TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





MSC Croisières : j'ai testé pour vous une croisière aux Caraïbes

au départ de La Romana


Rédigé par Michèle SANI le Jeudi 8 Janvier 2015

A bord du Musica, l’un des 12 paquebots de croisière de la compagnie italienne Mediterranean Shipping Cruises (MSC), j’ai sillonné une partie de la mer Caraïbe et fait escale dans quelques unes de ses plus belles îles. A partir d’un vaste et confortable espace de vie aux multiples facettes, services et attractions, j’ai découvert une île par jour.



Des îles qui vous prennent côté coeur. Ici le sourire d'une marchande au marché de Fort-de-France (Martinique).
Des îles qui vous prennent côté coeur. Ici le sourire d'une marchande au marché de Fort-de-France (Martinique).
Des forêts humides et luxuriantes où s’enchevêtrent tous les verts du monde, une mer tiède et cristalline, des plages ourlées de sable scintillant, des volcans qui sommeillent, des collines douces au charme nostalgique… mais aussi une histoire jalonnée d’épreuves, de tourments et de luttes qui laisse en héritage une identité forte.

Aux portes de l’Amérique, ces îles furent convoitées par toutes les puissances du monde. Il en reste un patrimoine, des traditions, une musique vibrante et des danses qui révèlent leurs origines mêlées, africaines, européennes, indiennes, créoles.

Ces îles vous prennent aussi côté cœur.

Au départ de La Romana (République Dominicaine) l'itinéraire du MSC Musica nous emmène à Road Town capitale de Tortola dans l’archipel des îles Vierges.

Il fera escale à Saint John capitale d’Antigua-et-Barbuda, Fort-de-France (Martinique), Castries (Sainte-Lucie), Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Phillipsburg (Saint-Martin). Après une semaine de navigation, il reviendra à La Romana.

Petit-déjeuner sur mon balcon, la mer Caraïbe comme horizon

MSC Croisières : j'ai testé pour vous une croisière aux Caraïbes
Mon petit déjeuner est servi à l’heure demandée, 8 heures, sur le balcon de ma chambre dont j’ai largement ouvert la baie vitrée.

Le Musica qui se dirige vers les îles Vierges creuse en silence son large sillon dans une mer calme. Le soleil est déjà haut et chaud. Nous sommes mi-décembre. Loin, à 9 heures d’avion et 5 heures de décalage horaire, sous le manteau gris et humide de l’hiver, la France se prépare aux grands froids.

Hors les dimensions du cabinet de toilette, de sa douche et les produits d’accueil réduits à leur plus simple expression, ma chambre n’a rien à envier à un hôtel 4 *.

La notion de « cabine » a disparu.. Il y a un espace « salon », un autre « bureau » (wifi avec supplément), une TV Interactive avec 5 chaînes françaises, de larges placards et espaces de rangements. Le décor est douillet et la literie, excellente.

Les produits d’accueil antiallergiques se résument à deux flacons à presser, le gel douche et le shampoing. Une affichette explique. « Nous avons introduit cette mesure afin de réduire de manière drastique l’utilisation de matières plastiques ». (Voir encadré les engagements MSC Croisières).

65 % des cabines de l’ensemble de la flotte MSC Croisières disposent de balcons. Le petit-déjeuner servi en chambre (room service 24/24) est « continental ». Le très grand choix est proposé au Il Giardino l’immense buffet situé au 13e étage du paquebot.

Une nouvelle liaison Air France dédiée aux croisiéristes MSC

MSC Croisières : j'ai testé pour vous une croisière aux Caraïbes
Le Musica a quitté, tard dans la soirée, la République Dominicaine après avoir accueilli les passagers du vol Air France dédié aux croisiéristes MSC. Il vient d’effectuer sa première liaison entre Paris CDG et l’aéroport de La Romana situé à une vingtaine de minutes du port d’embarquement.

Le contrat d’affrètement porte sur 18 rotations en Boeing 747-400 équipé de 432 sièges dont 36 en classe Business. Au total 7 776 sièges sont réservés aux passagers du MSC Musica du 7 décembre 2014 au 5 avril 2015.

MSC a par ailleurs signé un accord avec les Autorités de République Dominicaine qui permet d’éviter les formalités de police (à l’arrivée comme au départ). Pas d’attente non plus pour la livraison des bagages à l’aéroport. En faisant preuve d’un peu de patience les passagers les retrouveront devant la porte de leur cabine.

Cette croisière propose 3 escales d’embarquement et de débarquement : La Romana, Fort de France (Martinique) et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Sur cet itinéraire les passagers antillais voyageant en famille sont nombreux.

Une compagnie italienne qui fabrique français

Nous aborderons la première escale, Road Town (Tortola) à 14h00. Une grande matinée pour découvrir ce magnifique club de vacances flottant qu’est le MSC Musica.

Au vu du dernier-né de la compagnie, le MSC Prezosia, de ses 1 751 cabines (dont 69 suites Yacht Club) et de ses 18 étages, il est de taille « moyenne ».

Intégralement construit sur les chantiers STX de Saint-Nazaire – comme les 12 navires que compte aujourd’hui la flotte de cet armateur italien - , le Musica fut Inauguré en 2006. Il dispose de 1 275 cabines soit 2 550 passagers maximum en base double. Il n’a pas intégré la formule exclusive MSC Yacht Club.

Au service des passagers, 950 membres d’équipage venus de tous les horizons. 44 nationalités sont représentées. A tout seigneur tout honneur : le commandant Giacomo Romano, tout l’Etat Major et le chef de cuisine sont italiens.

Une lettre d’intention de commande pour 2 navires nouvelle génération a été signée en 2014 entre MSC Croisières et STX France. Je l’ai vécu : l’alliance du savoir-faire français avec le bon goût italien donnent le plus heureux des résultats.

Un espace de vie qui répond à toutes les envies

Une vue du Pont Soleil du MSC Musica
Une vue du Pont Soleil du MSC Musica
Le Musica est un paquebot moderne, agréable à vivre. Il a un certain luxe avec ce qu’il faut de cristal, de paillettes, de marbres , d’étoiles au plafond, de cuirs profonds, de cuivres brillants, de parquets cirés, de moquettes épaisses…

A bord chacun vit selon son goût, ses envies, à son rythme. On peut sans se gêner ou être gêné, lézarder au soleil, se baigner dans les piscines et bains à remous, tester le « Blue Marlin Vitamin Pool bar » ou profiter du spa, du centre de fitness, du salon de coiffure (pont 13),
jouer au casino, apprécier l’ambiance feutrée de la bibliothèque, du Havana Club...

On peut aussi entamer un tournoi de bridge dans un salon dédié aux seuls jeux de cartes, goûter un bon cru à l’Enoteca Wine Bar (pont 7), faire du shopping détaxé (en navigation seulement) dans la galerie marchande, prendre un verre en écoutant un orchestre, participer à un thé dansant ou apprendre à danser (ponts 6 et 7).

Il y a à bord 12 bars et salons différents, je les ai comptés et c’est naturellement, sans heurt, que l’on passe d’une ambiance à une autre.

Après les spectacles, les noctambules vont en discothèque ouverte à partir de 23h30 (pont 14). A l’autre extrémité durant la journée les enfants et adolescents - nombreux en période de vacances scolaires - ont leur mini-club (3- 6 ans), Juniors Club (7–11 ans), Young Club (12-14 ans) et Teen’s Club (15-17 ans).

Internationale, la cuisine donne la part belle aux saveurs méditerranéennes.

Le MSC Musica propose à ses passagers 2 restaurants gastronomiques « à la carte » , l’Oléandro et le Maxim » (2 services par repas, 19h00 et 21h30). En formule « buffet » : le Gli Archi Cafeteria ouvert 20 heures sur 24 et le Il Giardino ouvert de 06h30 à 22h00.

Coup de chapeau au passage pour l’organisation et la fluidité de ces buffets, pour la diversité des plats qui y sont servis et régulièrement renouvelés.

Un 5e restaurant, le Kaito Sushi Bar, propose à la carte une cuisine japonaise.

Excursions : une organisation tirée au cordeau

Les îles se sont organisées pour recevoir les croisiéristes. Ici Saint John (Antigua).
Les îles se sont organisées pour recevoir les croisiéristes. Ici Saint John (Antigua).
Débarquer les 2 539 passagers que nous étions sur des petites îles décrites comme « paradisiaque » me paraissait une aventure impossible ou tout au moins une épreuve pénible. Impression fausse et là encore coup de chapeau pour une organisation tracée au cordeau.

A chaque escale le vaste choix d’excursions proposées répartit les croisiéristes selon une offre thématique : « Découvertes citadines », « Culture et Histoire », « Panoramique », « Divertissement en famille », « Sport et Aventure », « Merveilles de la Nature », « Moments privilégiés », « Mer et Soleil ».

Tenir compte aussi des passagers qui préfèrent découvrir par leurs propres moyens avec des taxis locaux ou simplement rester à bord.

En clair les excursions ne génèrent pas l’effet de foule redouté.

Achetées individuellement les excursions ont un coût élevé (de 25, 90 € pour observer les dauphins à Tortola à 219,90 € pour une balade de 3 heures en Harley Davidson à travers l’île de Saint Martin).

Mieux vaut profiter des formules forfaitaires.

Une île par jour

Code de courtoisie : à Sainte Lucie le Royal Clipper fera retentir sa sirène pour saluer le départ de MSC Musica qui lui répondra.
Code de courtoisie : à Sainte Lucie le Royal Clipper fera retentir sa sirène pour saluer le départ de MSC Musica qui lui répondra.
Découverte par Christophe Colomb en 1493 Tortola est la plus étendue des îles Vierges. Montagneuse, couverte d’épaisses forêts tropicales, bordée par des fonds coralliens de toute beauté elle doit sa célébrité actuelle à son statut de destination "off shore" l’une des toutes premières – sinon la première dans cette région du monde.

C’est à Tortola que se trouve la base de la flotte Moorings, la plus importante société de location de bateaux des Caraïbes.

Les îles Antigua et Barbuda forment un même Etat. Indépendantes depuis 1981 elles font partie du Commonwealth. Des Anglais elles ont gardé le cricket , une véritable passion nationale.

Elles ont aussi le fameux « English Harbor » (ou Nelson’s Dockyard) qui se visite et mérite attention car il témoigne l’enjeu que représentaient ces îles pour les puissances du monde. De magnifiques yachts remplacent les navires de guerre de jadis.

Le Musica a fait route sud, sud-est vers la Martinique .

Il y restera de 08h00 à 21h00. Il fait 28°. Pas un nuage.

Cette longue escale donne le temps de découvrir en douceur celle qu’on appelle « l’île aux fleurs ». Les passagers sont guidés vers les véhicules d’excursions ou le centre-ville par des représentants (nombreux) de l’Office du Tourisme.

Cet accueil souriant fait oublier l’aspect bétonné du port de Fort-de-France.

70 km de long et 30 de large suffisent pour lui donner une grande diversité de climats et de paysages.

Saint-Pierre, la ville historique de l’île détruite en 1902 par l’éruption de la Montagne Pelée est reconnue comme lla 101e Ville d’Art et d’Histoire française. Couplée avec la visite d'une distillerie de rhum, c'est l'une des excursions "best seller" du bord.

Volcanique, couverte de forêts humides et luxuriantes, la petite île de Sainte Lucie (650 km2) se révèle comme l’une des plus belles des Antilles.

Un orage tropical vient d'éclater, tiède et de courte durée. Ici les forêts semblent plus vertes qu'ailleurs et la mer plus argentée.

Deux montagnes jumelles retiennent encore quelques nuages. Baptisées le « Gros Piton » et le « Petit Piton » elles sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. A voir aussi, le « Marigot Bay » considéré comme l’une des plus belles baies tropicales des Caraïbes. Indépendante depuis 1979 Sainte-Lucie est membre du Commonwealth.

Nous resterons à Castries, capitale de Sainte Lucie - l’un des ports les plus modernes des Caraïbes - de 08h00 à 17h30 aux côtés du Royal Clipper. Ce cinq mâts unique au monde fera fonctionner sa sirène en signe de salutation au moment de notre départ.

La géographie de la Guadeloupe se compare à un papillon dont les ailes « Grande-Terre » et « Basse-Terre » jouent avec bonheur la complémentarité.

Grande-Terre offre un paysage de collines douces, de champs de canne à sucre. Sa côte sud est le refuge des amateurs de farniente, de baies tranquilles et de plages de sable blanc.

Dominée par la Soufrière, un volcan qui sommeille, Basse-Terre surprend par sa végétation, sa jungle épaisse, ses petits hameaux qui semblent figés dans le temps.

Les passagers ont en nombre opté pour les excursions donnant la part belle aux baignades et plongées sous-marines.

Le port de Pointe-à-Pitre est quasiment en pleine ville. Le marché et les rues commerçantes sont à quelques minutes à pied de l’embarcadère.

Néerlandaise et française dans sa partie nord Saint-Martin et un paradis balnéaire qui a le sens des affaires. C’est l’ile des distractions, des jeux (très nombreux casinos), du shopping hors taxe. Les prix des produis higth, tech et autres parfums et cosmétiques semblent imbattables. L'une des boutiques du port ne désemplit pend. Il vend un fameux fromage hollandais au prix de 34 USD la pièce de 11 « pounds ». Prix certainement alléchant car le poids ( une "pound" ou livre pèse 453,59237 grammes) ne semblait pas freiner l’enthousiasme des acheteurs.

Retour à La Romana en République Dominicaine.

Le bateau qui accoste à 13h00 donne 4 bonnes heures aux croisiéristes avant qu'ils aient à rejoindre l’aéroport. Le choix d’excursions (options sportives, culturelles, balnéaires etc.) d’une durée de 2h30 à 04h30 est suffisamment large pour satisfaire toutes les envies des croisiéristes durant cette ultime escale.

Des normes environnementales responsables

Vu dans les cuisines cette affichette.Nouveau : visite désormais possible des coulisses du paquebot (les coulisses du théâtre, la blanchisserie, la cambuse et les réserves). A réserver au bureau des excursions. c
Vu dans les cuisines cette affichette.Nouveau : visite désormais possible des coulisses du paquebot (les coulisses du théâtre, la blanchisserie, la cambuse et les réserves). A réserver au bureau des excursions. c
La compagnie MSC Croisières s’est engagée dans une démarche environnementale visant à faire de chacun de ses paquebots un « Eco Ship ».

Elle est la seule compagnie à avoir reçu la certification « 7 Golden Pearls » du bureau d’études international Veritas, « plus haut standard » délivré à des navires de croisière certifiés.

Le cabinet d’audit salue ainsi son caractère innovant en matière de qualité, de suivi sanitaire, de sécurité et d'environnement.

Le Bureau Veritas a également attribué à MSC Croisières plusieurs certificats de conformité aux normes environnementales : contrôle des émissions, gestion environnementale, sécurité alimentaire (ISO 14001 et (ISO 22 000), gestion de la sécurité.

Au nombre des autres récompenses officielles obtenues : le « Green Planet Award » (pour ses équipements respectant l’environnement) et le « CIAL Award » (pour le recyclage de l’aluminium).

MSC, histoire et chiffres

La compagnie a une longue tradition maritime : depuis 1675 la famille Aponte originaire de Sorrente en Italie parcourt les mers. En 1970 Gianluigi Aponte fondait près de Naples la société Mediterranean Shipping Company.

Depuis il a développé une importante activité cargo. MSC est aujourd’hui le 2e armateur de porte-conteneurs du monde avec 459 unités desservant 6 continents.

Il dispose de 500 bureaux locaux et emploie 44 000 collaborateurs.

En 1996 la compagnie créait la filière croisière, la Mediterranean Shipping Cruises qui représente : 12 navires – 152 itinéraires – 642 ports d’escale. Elle fait voyager 1 200 000 passagers par an et emploie 15 500 employés dans le monde.

Depuis 2008 , MSC progresse de 11 % en moyenne par an sur le marché français.

En 2008, elle faisait voyager 40 000 français. Elle est aujourd’hui co-leader en France avec 150 000 passagers.

Lu 11736 fois

Tags : croisière, msc
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com