TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Les agences de voyages peuvent-elles gagner de l’argent sur Internet ?

Convention du Snav Provence à Bastia


Rédigé par Jean DA LUZ le Lundi 17 Septembre 2007

La Convention du Snav Provence qui vient de s’achever ce week end à Bastia (Corse), a été une incontestable réussite. Outre l’ambiance conviviale et le cadre splendide de l’Ile de Beauté, les 124 participants qui avaient pris place à bord du « Napoléon Bonaparte », ont eu droit (enfin ?) à des réponses concrètes à la thématique retenue : « Comment le Net peut-il être une source de profit pour une agence traditionnelle ? ».



On pourrait tourner la question autrement : y-a-t’il encore une place sur la Toile pour les agences de voyages traditionnelles ? « Oui », incontestablement, répondront certains. « Non, c’est manifestement trop tard », assèneront les autres. Et si la vérité était, une fois de plus, entre ces deux extrêmes ?

Il faut être naïf aujourd’hui pour croire qu’en dépensant 3 ou 4000 euros, l’agence de voyages « mortar » se hissera au niveau des agences en ligne qui se battent, elles, à coup de centaines de milliers d’euros pour figurer dans le top ten du mot-clé « voyage » dans les moteurs de recherche.

Mais les choses sont loin d’être aussi simples. Tous les sondages le démontrent : l’expertise de l’agent de voyages, spécialiste et conseil, est loin d’être une valeur obsolète. Bien au contraire, comme le démontrent des études convergentes aux Etats-Unis.

Alors ? Alors, il y a incontestablement une place pour la distribution traditionnelle sur Internet, mais elle n’est pas forcément celle que l’on imagine.

Balayons définitivement une image (un fantasme ?) qui a la vie dure : non, l’agence de Trifouilly-les-Oies, ne deviendra jamais un acteur majeur de l’etourisme.

Pourquoi ? Parce que « les places sont prises », répond Christophe Léon, directeur marketing de Voyagesncf.com (VSC). Et l sait de quoi il parle : 1er site d’etourisme en France, VSC a vendu pour 1,5 milliard de chiffre d’affaires en 2006 (dont 80% de billetterie) soit une croissance de 33%.

Sachez qu’un Internaute sur 3 a acheté son voyage sur VSC au cours du 1er semestre 2007. Mais pour arriver à ce résultat, outre une marque emblématique, le site a déposé plus de 140 000 mots clé sur Google pour un investissement de 5 millions d’euros (!).

Il faut y ajouter les commissions versées aux comparateurs et aux 4 500 sites affiliés. Bref, des budgets qui sont loin d’être à la portée de tout le monde. Voilà pour les enjeux financiers.
Faut-il pour autant jeter l’éponge ? Que nenni ! Les enjeux pour les agences traditionnelles sont ailleurs.



Inutile d’essayer de se battre avec les mastodontes qui ont mis la vente de voyage en ligne en coupe réglée. En revanche, il faut tirer parti des outils qui permettent, à moindre coût, d’améliorer la relation-client (CRM), de faire de la prospection, du suivi et, de manière plus générale, de disposer à moindres frais d’une boutique ouverte 24/24h et 7/7 jours.

La proximité et l’ « humanisation » seront les prochains défis du Net. Aujourd’hui il n’est pas rare de commander une pizza au pizzaïole du coin de la rue. Pourquoi ne demanderait-on pas à son agent de voyages de quartier un devis ou des renseignements pour les prochaines vacances ?

« Même les grands Réseaux d’agences de voyages ne gagneront pas d’argent sur Internet, car la place est prise, insiste Christophe Léon. D’ici 4 à 5 ans, 50% du marché du voyage aura basculé sur Internet. La priorité des agences traditionnelles ne doit pas être de faire du business directement sur Internet mais de générer d’abord du trafic.

Inutile de croire aussi que la « marque blanche » est une martingale qui résoudra vos problèmes de contenu. Affichez plutôt votre expertise et votre spécificité. Dites que vous êtes un spécialiste, rappelez vos compétences et vos références sur votre site et expliquez pourquoi, chez vous, ce sera différent.

Proposez à vos clients et prospects de réagir. Important : mettez vos brochures en ligne, faites du référencement naturel (contenu rédactionnel) et profitez des outils gratuits de Google pour enrichier votre site.

Faites des échanges de lien avec vos autres sites, gérez de façon rigoureuse les adresses de vos clients et surtout la relation clientèle. Bref : faites valoir votre métier et souvenez-vous que le rendement d’un CRM est 8 fois supérieur à celui que l’on peut obtenir avec un mot clé ! »


Pour ceux qui en douteraient, Enrique Nalda, président de Google Travel, remet les pendules à l’heure. Le transfert des ventes de voyage vers le Net est irrésistible. Il y a 5 ans encore, la Distribution classique s’arrogeait 65% de part de marché.

Aujourd’hui ce chiffre ne représente plus que 45%. Tandis que les agences voient leur part de gâteau fondre comme neige au soleil, les nouveaux entrants, eux, continuent leur croissance en flèche. En 2006, les agences en ligne poursuivent leur croissance (+35%) à deux chiffres.

Faut-il désespérer pour autant ? Non, si l’on en croît une étude européenne en ligne administrée par Google. D’abord il faut savoir que les Français sont les premiers consommateurs de voyages dans le monde même si… 90% d’entre eux restent en France !

IL n’empêche : parmi les « prescripteurs » de voyages, 27% d’entre eux choisissent toujours leur agence de voyages. On pourrait reprocher à cette étude réalisée auprès des Internautes, des critères qualitatifs approximatifs. Mais ce qui est rassurant c’est qu’elle corrobore d’autres enquêtes du même type.

Conclusion d’Enrique Nalda : « Pas vu, pas pris » ! C’est un peu comme au Loto : tous les gagnants ont tenté leur chance. Autrement dit, pour monter dans le train d’Internet encore faut-il avoir préalablement avoir acquis son titre de transport !

Lu 4756 fois
Notez


1.Posté par JP Siméon le 17/09/2007 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ces commentaires me paraissent tous un peu orientés.
Il reste de la place sur internet pour les spécialistes et les offres pointues.
J'ai l'exemple d'un tout petit tour opérator qui vend du sénégal "hors classiques" avec succès.
En effet vendre de la tunisie balnéaire à 200 €, c'est difficile sauf avec une énorme visibilité.
mais vendre une tunisie gastronomique, culturelle ou autre part laissée par les "grands", c'est possible.
On dit souvent que la moitié des produits qui se vendront dans 10 ans n'existent pas aujourd'hui.
je pense que la moitié du chiffre réalisé dans 10 ans sur internet le sera par des entreprises qui n'y figurent pas aujourd'hui.
Et cela majoritairement grâce aux moteurs de recherche qui permettent à "l'agence de "trifouilly" come le dit notre ami jean, de faire visualiser leurs spécificité à l'autre bout du monde.
Internet, c'est pas figé !!!

2.Posté par baillot le 17/09/2007 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cela devrait vous intéressé

3.Posté par Céline HOUDEMENT le 17/09/2007 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est donc bon d'être un petit réceptif france quand 90 % des voyageurs france visite la France ...
Mais je miserais plus sur le changement des mentalités et de consommation des touristes à la recherche de simplicité mais surtout d'authenticité, et de rapports conviviaux. Comme le dit JP Siméon, dans 10 ans, Internet aura bougé.

4.Posté par COLETTE VIEIRA DA SILVA le 17/09/2007 16:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
100% d'accord avec JP Simeon il est clair que l'on ne peut plus occulter le net , en effet 87% des internautes passent via google pour 35% du marché du voyage en France, notre profession a évolué à grande vitesse ... il suffit de voir sur la toile qu'un réceptif au fin fond de l'amazonie brésilienne , s'il est bien référencé , (référencement naturel ,ou via des adwords si ses moyens lui permettent) est aussi connu qu'une grande marque , ainsi lorsque l'internaute cherche un voyage en amazonie il tombe sur ce qu'il cherche précisément.. mais directement chez le réceptif alors il faut faire vite pour ne pas laisser les parts de marchés se disperser.......internet est la plus grande bibliothèque d'informations au monde , chacun peut y trouver son compte , d'autant que les robots de google sont intelligents et reconnaissent ceux qui savent bien se présenter sur le net ( technique et richesse de l'information du contenu)
mais pour cela il faut commencer par aller sur le net !!!!

5.Posté par John Samson le 18/09/2007 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cette article !

6.Posté par Philippe Fabry le 20/09/2007 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis totalement d'accord avec "Il reste de la place sur internet pour les spécialistes et les offres pointues.". Internet permet justement de travailler les niches (cf. le principe de la longue traine)

7.Posté par LAMINE dembele le 06/02/2008 15:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JE QSOUHAITE UN PARTENARIAT AVEC VOTRE AGENCE DANS LE DOMAINE DU TOURISME . NOTRE AGENCE EST BASE BAMAKO MALI .NOUS AVONS PLUSIEUR SITE TOURISTIQUE DANS NOTRE PAYS .


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com