TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Les sites des compagnies aériennes analysées par les autorités Belges


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 10 Avril 2005

Après la décision du Ministre des Finances belge de suspendre l’application de la TVA sur les frais d’émission des billets aériens, c’est au tour de la Ministre des Classes Moyennes de se pencher sur le dossier des sites internent des compagnies aériennes. Les compagnies aériennes ont-elles le droit de proposer sur leurs sites Internet des possibilités de réservations hôtelières ou de locations de voitures sans être agréées comme intermédiaires de voyages? Telle est la question.



D’autant plus que pour la grande majorité des touristes, ces sites ressemblent fortement à celui des AGV en ligne. Les personnes réservant des chambres d’hôtel via les systèmes en ligne des airlines ne sont pas conscientes que les compagnies ne sont pas des AGV.

Il ne faut pas oublier que le simple fait de reprendre tel ou tel établissement dans les listes peut s’apparenter à une caution morale. Un client pourrait très bien penser en voyant le site d’une compagnie et en achetant sa chambre: « J’ai réservé l’hôtel Tartempion à Barcelone parce que Air France (ou la SNBA ou Ryanair ou Easyjet ou…) le reprend sur son site. Si elle le fait, c’est qu’elle a toutes les garanties. Sinon elle n’engagerait pas son image. »

Pas de commission sur les réservations

Or les compagnies aériennes ne sont pas assurées contre le risque d’insolvabilité (elles le refusent avec force malgré les faillites retentissantes de la Sabena, de Swissair, d’Air Liberté, d’Air Littoral, ….), elles n’ont pas de caution à bloquer, les lois aussi bien françaises que belge en matière de responsabilité d’intermédiaire de voyages ne sont pas d’application pour elles.

Quant aux compagnies aériennes, elles affirment le plus sérieusement du monde (si, si), qu’elles ne touchent aucune commission sur les réservations effectuées. Que la seule rémunération qu’elles perçoivent se limite à la vente de l’espace publicitaire du cliquet.

L’ennui, c’est que nous savons de très bonne source qu’il n’en est rien. Dans le cas d’une compagnie, la rémunération est basée sur un système de points liés au nombre de « clicks » enregistrés et au nombre de réservations réelles effectuées (nous ne savons pas, pour ce cas, s’il existe un lien au niveau du chiffre d’affaires).

« A chacune son métier »

En d’autres mots, pour les compagnies aériennes, elles ne sont pas des intermédiaires et donc non soumises à la loi régissant les AGV. Elles considèrent simplement vendre des espaces publicitaires à des brokers hôteliers et aux sociétés de location de voitures.

En hébergeant des sites de réservation et, quoi qu’elles prétendent le contraire, en étant rémunérées pour les achats effectués via ceux-ci, les compagnies concurrencent les AGV. Comme le dit très bien Baudouin Gillis, VP de Carslson Wagonlit en Belgique: « A chacun son métier, aux compagnies le transport, aux AGV la distribution et le conseil. »

Pour les agences, le raisonnement est très simple : « Vous nous avez supprimer les commissions et en plus vous voulez le beurre et l’argent du beurre. Si vous faites notre métier ayez au moins la décence de respecter les mêmes règles que nous. »

Une ministre Belge se penche sur le dossier

La Ministre Belge Sabine Laruelle en charge des Classes Moyennes a décidé de se saisir du dossier. Via son attaché de cabinet, Laurent Maillen, elle a convoqué pour ce mardi 12 février, tous les responsables des associations professionnelles pour mieux comprendre le dossier.

Un bémol pour les espoirs que les AGV pourraient mettre dans la position que prendra la Ministre dans le futur. Sur le site Internet de celle-ci on retrouve la phrase: « Le commerce est un pôle essentiel de notre économie.

Le secteur de la distribution en Belgique est régi par certaines dispositions légales et réglementaires qui ne correspondent plus à certaines évolutions socio-économiques ni aux nouvelles attentes des consommateurs ».

Pressions sur la Ministre

A lire cette citation, les AGV peuvent craindre le pire. En effet, madame Sabine Laruelle pourrait très bien considérer que c’est le statut d’exclusivité d'intermédiaires de voyages qui ne correspond plus aux évolutions socio-économiques, ni aux attentes des consommateurs….

Crainte d’autant plus fondée que la Ministre va sans aucun doute subir de très fortes pressions de la part des compagnies aériennes. Pressions qui, on s’en doute, auront pour but d’autoriser les airlines à continuer d’agir sans licences ni agréation d’AGV.

A contrario, il faut bien constater que plus de 70 % des AGV belges appartiennent à la catégorie des petites et moyennes entreprises, la ministre se devra de les défendre et de les protéger. Et puis, il ne faut pas oublier que les élections se rapprochent…

Michel Ghesquière - michel.ghesquiere@skynet.be

Lu 1449 fois
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com