Vous aimez l'actu en temps réel ? Likez !

Loading


Orpaillage clandestin en Guyane : les professionnels du tourisme n'en peuvent plus !

lettre ouverte au Président de la République


L'Union des opérateurs touristiques de Guyane* ont envoyé une lettre ouverte au Président de la République intitulée "La Guyane nous échappe !!!". Ils souhaitent attirer l'attention du gouvernent sur l'insécurité grandissante dans le département, conséquence "directe" ou "indirecte" de l'orpaillage clandestin. En voici de larges extraits.



"LA GUYANE NOUS ÉCHAPPE !!!

L’orpaillage clandestin omniprésent dans notre région gangrène jours après jours ce petit morceau de France d’Amérique du Sud, seul département d'outre-mer non insulaire.

Nous sommes d’ailleurs de plus en plus nombreux à nous demander si nous sommes toujours en France ou bien dans une zone de non-droit, livrés à la loi des malfrats ?

(...) La Guyane s’est donc transformée en un immense supermarché, où les sols et réserves halieutiques sont pillés, les fleuves pollués, les citoyens agressés et volés en permanence. De
plus en plus de touristes et résidents annulent tout simplement leur séjour
sur notre territoire parce qu’ils ont peur pour leur sécurité. Même les familles de gendarmes se font agresser, vandaliser, cambrioler au sein même des brigades !

Nos élus locaux font le même constat : " Sur le terrain, les garimpeiros ont déclaré la guerre à l'État français."

(...) Le manque de réactions adaptées de la part des autorités face au réapprovisionnement criminel de ces sites d’orpaillage clandestins a permis aux garimpeiros de parfaitement s’organiser en toute impunité depuis plus de 15 ans.

Certains professionnels ont été contraints de stopper leurs activités

(...) Un constat peut d'ores et déjà être fait : certains professionnels ont été contraints de stopper leurs activités, voire de rapatrier leur personnel, notamment pour deux des plus grands camps touristiques de forêt, ainsi que le CNRS avec sa station scientifique internationale des Nouragues.

Certains opérateurs tellement fatigués et convaincus de l’inefficacité du système ont fini par arrêter de porter plainte et de faire des déclarations de vols aux assurances afin de ne pas se faire radier.

Or, cette situation provoque de fait une réduction des investissements voire à moyen terme un arrêt définitif des activités des professionnels du tourisme. Sur toute la Guyane l'activité touristique représente plus de 75 000 clients, pour un chiffre d'affaires d'environ 7 millions d'euros annuel.

(...) Un point de non retour a été franchi dernièrement à Dorlin et sur le fleuve Approuague démontrant le niveau de détermination des criminels. Est-ce que l'État aura la volonté de se réapproprier ce département et d'y réaffirmer sa souveraineté ?

(...) Nous posons la question : les acteurs touristiques qui surmontent déjà bien d’autres difficultés locales doivent-ils assurer leur propre sécurité (avec les conséquences que cela comporte) tant que l’État ne prendra pas les décisions efficaces et adaptées à cette situation catastrophique ?

(...) La Guyane est un pays exceptionnel où se déroulent des faits exceptionnels.

L'Etat doit prendre d’urgence des mesures exceptionnelles !!!

Nous demandons, nous exigeons, que l’État Français prenne immédiatement les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des personnes et des biens en Guyane, territoire de la République Française."

La Hulotte, Palika, Ayana, Guyavoile, École Maritime de Guyane, Yaplus, École de Croisière Flamboyant, Autremer, Tropic Alizés, Freelance Services, Terre de Jeux, Groupe Sainte Claire Voyages, Takari Tour, la Sotel, Couleurs Amazone, Camp Cisame, Association Papakaï, Bitassion Patawa, Ocean Logistic Scientific, La Compagnie des Guides de Guyane, Quimbé Kio, Guyane Randonnée, Saut Sonnelle, Auberge du bois Diable, Camp Cariacou, Camp Maripas, Guyarando, Canopée Guyane, Tigdilo, Entobios, Atmosphére d'Amazonie, Guyanature, Nature de Guyane, Alawata, L'Eden Verte, Coeur de Forêt, Camp du Lawa, Amazonie Découverte.

Rédigé par La Rédaction le Jeudi 19 Juillet 2012
Lu 2269 fois
Notez


1.Posté par Johann le 20/07/2012 16:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Venant de passer un mois en Guyane en repérage, je suis assez surpris à cette lecture. Le discours sur place était plutôt rassurant (par les professionnels, mais aussi par les habitants). La Guyane peut certes être dangereuse pour un touriste non-averti, mais il me semble que le danger vient plutôt de la délinquance urbaine de certains quartiers que des garimpeiros en forêt, qui si on les laisse tranquilles n'ont aucun intérêt à faire des vagues.
La tendance était d'ailleurs de l'avis de tous plutôt à une baisse de l'insécurité.
Maintenant, en un mois je n'ai bien entendu pas pu tout expérimenter, et les opérateurs qui gèrent tous les jours ce problème ont sans doute bien des difficultés qu'on n'imagine pas.
Quoi qu'il en soit, pas de quoi décourager un voyageur prudent. Quand on vient en Guyane, c'est bien souvent pour chercher l'aventure... Et en l'occurrence, pas besoin de risquer sa vie quand on visite la Guyane, si on évite de se balader seul la nuit dans les quartiers chauds de Cayenne et qu'on ne cherche pas querelle aux orpailleurs illégaux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium

DMCMAG.COM


Challenge de vente




BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.