TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Mauritanie : tous les acteurs mobilisés pour la relance du tourisme

La destination veut tourner la page de l'attentat d'Aleg


Rédigé par Vincent de MONICAULT le Lundi 16 Mars 2009

Le tourisme en Mauritanie est à terre malgré la réussite des trois vols de février. TO, réceptifs et Etat mauritanien préparent déjà la saison d'hiver prochaine. Avec une réelle volonté de mieux informer sur la réalité sécuritaire du pays.



Désertées ses bibliothèques millénaires et les vestiges de ses villes historiques, ses oasis luxuriantes, dunes ondulantes et pistes montagneuses.

L'assassinat de quatre Français le 24 décembre 2007 à Aleg a été fatal au tourisme mauritanien. Les voyageurs ont déserté l'Adrar, la région la plus touristique du pays. Les vols charter sont ensuite partis à vide avant d'être supprimés.

Les villes d'Atar, Chinguetti et Ouadane pleurent aujourd'hui leurs visiteurs d'hier, Français pour la plupart, surtout des randonneurs faisant vivre chameliers, guides, chauffeurs, mécaniciens... et leurs familles. Le tourisme est aujourd'hui au point mort.

Nous tablions sur 15 000 touristes en 2008 avant l'attentat, nous n'en aurons même pas accueilli un millier” se désole Abderrahmane Ould Doua, directeur général de Mauritanides Voyages, principal réceptif mauritanien et représentant local du Point Afrique.

La Mauritanie garantit les conditions de sécurité

Mauritanie : tous les acteurs mobilisés pour la relance du tourisme
Le découragement n'est toutefois pas à l'ordre du jour. Tour-opérateurs aventures et randonnée, réceptifs et Etat mauritaniens se mobilisent aujourd'hui pour relancer la destination l'hiver prochain. Ils ont ainsi conjugués leurs efforts (1) pour organiser un important voyage de presse la semaine dernière dans l'Adrar.

Objectif, démontrer d'abord que les conditions de sécurité sont garanties. Souligner aussi la tradition d'accueil de la population. “L'Islam en Mauritanie est très modéré. Jamais un acte d'intolérance à l'égard d'un étranger ne m'a été rapporté dans la région” insiste le Wali (gouverneur) de l'Adrar Sall Seydou.

La Mauritanie ne doit pas seulement gérer la question du terrorisme. La crise a provoqué des règlements de compte en série. Le Point Afrique a ainsi estimé qu'il était impossible cet hiver de maintenir son vol si la Somasert lançait le sien.

Les trois vols Transavia de février complets

Mauritanie : tous les acteurs mobilisés pour la relance du tourisme
Cette filiale de la société nationale industrielle et minière (SNIM) mauritanienne s'est finalement retrouvée seul affréteur sur Paris-Atar, la ville d'accès à la région de l'Adrar, ce qui ne l'a pas empêché de jeter l'éponge après avoir opéré ses premiers vols en novembre.

Les clients manquaient alors à l'appel sur ce seul vol hebdomadaire alors que la ligne était opéré trois fois par semaine il y a encore deux ans !

Une mobilisation des acteurs du tourisme a permis d'assurer trois vols en février. La Somasert a reçu pour l'occasion un fort soutien du Point Afrique, les TO d'ATT (Association des Tour opérateurs Thématiques) et ATR (Agir pour un tourisme responsable) s'engageant pour leur part à réaliser une campagne de communication et de promotion. Résultat, les trois vols sont partis pleins.

La prochaine saison démarre en octobre. La Somasert devrait tirer les conséquences de son expérience malheureuse de cet hiver et éviter cette fois de faire cavalier seul.

L'attentat d'Aleg a eu des conséquences inattendues. Le gouvernement mauritanien a pris conscience du poids du tourisme dans l'économie. Il a saisi aussi l'importance de la communication de crise.


(1) La Somasert a financé le vol aller, les réceptifs ont pris en charge l'hébergement sur place dans l'Adrar, le gouvernement le logement à Nouakchott et le vol retour (sur la RAM).

Coup de chapeau à Yves Godeau et Abderrahmane Ould Doua

Le succès du voyage de presse en Mauritanie doit beaucoup à deux personnalités du tourisme, Yves Godeau et Abderrahmane Ould Doua.

Le premier est président d'ATR (Agir pour un tourisme responsable), le second directeur général de Mauritanides Voyages, réceptif qu'il a créé après avoir quitté la direction de la Somasert. M. Doua est à l'origine des premiers vols entre Paris et Atar en 1996, lesquels ont permis le décollage touristique de la région de l'Adrar.

Lu 3927 fois

Notez


1.Posté par cheibany le 17/03/2009 10:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cette visite a permis à un groupe de journalistes de voir combien la destination mauritanie a enduré après l'évenement tragique d'Aleg, elle a surtout donné aux acteurs mauritaniens l'occasion de s'unir pour relancer à nouveau la destination.

Tous ensemble pour la relance de l'activité.
les prestataires de l'ADRAR

2.Posté par Bellali le 17/03/2009 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai lu amusé l'article de Vincent de Monicault. Je constate malheureusement pour l'objectivité que cet article passe sous silence les véritables raisons de la désaffection des touristes français à la destination mauritanienne. La raison de contourner la réalité par votre envoyé spécial (parti avec d'autres journalistes français sur le terrain) est que l'on veut pas appeler un chat, un chat.
Quoique regrettable, l'attentat d'aleg du 24 décembre 2007, n'explique pas tout. Vous savez autant que moi qu'une campagne insidieuse menée contre la Mauritanie a été entamée par Point Afrique que vous voulez présenter comme le salvateur. N'avez-vous pas vous-mêmes (TourMag) rendu compte des communiqués de Point Afrique dans lesquels il déconseillait aux touristes français de venir en Mauritanie? Quelles étaient ses motivations? C'est un secret de polichinelle aujourd'hui. L'entrée en course d'une société mauritanienne (La Somasert) dans le transport des touristes français avait déjoué ses plans. Alors, il s'est lancé dans la tête baissée dans une campagne de dénigrement contre tout un pays à cause de cette fin de monopole.
Quant à Monsieur Doua que vous portez aux nues, ex-patron de la Somasert qu'il a quittée avant de faire compagnonnage avec Maurice Freund, à la tête du réceptif "Mauritanides-Voyages", je pense personnellement que vous vous êtes faits car tout le monde sait que c'est la partie visible de l'iceberg Point Afrique en Mauritanie. Comment pourriez-vous expliquer (en toute logique) que la saison 2008-2009 n'ait pas produit l'attente escompté malgré des prix bas pratiqués au profit des touristes?
Une seule explication: la campagne d'intoxication de Point Afrique relayée (consciemment ou pas) par certains ténos du Quai d'Orsay présentant la Mauritanie comme un pays potentiellement dangereux. L'est-elle plus que l'Egypte, que le Yemen, que le Yemen, que le Maroc? Tous ces pays ont connu des attentats et parfois des français y étaient des victimes.
Il faut donc chercher la cause dans la campagne médiatique de Point Afrique. Ce dernier n'avait-il pas menacé de plier bagage pour des raisons 'd'insécurité" en Mauritanie? Pourquoi y est-il retourné? Il y a beaucoup d'argents que ni Freund, ni Doua ne sont prêts à jeter par la fenêtre. Après tout le mal qu'ils ont fait au pays et à l'Adar dans leur campagne. Ils retrouvent subitement, grâce à vous, "un grand coeur" pour des populations qu'ils avaient écumées sans état d'âme.

3.Posté par Lamic Jean-Pierre le 17/03/2009 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Depuis déjà plus d'un mois, pas une occasion n'est laissée de côté pour se faire de la publicité et se racheter une bonne conscience sur le dos de la Mauritanie, et encore pire des Mauritaniens.
Je partage l'avis de Monsieur Bellali sur de nombreux points. Il semble ne pas avoir oublié de détails et connaître parfaitement la problématique.
L'avis de l'association que je représente est que quelques opérateurs privés n'ont pas vocation à se substituer à l'ensemble des Mauritaniens pour la gestion du tourisme dans leurs territoires. Que la Mauritanie ne se limite pas à l'Addrar, le tourisme responsable ce n'est pas tout miser sur un charter qui ne permet de rester que 6 jours sur place, les prix tirés vers le bas, en Mauritanie comme ailleurs n'ont jamais permis une juste répartition de la manne touristique.
Pour de plus amples informations sur le sujet lire l'article "le juste prix dans les voyages" : http://blog.voyages-eco-responsables.org/?p=180 et "Mauritanie, ce qu'en dit un de nos partenaires" http://blog.voyages-eco-responsables.org/?p=375
Bien cordialement
Jean-Pierre Lamic

4.Posté par Sylvie Lansier le 17/03/2009 19:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bon, chacun a sa vision des choses et c'est normal.
Maintenant, ne pourrait-on laisser de côté les polémiques et penser à la Mauritanie et aux Mauritaniens.
Il est impensable de laisser une destination avec tant d'atouts (il y en a bien d'autres que l'Adrar effectivement, mais il fallait bien commencer par un bout) s'écrouler de cette manière.
L'insécurité a été montée en épingle par rapport à la réalité et d'autres concours de circonstances ont contribué à ternir l'image d'un pays qui ne le méritait vraiment pas.
A tous ceux qui savent que l'on peut venir en Mauritanie, comme en Egypte, comme en Algérie, comme au Maroc et en Tunisie, je pose la question: comment enfin communiquer positivement ?
Sylvie

5.Posté par Didier le 20/03/2009 14:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Sylvie Lansier:

"comment enfin communiquer positivement " ?

On y arrivera peut-être le jour où les sous-marins de la Somasert du type Bellali cesseront enfin leur campagne de dénigrement haineux qui masque mal leur avidité et leur incompétence...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com