TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Maison de la France : ''Nous battre davantage pour imposer la destination France !''

le GIE fête son vingtième anniversaire


Rédigé par Geneviève Bieganowski le Mardi 19 Juin 2007

Ce pourrait bien être la première sortie officielle de Luc Chatel, nouveau secrétaire d’état au Tourisme : le 27 juin, Maison de la France réunira en effet ses 1400 adhérents et ses 300 collaborateurs pour marquer son vingtième anniversaire. Bilan et perspectives avec le directeur général, Thierry Baudier.



TourMaG.com - Quel bilan tirez-vous de vingt années de fonctionnement du GIE Maison de la France ?

Thierry Baudier :
"Plutôt que de me lancer dans une longue analyse, je préfère donner quelques chiffres qui vont situer le parcours réalisé : en 1987, à la création de la structure, Nous comptions 70 adhérents et le budget de fonctionnement s’élevait à 22 millions d’euros.

Aujourd’hui, nous avons 1 400 adhérents et notre budget est passé à 73 millions d’euros. Quant aux recettes en devises réalisées par le tourisme incoming, elles sont passées de 11 milliards d’euros en 1987 à 37 milliards d’euros en 2006.

Maison de la France a été un contributeur important de l’explosion du tourisme international. Et les pères fondateurs du GIE avaient compris que le tourisme pouvait être un enjeu de croissance pour la France, créateur d’emplois et de richesse."


T.M.com - La structure en GIE a-t-elle tenu la route ?

T.B. :
"C’était un pari fou que de réunir le public et le privé, les grands acteurs comme les plus modestes. La formule GIE est tout à fait adaptée à cette forme de partenariat.

Aujourd’hui les forces en présence se divisent en trois tiers : les institutionnels, notamment les CRT, les acteurs privés du tourisme d’Accor jusqu’au camping des flots bleus, et, depuis quatre ans, les acteurs privés hors tourisme mais qui tirent profit des flux touristiques comme les grands magasins, les associations viticoles, etc.

Ces nouveaux entrants paient leurs cotisations ce qui fait que le budget que nous alloue les fonds publics n’est que de 33 millions d’euros."


T.M.com - Vous avez fermé quelques bureaux, notamment aux Etats-Unis. Comptez-vous les rouvrir?

T.B. :
"Non, la tendance est à la fermeture des bureaux d‘accueil. Et ce n’est pas seulement une réflexion française, tous les pays le font. L’agent de comptoir qui attend le client, c’est dépassé avec les nouvelles technologies. Cela dit, nous avons ouvert autant de bureaux que nous en avons fermé. Disons que nous les avons déplacés vers les marchés émergents comme le Brésil, puis la Chine en 1998, la Russie en 2004, l’Inde en 2006."

T.M.com - Comment voyez-vous évoluer le rôle de Maison de la France ?

T.B.
:" Pour le dixième anniversaire, Gilbert Trigano avait défini trois chantiers prioritaires : la conquête de nouveaux marchés, un meilleur ciblage et les nouvelles technologies. Tout ceci est toujours d’actualité. La concurrence des autres destinations se fait plus forte. Nous devons nous battre davantage pour imposer la destination France."

T.M.com - Un budget de 73 M€ est-il suffisant ?

T.B.
:"C’est un budget très modeste. La Catalogne dispose d’un budget identique au nôtre et l’office de tourisme espagnol dispose de148 M€, même si les revenus des paradores sont inclus dans ce budget, c’est beaucoup plus confortable. Je n’en demande pas autant mais si nous disposions de 10 millions supplémentaires, cela nous permettrait de faire des campagnes de publicité."

Maison de la France : ''Nous battre davantage pour imposer la destination France !''
T.M.com - Comment est perçu votre site franceguides ?

T.B.
: "Il est visité par deux millions d’internautes tous les mois et géré par une équipe d‘une quinzaines de techniciens au siège. Depuis un an, nous sommes un site marchand à travers les liens mis en place vers les sites de nos adhérents.

L’année dernière, le volume d’affaires réalisé par notre intermédiaire a été de 5 millions d’euros et 9 000 dossiers ont été traités. Le produit le plus demandé est typiquement la location d’une semaine."


T.M.com - Qu’attendez-vous du nouveau ministre de tutelle ?

T.B.
: "C’est un homme de marketing, on devrait se comprendre. Nous attendons son soutien entier à un secteur créateur d’emplois et, bien sûr, quelques moyens supplémentaires."

T.M.com - La superposition des CRT et CDT n’est-t-elle pas à réformer ?

T.B.
:"On pourrait attendre une clarification sur le rôle des diverses structures publiques liées au tourisme. Les lois de décentralisation ont créé des organismes qui parfois ont tendance à se chevaucher même si chacun est sensé avoir sa place. Il est vrai que cela peut provoquer une certaine déperdition du financement public."

T.M.com - Quel sera votre message aux collaborateurs le 27 juin ?

T.B
.: "Je vais d’abord leur exprimer ma gratitude car ils ont su s’adapter face aux bouleversements que la profession a connus pendant deux décennies. Mais, je vais leur dire aussi qu’il faut qu’ils soient sur le pont car les changements ne font que commencer."

Lu 1968 fois

Tags : amadeus
Notez

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com