TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Mauritanie : relance contrariée... avenir touristique en pointillés

une situation touristique sinistrée depuis 2007


Rédigé par Aline PONTAILLER en Mauritanie le Vendredi 4 Décembre 2009

Les récents enlèvements en Afrique de l'Ouest viennent contrarier les efforts des TO désireux de retrouver les pistes mauritaniennes. La concomitance entre ces malheureuses affaires et le lancement de la saison relève certes du "pas de chance", mais génère des inquiétudes qui risquent de plomber une destination déjà bien touchée et pourtant généreuse en sources d'intérêt.



Oasis et désert de pierre dans l'Adrar
Oasis et désert de pierre dans l'Adrar
L’hiver 2006/2007, la Mauritanie accueillait 14 000 touristes étrangers, majoritairement français.

En 2007/2008, suite à l’assassinat de touristes en décembre et à l’annulation du Paris-Dakar en janvier, la fréquentation est tombée à 4 000 visiteurs.

Quelques attentats et un coup d’État plus tard, la saison 2008/2009 a recensé 1 500 entrées touristiques seulement.

Des études menées récemment par le gouvernement ont mis en évidence l’apport économique incontournable du tourisme pour les populations locales.

D’après ces études, si les premiers revenus du pays viennent globalement du poisson et du fer avant la récente découverte du pétrole, la région de l’Adrar, qui ne possède rien de tout ça, est la zone où la pauvreté a le plus reculé ces dernières années, grâce au tourisme.

Un plan triennal en trois parties que détaille Guisset Dialel, directeur des Études et de la Coopération au ministère du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme.

Mise en place d’un plan de relance soutenu par l'AFD

Mohamed Aïdara, gérant du Maure Bleu à Chinguetti
Mohamed Aïdara, gérant du Maure Bleu à Chinguetti
« Nous avons d’abord dû renforcer le cadre institutionnel et décider d’un plan marketing. Aujourd’hui, nous en sommes au stade de la communication, salons et éductours.

En même temps, sont lancées des études pour la faisabilité d’écolodges dans les deux parcs que nous voulons promouvoir, le banc d’Arguin et le parc du Diawling.

Et nous venons d’achever, avec l’aide de l’Agence Française de Développement, la formation de 50 guides écotouristiques prêts à recevoir les voyageurs. »


Les objectifs sont de renforcer le marché français avant de prospecter les marchés belges et espagnols, notamment les Canaries, gros réservoir de clientèle nordique, et en même temps, de diversifier les produits en dehors de l’Adrar.

Compte tenu de la faiblesse du budget dont dispose le ministère (1,5 million d’euros), rien de tout cela ne pourra se faire sans l’aide de partenaires financiers.

Le coup d’État du mois d’août a retardé le planning et gelé les investissements prévus.

Deux hôtels 5 étoiles, financés par les Libyens et les Chinois, ont posé leur première pierre à Noukchott, mais attendent un peu pour élever les murs.

Situation intérieure stressante pour les investisseurs

Aujourd’hui, après de nouvelles élections, la situation semble assainie. La démarche gouvernementale est au nettoyage, et le serrage de vis actuel vis-à-vis des trafics transfrontaliers est peut-être à l’origine des nouveaux modes d'action des mafieux locaux, comme les enlèvements, pour récupérer des devises.

Mais de nombreuses zones sont aussi sécurisées de facto par la présence américaine ou celle de Total, et le voyageur bien encadré par un TO responsable ne ressent aucune insécurité.

Des TO comme Allibert ou La Balaguère reviennent à bord du nouveau charter de Point Afrique, dont la première rotation, le 20 décembre 2009, a fait le plein et au-delà.

Cet avion hebdomadaire et dominical desservira en triangle Saint-Louis du Sénégal et Atar, et devrait donner des envies de combiné intéressantes aux voyageurs curieux.

Reste à convaincre le groupe VDM dont les TO spécialistes, Déserts ou Nomade Aventure, fournissaient un gros apport de clientèle sur l’Adrar, mais qui ne s’est toujours pas engagé sur la saison à venir.

Aujourd’hui déserté par les randonneurs, l'Adrar reste un décor exceptionnel. D’accès facile, habité et accueillant, métissé « erg » et « reg » en un espace relativement réduit, il est idéal pour une première expérience saharienne.

De multiples trésors pour le voyageur averti

Saif Mahmoud, conservateur de bibliothèque à Chinguetti
Saif Mahmoud, conservateur de bibliothèque à Chinguetti
Au cœur des randonnées, la ville de Chinguetti mérite son inscription à l’Unesco. Ses bibliothèques sont des monuments de savoir et d’histoire et certains conservateurs, comme Saïf Mahmoud, transmettent avec un talent infini les valeurs de leur métier ancestral.

Il est très dommage que les mécènes ne se bousculent pas pour aider ces passionnés à sauvegarder leurs trésors.

Le parc national du Banc d’Arguin, outre sa biodiversité marine et avicole, permet d’approcher une population aux traditions intactes, les Imraguen, et de voguer sur les fameuses « lanches » importées des Canaries.

La région du Fleuve au sud reste la plus méconnue mais profitera peut-être de l’arrivée aérienne sur Saint-Louis.

Et par-dessus tout, la population mauritanienne, nomades Maures venus d’Arabie ou agriculteurs Soninké descendants de l’empire du Ghana, rivalise de gentillesse et d’hospitalité face aux visiteurs.

Ce qu’ont bien compris quelques aventuriers-ères de la destination en créant des structures d’hébergement à taille humaine confiées aux habitants du désert, comme le lodge du Maure Bleu à Chinguetti.

Cette auberge de charme au pied des dunes recevait 600 visiteurs il y a trois ans et… 25 l’année dernière !

Quel sera l'avenir touristique de la Mauritanie ?

Bien malin qui peut le dire aujourd’hui. Beaucoup d’impondérables peuvent encore contrarier les efforts de quelques passionnés d’Afrique, conscients de la valeur d’un pays où ont été conservées envers et contre tout les traditions d’accueil du désert. Théodore Monod ne s’y était pas trompé, qui a consacré une partie de sa vie à parcourir et aimer ce pays. On peut penser que les vrais voyageurs sauront suivre ses traces.

Lu 4010 fois

Notez


1.Posté par juloux jean michel le 07/12/2009 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A qui le dites vous
Je soutiens Savanna Tours Mauritanie SARL dont je suis le gerant depuis plusieurs années et mon directeur Ahmed, petit fils du dai d'Attar apprécit mes eforts mais cest loin d'être suffisant
En premier chef il y a la responsabilité professionnelle des Tour-opérateurs qui ne couvre pas les risques des voyageurs, s'il y a des avis négatifs émis par les ministères des affaires étrangères des pays émetteurs, comme ce fût le cas ces dernières années.
Il ne sufit de la volonté des investisseurs et du mécénat,il faut aussi que les conditions de sécurité des voyageurs à la fois physiques et sanitaires soient assurées pour que les avis négatifs des ministères des affaires étrangères des pays émetteurs passent au vert.
Ce n'est pas le mécénat ni la volonté des investisseurs qui peuvent modifier les avis négatifs fermant l'accès aux voyageurs; c'est une volonté politique déterminée des instances dirigeantes du pays qui associée aux diaporas installées dans les pays émetteurs en font un axe de développement économique prioritaire et indispensable.
Les structures formelles existent ( agences de vyages, hôtels, auberges, campements, loueurs, restaurants etc... ) légalisées, organisées et reconnues par les miinistères de tutelle, elles sont les seules créateurs de richesse ( collecte de la TVA et des impôts ) et d'emplois.
Il faut impérativement que les structures informelles se conforment à la loi car en plus de mettre en danger les vogageurs qui ne sont pas couverts par la responsabilité civile profesionnelle légale, elles appauvriss,ate de la ent l'état en échappant à l'impôt, elle ne collectent pas de TVA et utilisent des travailleurs non déclarés ( cotisations sociales ) et non enregistrés
Pour ma part, je ne prendrais pas le risque de faire voyager des clients si les avis sont négatifs ou si les assurances de responsabilité civile professionnelle ne couvrent pas l'intinéraire ou le voyage vendu
Je suis disponible et partie prenante pour participer à la relance touristique du pays des lors que les conditions nécessaires sont réunies avec l'ensemble des forces vives concernées J'ai toujours milité dans ce sens depuis 1984 date création de la 1ère société Savanna Tours au Bénin et je je continue de le faire avec la même détermination

Le gérant de Savanna Tours Mauritanie SARL
du Groupe Savanna Tours & Safaris
Jean Michel JULOUX
info@savannatours.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com