faire venir chez moi tant que j’habite La Chapelle, ça ne serait pas digne de leur rang).

C’est là que le « ding-dong » de la porte a retenti.

Une fille bling-bling entrait pour nous demander « ce qu’il nous restait pour le week-end suivant (celui du 8 mai) au soleil pour moins de 500 € en all-exclusive ».

Elle « n’avait rien prévu pour le pont, et comme il va faire moche, elle n’allait quand même pas rester à Paris »…

Lu 19006 fois

Tags : lea
Notez


1.Posté par laborde turon christine le 19/05/2014 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour

le souhait de Léa est tout a fait réalisable.
nous sommes une agence de voyages avec plus de 7 ans d'existence : desirs2rêves
Tourmag m'a décerné en 2010 le prix du manager de l'année pour rappel.
notre concept : la vente à domicile.
notre force de vente est en contrat à domicile et le concept fonctionne plus que bien.
en 2008 j'étais seule, aujourd'hui nous sommes 25.

chaque conseiller voyage gère son emploi du temps et sa rémunération.
ce genre de samedi non productif n'existe pas dans notre concept.

bien entendu pas question d'être au statut agent co ou auto entrepreneur non autorisé . vous êtes salarié, rattaché à l'agence par un contrat de travail en CDI,comme l'exige la règlementation de la vente de voyage.
hélas encore trop de vendeurs mal renseigné se lance à leur compte sans avoir l'immatriculation obligatoire.
n'hésitez pas à me contacter pour tout ceux qui souhaitent se renseigner sur cette formule de travail qui est l'avenir dans notre profession.

vous ne pouvez visualiser notre site en ce moment car il est en pleine restructuration et donc inaccessible.
mais patience dans quelques jours il sera de nouveau visible.

Christine laborde turon
directrice de l'agence
claborde@desirs2reves.com

2.Posté par FloM le 19/05/2014 11:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chère Léa,

Afin de t'éclairer un peu plus, voici mon témoignage d'agent à domicile...
J'ai 23 ans d'expérience, et après 12 années en agence, j'exerce depuis 11 ans , à mon domicile un métier qui me passionne.
Je travaille sur rendez vous pour une clientèle prête à payer pour du conseil et du service ( les bases de notre métier ) ,- oui je reçois avec du thé de Ceylan ( ou du café ) dans mon joli salon- mais je sais m'adapter donc j'ai aussi du coca au frigo ( ! ). Nous visionnons également leurs futurs choix de vacances sur Ipad ( il faut investir un minimum ! ) et j'ai ouvert une page perso sur le net pour valoriser mon savoir faire ( beaucoup de photos personnelles ). Afin de me consacrer au coeur de notre métier je suis déchargée de toute la partie administrative grâce à mon back office, et la moitié de mes dossiers sont du "sur mesure" et de la production . J'ai une casquette commerciale ( j'ai un stand sur 2 salons du tourisme dans ma région), j'assure mes ventes, le suivi de mes dossiers et la fidélisation de la clientèle , je gère mon organisation et mon temps de travail. Professionnalisme, liberté et autonomie, voici la définition de mon métier aujourd'hui, une vraie chance....
Florence M - ex-Travelia / Twimtravel et aujourd'hui chez Désirs2rêves

3.Posté par ROUSSEAU le 19/05/2014 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Léa,
Voilà une idée qu'elle est bonne et pas utopiste!

Cadre dirigeant retraité dans un autre domaine que le voyage, grand voyageur depuis l'adolescence, j'ai rejoint Desirs2Rêves l'heure de la retraite venue pour partager mes connaissances, mes expériences, mes rencontres, avec des prospects ciblés qui recherchent du voyage sur mesure, sans être exclusif. Mes clients partent plutôt à 2, en famille ou entre amis.

Je concilie ainsi une passion (dévorante) avec une nouvelle activité professionnelle rendue possible par l'excellente coordination que mes collègues conseillers voyages à domicile et moi-même avons avec le back-office (performant) de Désirs2Rêves.

Résidant dans l'Ouest, mes clients sont issus de mes réseaux professionnels et amicaux, d'une clientèle de proximité que je sollicite en m'associant aux animations commerciales locales, mais aussi de toute la France via Internet et les réseaux sociaux avec ma propre marque (mes voyages coup de coeur) sur www.jaimelevoyageaventure.com siglée Désirs2Rêves et Selectour.

Cette activité (lucrative) reste compatible avec mes envies de continuer à découvrir notre belle planète, de profiter de ma retraite et de la vie, de faire face à mes "obligations" familiales...

C'est une vraie bonne Idée, une idée du présent et sûrement du futur, chacun d'entre nous ayant sa ou ses cibles de clientèles spécifiques, Individuels, Groupes, etc... Activité complémentaire ou job à temps plein, c'est selon!

4.Posté par le chat le 19/05/2014 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour


ecoutez cela fait quelques années que je suis professionel independant , et je travaille à domicile. C est bien si votre activté est moyenne en volume. Par contre des que ca grimpe, des que ca marche, votre chez vous devient le bureau ......et c est troublant et ca peut mettre en peril votre couple, etc, avec tous les effets pervers .........................

Le domicile n est pas un bureau, des que ca marche bien, payez vous des bureaux....

5.Posté par Pierre-André Romano le 19/05/2014 20:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Beau concept effectivement, ils sont plus de 45 000 aux Etats Unis et nous sommes quelques dizaines en France alors que cela fait maintenant plus de 10 ans que nous défrichons pour trouver la bonne adaptation et convaincre, les clients comme les pros. Le gap culturel (nous ne sommes pas des commerciaux, encore moins des entrepreneurs, comme le sont naturellement les américains) et le contexte juridique expliquent sans doute pour partie cet écart. Le challenge en est d’autant plus excitant pour ceux qui sont motivés et persévérants.
Et ça fait toujours plaisir de voir que les trois commentaires précédents viennent de 3 de nos anciens vendeurs, cela prouve que nous sommes tous sur le bon chemin, aussi long qu’il puisse être en France. Anglais, italiens, belges, hollandais, espagnols, et de nombreux autres pays européens ont développé des réseaux sur ce modèle depuis de nombreuses années. L’exception française sans doute ;)
Pierre-André – twimtravel.com

6.Posté par Luc G le 20/05/2014 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
MDR les commentaires ci-dessus qui ne sont que de la pub déguisée pour desirsdemachin !

AGV à domicile ? Ok mais pour les call centers business travel, pour le tourisme même haut de gamme j'ai vraiment beaucoup de mal à y croire. C'est soit internet pour les séjours classiques, soit l'agence traditionnelle pour le sur-mesure et je doute fort que cela change...

7.Posté par laborde turon christine le 20/05/2014 17:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour Luc

le MDR est fort mal approprié et notre nom est désirs2Rêves si vous avez un problème de mémoire.
vous devriez venir nous rendre visite à Bordeaux et avant de cracher votre bêtise sans réfléchir, vous rendre compte par vous même qu'une forme de distribution différente fonctionne.
vous n'entendez jamais parler de nous ou très peu, nous n'avons pas besoin de faire de la publicité à deux balles comme vous semblez le dire.
la satisfaction de nos clients est notre meilleure publicité.
depuis 7 ans d'existence nous avons une progression constante à deux chiffres chaque année, ce qui devient très compliqué pour une agence en ces périodes de crise.
nos comptes sont publiés vous pouvez vérifier. nous n'avons rien à cacher. ne critiquer pas ce que vous ne connaissez pas , renseignez vous au préalable
le changement est en route et je pense que vous êtes peu informé.
notre métier à été fondamentalement transformé et nous n'en sommes qu'au début.
mais il existe encore des irréductibles comme vous qui refusent de regarder l'évolution en face
a bon entendeur salut!!

Christine laborde
claborde@desirs2reves.com
moi je signe de mon nom, je ne cache pas derrière un pseudo.....

8.Posté par Alain Fournier le 20/05/2014 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aucun avenir tant que la loi ne change pas...en effet un travailleur indépendant ne peut, théoriquement, pas vendre ou conseiller des voyages...et c'est bien dommage car cela créerai de nombreux emplois...et apporterai du business aux agences physiques qui seraient derrière...

9.Posté par FloM le 20/05/2014 19:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
quelques précisions ...

Pour votre information, je travaille pour ma part en toute légalité, je suis salariée avec un statut "d' agent de voyage " depuis plus de 10 ans à domicile, avec les mêmes cotisations ( hélas ! ) qu'un salarié lambda ( Sécurité Sociale, retraite....) , j'ai aussi la mutelle , les éductours...
Les différences ...? Mon salaire varie tous les mois en fonction de mon chiffre d 'affaires ( il faut donc bien gérer sa trésorerie perso ! ) , physiquement je ne suis pas à l'agence, je suis en télétravail et je n'ai pas honte de dire que certains mois je gagne 2 à 3 fois le salaire auquel je pourrais prétendre en agence et que lorsque mes enfants étaient plus jeunes j' avais choisi de ne jamais travailler pendant les vacances scolaires ... aujourd'hui je me compare plutôt à un entrepreneur qui s'appuie sur une structure pour exercer ( Licence ) et ma rémunération est - réellement- le fruit de mon travail . Florence M.

10.Posté par laborde turon christine le 21/05/2014 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Alain

je me permets de répondre à votre information de travailleur indépendant.
tous mes conseillers voyages à domicile sont en contrat en CDI avec l'agence.
ils sont rattachés à la convention collective comme tous les salariés des agence de voyages.
je paie bien mes charges patronales comme n'importe quel directeur d'agence;
la seule différence c'est leur lieu de travail, ils ne sont pas physiquement dans une agence avec pignon sur rue, ils ont tous les outils pour travailler depuis chez eux.
par contre ils sont mobiles, ils vont chercher le client.
et croyez moi ils ont du mérite car c'est loin d'être évident.

chez nous pas de "free lance " ou de travailleurs indépendants, d'ailleurs sur ce sujet vous avez tout à fait raison, la loi l'interdit.
et je compte bien sur notre nouveau président du SNAV jean pierre MAS pour faire la chasse aux mauvais élèves et surtout à tous ceux qui font du para commercialisme..

croyez moi il y des directeurs d'agence qui suivent la loi sur toute sa ligne et c'est bien notre cas
Christine laborde turon
directrice de desirs2reves

11.Posté par Alain Fournier le 21/05/2014 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Christine,
Je ne mets aucunement en doute le fait que vous suiviez la légalité...je dis simplement que si la législation était plus souple et permettait par exemple à une agence de travailler avec des agents indépendants, auto-entrepreneurs...cela vous aiderait dans votre développement (car moins de risques/contraintes) et cela créerait des emplois.
Si vous comptabilisez le nombre de personnes en France qui travaillent dans des call center et donc vendent des voyages pour des TO, des OTA...je pense que la chasse aux petits apporteurs d'affaires/courtiers, vous paraitrait dérisoire...et nous sommes d'accord personne ne va aller toucher cette partie du business...trop d'emplois en jeu...on tourne en rond et pendant ce temps les agences meurent...et les gros se gavent en regardant les petits s'agiter au lieu de se remettre en question.

12.Posté par ObjectifVdi le 31/05/2015 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une forme de vente à domicile différente de la vente directe classique puisque c'est le client qui se déplace au domicile du vendeur. Sans doute réservé à des professionnels du tourisme parfaitement formés et expérimentés, mais une démarche qui s'inscrit dans la tendance auprès de client soucieux de conseils, de personnalisation des offres et de traitement "VIP"...

13.Posté par Parenthese Café le 14/08/2015 06:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le travail à domicile présente bien des avantages. Le principal me semble être celui de gagner en indépendance et en liberté. En revanche, il nécessite organisation et rigueur. Il faut aussi se créer ses propres contraintes et ses propres objectifs si l'on veut réussir à gagner très correctement sa vie.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com