TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Parfums du Monde : "Les agences qui ne font ni sur-mesure ni groupes, condamnées à disparaître"

L’interview de Nicolas d’Hyèvres, directeur des ventes


Rédigé par Anaïs BORIOS le Vendredi 28 Septembre 2012

Production, activité réceptive, formation des agents de voyages à la vente de groupes... Parfums du Monde, groupiste en B2B depuis18 ans, est sur tous les fronts. Et la stratégie adoptée par le TO paye : 19 M€ de chiffre d'affaires cette année, un engagement important sur des stocks aériens et plus de 300 agences identifiées et prêtes à se tourner vers la vente groupes. Le point avec Nicolas d'Hyèvres, directeur des ventes.



TourMaG.com - A l’heure de la désintermédiation et des revirements stratégiques de la part des producteurs comme des distributeurs, comment se positionne Parfums du Monde ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Parfums du Monde existe depuis 18 ans et contrairement à d’autres qui souffrent de la crise, nous allons bien et enregistrons cette année un chiffre d’affaires de 19 millions d’euros.

Et comme c’est le cas depuis 18 ans, nous continuons à vendre notre production exclusivement aux agents de voyages, pour leurs groupes, un peu en GIR mais surtout en direction des CE, des COS, des mairies, des associations, etc."

TourMaG.com - Pourquoi refuser de vous lancer en B2C ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Nous le pourrions, comme d’autres le font, mais ça n’est pas dans notre déontologie et surtout cela pourrait porter préjudice à nos clients.

Chacun son boulot... Comme c’est le cas en Belgique, en Suisse, en Angleterre, aux Etats Unis. Mais pas en France, où il n’y a plus de règles depuis environ 5 ans. Ca devient vraiment n’importe quoi !."

Parfums du Monde : "Les agences qui ne font ni sur-mesure ni groupes, condamnées à disparaître"
TourMaG.com - On a l’impression que Parfums du Monde va à contre-courant de la tendance. Récemment, vous vous êtes engagés sur bon nombre de stocks aériens alors que d’autres TO n’ont pas réussi à écouler les leurs, cet été. Le voyage de groupes a-t-il davantage le vent en poupe ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Il est vrai que nous avons pris des engagements sur des destinations que nous « sentons » bien, comme Cuba avec Air Europa, au départ de Paris et Genève, via Madrid.

Cela nous permet d’obtenir de bons tarifs, mais surtout de lancer la tendance.

En effet, le voyage de groupe est totalement à l’inverse de l’individuel. Il requiert d’être toujours à l’avance, de se remettre en question et se renouveler sans cesse, afin d’inciter les clients à acheter ces produits-là.

Nous ouvrons en quelque sorte le marché, tout en dynamisant une compagnie aérienne sur une destination. Air Europa, comme TAP Portugal, Qatar et Emirates font partie de celles qui jouent le jeu.

Et puis, il y a une autre tendance actuellement qui fait que les compagnies s’ouvrent aux négociations de groupes : la peur des VDM et de ne pas remplir les avions.

Avant, les groupes réservaient 6 mois à un an à l’avance. Aujourd’hui, ils le font 3 mois à un mois avant le départ… et les spécialistes du yield sont perdus.

Pour les convaincre, Parfums du Monde a donc décidé de prendre des engagements à un mois du départ sur Cuba, le Mexique et New York entre autres."

TourMaG.com - Il s’agit donc là des destinations qui marchent ces derniers temps…

Nicolas d’Hyèvres :
"En effet, l’Amérique du Nord, dont New York, l’Ouest américain et le Canada sont des valeurs sures. L’Amérique centrale, avec le Mexique, l’Equateur, Cuba, le Panama qui remonte, marchent bien. Par contre, l’Amérique du Sud perd des parts de marché depuis l’explosion des taxes d’aéroport.

En Asie, les combinés Vietnam, Thaïlande, Cambodge, Laos se vendent aussi très bien, malgré des gammes de prix élevés, autour de 2 000 euros par personne pour 12 jours.

Dans tous les cas, pour le groupe, il est nécessaire de se positionner en permanence sur les marchés les plus porteurs, qui nous permettront de dégager une marge importante.

C’est pour cela que nous évitons des destinations comme la Tunisie ou l’Egypte, où les prix sont trop cassés. Et ceci en se démarquant, avec une belle production et de beaux programmes qui nous permettent de garder notre niveau de réputation."

TourMaG.com - Parfums du Monde réalise un gros travail en amont, sur la production. Qu’en est-il à l’autre bout, avec vos clients ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Il est vrai que sur les 18 salariés de l’entreprise, nous sommes quatre commerciaux, les autres étant dédiés à la production.

Pour autant, nous continuons notre recrutement… d’agents de voyages ! Car il y va de notre intérêt à tous.

On le voit bien à l’heure actuelle, même si c’est terrible à avouer : les agences qui ne se sont jamais remises en question, en refusant notamment de vendre du groupe, ont disparu ou sont condamnées à disparaitre dans les années à venir.

Il s'agit de ces agences où les salariés fourrent des brochures dans les sacs de leurs clients en leur disant « Regardez tout ça et revenez me voir », contrairement à ceux qui ont décidé d'apporter une véritable valeur ajoutée en proposant du sur-mesure et du à la carte. Ou qui se mettent au groupe."

TourMaG.com - Quels avantages un agent peut-il retirer de la vente sur le groupe ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Avant tout une avance de trésorerie, que le groupe permet de se constituer, et on sait à l’heure actuelle à quel point c’est primordial.

Et puis, une des règles chez Parfums du Monde, est que le voyage doit être soldé avant le départ, sauf s'il est traité via la centrale d’AS Voyages, chez qui nous sommes référencés depuis un an."

TourMaG.com - Justement, quel bilan tirez-vous de cette première année de collaboration avec le réseau ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Le référencement nous a surtout permis de rassurer les clients et d’en gagner une quarantaine, qui hésitaient à se lancer dans le groupe.

Nous leur avons apporté notre technicité, qui est différente de la vente aux individuels, mais aussi une formation, en direct avec le chef de produit concerné.

En effet, chez Parfums du Monde nous mettons un point d'honneur à apprendre aux agents la vente de groupe, pour qu’ils ne finissent pas leur année en négatif.

Nous n’hésitons donc pas à passer dans les agences pour conseiller les vendeurs, les inciter à rappeler leurs anciens clients, qu'ils les invitent à passer à l’agence le temps d’un apéritif, à créer des rencontres, à participer à un éductour ou une soirée organisée par les partenaires, afin de les valoriser.

Car c'est la clé : en dynamisant les agents et en valorisant les clients, on peut multiplier une vente par 50. C’est tout l’avantage du groupe.

Surtout qu’aujourd’hui, il n’y a plus aucune fidélité de la part des clients. Il faut toujours être derrière eux, sinon les concurrents le feront à votre place.

Les agents doivent apprendre à se rendre incontournables au niveau local, pour ne pas se faire voler le marché par un TO parisien sans scrupule qui se contentera d’un one shot.

Voilà donc ce que nous a apporté le partenariat avec AS Voyages, bien plus que de nous offrir de la visibilité, puisque nous travaillons déjà beaucoup avec les agences et que nous n’avons pas un réel besoin d’être référencé."

TourMaG.com - Avez-vous l'intention d'adhérer à d'autres réseaux ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Nous souhaitions adhérer à Tourcom, mais on nous en refuse l’accès, car le réseau dispose déjà de son département réceptif et ses dirigeants préfèrent travailler directement avec eux et nous identifient comme TO.

Et ce, alors que nous possédons notre propre activité réceptive, au travers de Parfums de France, mais aussi à l’étranger avec la prise de parts de marché dans des bureaux en Espagne, au Maroc, au Sri Lanka et plus récemment à la Réunion.

Cela nous permet de verrouiller et de maitriser la production sur place, mais également de garantir un meilleur prix d’achat à nos clients.

En effet, la tendance veut que les réceptifs margent actuellement leurs services entre 20 et 25%, alors que chez Parfums du Monde, du fait de nos stocks importants, nous pouvons réellement baisser les prix.

Qui plus est, nos bureaux sont totalement en règle avec le droit français, et nos réceptifs sont formés à la comptabilité.

J'insiste sur le côté juridique, en réaction à ce que nous constatons aujourd’hui : des associations ou des groupes à la recherche du meilleur prix, n'hésitent plus à traiter en direct avec des réceptifs en prenant des risques considérables, quand on sait qu’une partie des réceptifs n’ont ni comptabilité, ni bilan financier.

Et surtout que le client n’a aucune garantie, ni assurance en cas de faillite ou de non-réception de l’argent, etc.

Mais cela va plus loin désormais avec des réceptifs étrangers qui viennent ouvrir des bureaux en France et embauchent du personnel qui n'est pas couvert par le droit français, donc illégal."

TourMaG.com - Quels sont vos objectifs pour l’année à venir ?

Nicolas d’Hyèvres :
"Nous souhaitons devenir incontournable auprès des agences d’ici fin 2013. Pour cela, nous souhaitons fidéliser un maximum d’agences inscrites dans notre base de données.

A terme, l’idée serait de devenir leur back office et leur service technique, car même s’il est plaisant pour un agent de toucher à la production, il doit avant tout vendre et nous voulons lui dégager ce temps-là pour qu’il puisse faire ses cotations."

TourMaG.Com - Plus largement, quelle est votre vision de l’évolution du marché des groupes ?

Nicolas d’Hyèvres :
"L’individuel existera toujours mais je pense que les agences qui ne se tourneront pas vers le sur-mesure ou le groupe sont condamnées à disparaitre dans les 3-4 ans à venir, car on ne peut pas tenir plus de 4 ans avec une trésorerie négative.

Celles qui recruteront une personne uniquement pour les groupes pourront apporter une avance de trésorerie à leur département individuel.

Mais l'élément qui pourra sauver l’agence de voyages, sera la personne physique qui sera recrutée et son niveau de compétences.

Trop souvent ces dernières années, des agents ont été formés sans apprendre réellement la vente sur-mesure. Ceux qui se sont contentés de vendre du forfait à la pelle une fois en poste, donc ont choisi la facilité, ne tiendront pas.

Pardonnez-moi l’expression, mais je pense que les petites « minettes » que l’on place derrière le comptoir sans jamais les envoyer en éductour et qui n’ont jamais mis les pieds dans les destinations phares, disparaitront.

Elles seront recrutées dans des call-centers et les agences privilégieront des agents beaucoup plus expérimentés et performants, capables de rassurer le client."

Quelques chiffres

- 19 millions d’euros de CA cette année

- 18 employés, dont 4 commerciaux. Les autres sont des chefs de production et ou des techniciens

- Clients : 250 à 300 agences régulières, une centaine à moindre fréquence et 300 environ qui souhaitent se mettre aux groupes

- 800 à 1 000 groupes par an toutes activités confondues, pour des groupes entre 10 et 300 personnes

Lu 6824 fois

Notez


1.Posté par JERESTAMAPLACE le 01/10/2012 08:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A la lecture ce ces chiffres, bravo à PARFUMS mais par pitié, que les prédicateurs et autres oiseaux de mauvais augures de toutes sortes la taisent un peu. ça fait 20 ans que j'entends la même chose sur l'avenir des agences condamnées à disparaitre ET NOUS SOMMES TOUJOURS LA !!!

2.Posté par BERGAUZY Yves le 01/10/2012 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Nicolas, je te trouve bien dur à l'égard des agences de voyages qui, si elles ne font pas du "sur mesure "pou les individuels ou du groupes ( avec vous bien sur) sont destinées à mourir...mettre l'opprobe sur les réceptifs est particulièrement déplacé. Chaque pays a sa législation et donc si en France il faut une habilitation pour exercer, (certes la législation dans chaque pays est différente) il y a aussi des règles pour obtenir leur droit d'exercer !Je pense que partfums du Monde traite avec des Réceptifs, le tout est de bien sélectionner celui qui apporte professionalisme, sécurité comme dans tout métier d'ailleurs. Le métier depuis 36 ans que je l'exerce a évolué mais de la à avoir des certitudes...un peu de modestie ! En économie comme dans notre métier, les prévisionnistes n'ont de cesse de se tromper, la seule conclusion que je donnerai est que lorsqu'une entreprise cultive sa valeur ajoutée, se remet en question au quotidien , quelque soit sa taille et son métier sortira son épeingle du jeu. Avant c'était les "grosses boites" qui étaient solides, maintenant on fait la cour au PMI PME. Bonne chance pour être l'intermédaire groupes pour des agences qui ne savent pas ou ne veulent pas fabriquer. @+ Yves

3.Posté par Laurent CLAUDEL le 01/10/2012 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissons à chacun exprimer son point de vue. Merci Nicolas de ton analyse et tanpis pour le politiquement correct.

4.Posté par LE JEAN ANIK le 01/10/2012 09:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Nicolas, je ne suis pas tout à fait d'accord sur ton analyse ci-dessus car ayant une longue expèrience groupes sur le marché français et connaissance des agences, il y a encore de nombreuses petites agences qui ont une grande connaissance du terrain et vont du sur mesure non indistrialisé qui vont perdurer ce que je leur souhaite. Quant aux 20/25% de commission sur leurs services, c'est totalement faux, si non les réceptifs auraient moins de difficultés à développer leur structure. Je vous rassure les réceptifs sont souvent plus fiables et offrent toutes les garanties financières et assurances avec une gestion comptable souvent très organisée. Il suffit de demander ces documents aux réceptifs pour en avoir la garantie. Ne pas travailler avec les réceptifs qui n'ont pas ces garanties à proposer. Une agence en France peut difficilement remplacer un réceptif avec du personnel local sur le terrain contrôlant en permanence ses prestataires sur place et régler la logistique des groupes en circuits.
Le métier a évoluer depuis ces 10 dernières années , et nous devons être à l'écoute des besoins de nos clients tout en étant de plus en plus reactifs. Cordialement
Anik

5.Posté par phil2mars le 01/10/2012 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
son analyse n'est pas fausse loin s'en faut .Et pour tout dire je suis d'accord sur 90 % de ses propos.

Ca herisse le poil des agents qui se démènent, j'en conviens , mais justement ceux qui se démènent survivront ...

Sa politique avec les réceptifs est intelligente lorsqu'il prend des participations ou des accords , mais son attitude plus démagogue lorsqu'il tape sur les "mechants receptifs sans compta et sans garantie.."

Dans ce monde mondialisé personne ne pourra empecher un client d'aller acheter en direct à la source son sejour . Ce client doit juste mesurer la prise de risque .

Par contre , le rôle d'un bon groupiste comme Parfums réside surtout dans sa capacité à démontrer son savoir faire et ses atouts plutôt que de dénigrer une concurrence étrangère ...

Enfin on n'a pas fini d'en parler....

6.Posté par Nicolas d'Hyèvres le 01/10/2012 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher "jeresteamaplace"
Je ne pense pas être un oiseau de mauvais augures, ni même un quelconque oiseau d'ailleurs, du moins je l'espère!
Je fais juste un point général sur de nombreuses agences qui malheureusement disparaissent actuellement. Le temps où l'on attendais patiemment derrière son comptoir de vente le client, est révolu depuis bien longtemps, et encore plus celui ou le client ne faisait confiance qu'à son agent de voyage préféré.
Il faut désormais "RECRUTER" de nouveaux clients !
Il faut redonner gout aux voyageurs de choisir une agence de voyages pour découvrir le monde.
Vous ne faites peut être pas parti de ces agences passives et qui, je le répète au risque de paraitre insultant mais réaliste, vont disparaitre dans les années à venir, je vous le souhaite.
Nous évoluons dans un monde concurrentiel fort et il est primordial que chaque agence se pose les bonnes questions.
Comment trouver de nouveaux clients, comment trouver de la trésorerie, comment développer son image et sa notoriété locale ....
Ces trois fondamentaux de survie d'une agence de voyages passent par le voyage de groupes.
Les participants du voyages de GROUPES sont autant de clients potentiels individuels pour l'agence.
Les acomptes des voyages se font généralement cinq à six mois avant le départ du groupe et celui ci soldé un mois avant, pouvant permettre certains mois faible de l'agence de faire face aux charges courantes.
Lorsqu’une agence fait voyager le personnel de la mairie de sa commune, le FNACA de son département, ou le CE de la plus grosse entreprise de la région, son image positive locale est démultipliée,
Concernant la concurrence, qu’elle soit locale, je la trouve logique et légitime, qu’elle soit nationale beaucoup moins, quant à ce qu’elle soit internationale, je la trouve intolérable.
Chacun doit garder sa place et le marché ne vacillera pas comme il vacille actuellement.
Chaque intervenant dans la vente d’un voyage doit être immatriculé à atout France et ce depuis juillet 2012.
Hors je vois encore trop souvent des intervenant non immatriculés, donc non assujettis à la taxation qui s’y impose et ne respectent donc pas les règles élémentaires de notre régime fiscale et social.
Les représentants de réceptifs basés et exerçant leur services sur le sol français doivent être immatriculés , ce qui est pratiquement jamais le cas.
Ce vide juridique se doit d’être résolue par notre nouvelle ministre et notre syndicat qui se doivent d’être les garants du bon fonctionnement de notre professions et de notre législation.
Je ne suis pas de ceux qui croient que le mondialisation est une mauvaise chose, heureusement.
Notre situation économique (française) ne nous permet pas de laisser partir ou plutôt ne nous permet pas de nous priver de TVA que nous, entreprises française, payons et devront payer encore plus les années à venir.
Conservateur ? peut être ! mais pas dans le sens le plus couramment utilisé, conserver des entreprises française à flot, continuer de voir des agences de voyages au coin de nos rues, là est une des missions que nous avons bien l’intention de réussir.
Croire que être à l’écoute des besoins d’un client tout en étant réactif, est la solution, encore faut il être immatriculé, donc avoir une garanti financière et ainsi garantir les fonds qu’ils nous confient.
Quelles garanties apporte un réceptif étranger lorsqu’il propose ses services directement à un groupe qui part découvrir son pays ?
Aucune ! pas de garanties financière, pas de responsabilité civile, pas de bilan comptable …
Quelles garanties apporte un réceptif étranger lorsqu’il propose ses services à une agence de voyages qui souhaite faire découvrir un pays à ce groupe ?
Presqu’Aucune ! pas de garanties financière, pas de responsabilité civile, pas de bilan comptable … mais le soutien d’un réseau en cas de défaillance de ce dernier … mais comment ce réseau peut il lui demander son bilan, sa responsabilité civile, sa garantie financière ??? dilemme ….
Quelles garanties apporte Un TO comme parfums de Monde à une agence de voyages qui souhaite faire découvrir un pays à ce groupe ?
TOUTES … APST, RCP, bilan à disposition et déposés, une forte trésorerie due à une gestion ferme et non risquée, un volume d’achat permettant de négocier au plus prés permettant ainsi la compétitivité, un service technique à la pointe des ses connaissances des destinations, bref toutes les garanties permettant de rassurer un professionnel souhaitant se lancer dans la démarche groupe ou se conforter, développer cette activité ou la conforter !

Mes propos ne doivent pas etre consideres comme denigrant envers mes amis du monde entier mais juste qu'il est important que chacun garde sa place.

Nos fondamentaux basés sur la confiance aveugle dans notre milieu a été écornée ces cinq à dix dernières années, ils est temps désormais de travailler sérieusement avec des partenaires pouvant prouver leurs compétences, leurs garanties et leurs assurances.

Faisons le pour nos entreprises mais aussi et avant tout pour nos clients qui sauront le reconnaitre.

7.Posté par ROLLIER le 01/10/2012 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour à vous tous.C'est un plaisir de vous lire ...
Je suis entièrement d'accord avec Yves et Anik .Nous construisons ensemble notre métier. Le moindre des choses c'est respecter la place et le travaille de chacun.D’être petit ou résister ou pas ce n'est qu'une question de gestion .Je changerai à rien au monde la confiance que nos clients nous réserve depuis si longue temps.Je pense que essentiels est dans la qualité d'humain et services.Belle journée à vous
Cordialement.
Nurten KESKIN ROLLIER .CEO .Wisdom&Bluedays travel Réceptif Turquie .

8.Posté par LE JEAN ANIK le 01/10/2012 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Nicolas, Vous êtes TO et pas réceptif avec une licence dans les pays que vous proposez alors chacun sa place. Mes réceptifs comme beaucoup possèdent tous une comptabilité, une licence et des assurances donc il ne faut pas généraliser comme les agences qui ne sont pas sérieuses. Si certains de vos clients contactent directement les réceptifs, c'est sans doute parce qu'ils n'ont trouvé la réponse à leurs besoins. Les temps ont changés comme vous dites. Je vous rassure nos clients sont des agences de voyages groupes , individuelles et incentives avec licence, et nous travaillons en toute légalité et professionnalisme . Cordialement
Anik

9.Posté par joe cool le 01/10/2012 14:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
nicolas,

les réceptifs ont des licences, des agréments, des assurances, établissent des bilans dans leur pays d'origine!
vous même dites avoir établis des bureaux réceptifs à létranger! sans licence? sans agrément, sans assurance???
non! alors pourquoi dénigrer les réceptifs ou faut il passer par parfums du monde qui veut tout controler de A à Z
les TO peuvent continuer à s'apputer des des réceptifs fiables et 99% des pays (réceptifs) ont aussi des lois dans le tourisme.
cordialement

10.Posté par JERESTAMAPLACE le 01/10/2012 14:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Nicolas....
et bien moi, dans ma bonne ville de NANTES, non seulement quasiment toutes les agences sont là et bien là depuis des lustres mais il y en a de nouvelles. Encore une fois, il faut arrêter de sous entendre que les agents de voyages ne sont que des nazes qui ne savent aps évoluer...
ras le bol de ces discours donneur de leçons.....

11.Posté par Nicolas d'Hyèvres Parfums du Monde le 01/10/2012 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Nurten et Joe,
Je ne met nullement en doute les compétences des réceptifs, qui bon nombre d'entre eux sont de bon partenaires.
Je mettais juste en exergue un point de notre législation, qui mériterait réflexion et discernement.
Winsdomtravel a le droit de travailler sur le sol français et démarcher ses clients sur le sol français, ce point là est acquis.
Celui qui ne l'est pas et qui devient illégale, c’est si Winsdomtravel avait des employés basés sur le sol français travaillant pour la promotion de cette agence sans immatriculation, ni Responsabilité Civile !
Grace à l’ouverture qu’a fourni internet à la promotion de votre destination, ce besoin de représentation n’est franchement pas nécessaire.
Quant au « Si certains de vos clients contactent directement les réceptifs, c'est sans doute parce qu'ils n'ont trouvé la réponse à leurs besoins », je l’admet sans vergogne et bien malheureusement.
Je parle ici de droit et de législation francaise non de droit du sol si je peux m’exprimer ainsi.
Quels risquent nos clients en achetant des prestations terrestres à un réceptif directement ????
Ceci a juste pour but d’interpeler et de faire prendre conscience à nos instance qu’il y a un risque encouru et qu’il est temps de s’y intéresser.
Que risque un responsable d’association de 3 ème age qui ferait confiance a un réceptif ?
Quels documents devrions nous demander à un réceptif afin de garantir sa légalité, sa solvabilité et ses compétences ???
Il ya en fait deux questions qu’il va falloir éclairé dans les mois à venir :

Un réceptif peut il s’implanter et démarcher des agences ainsi que des clients directs sur le sol français en toute légalité sans avoir d’immatriculation ?
Et
Quels risques une agence de voyage peut elle encourir si un réceptif venait a être défaillant ?

Chez Parfums du Monde, nous avons compris depuis bien longtemps qu’il est primordiale de bien connaitre son réceptif et partenaire, ces derniers sont contrôlés régulièrement et communiquent leurs licences de voyages, Responsabilités Civiles et autres assurances avant d’imaginer avoir un échange financier.

12.Posté par phil2mars le 01/10/2012 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nicolas!!
Je pense que vous devriez continuer à faire ce que vous faites si bien et d'abandonner tout reflexe protectionniste et corporatiste , c'est beaucoup d'energie perdue ..pour rien...et , à mon humble avis , une erreur ...Votre clé c'est le sa voir faire et le faire savoir , pas d'empecher par d'illusoires reglementations franco françaises le monde de vous concurrencer . Continuez à être à l'écoute , à vous adapter aux souhaits du vos clients , à maitriser vos produits et vous poursuivrez brillamment votre aventure sans pâtir de la concurrence des réceptifs qui ne vous vise pas .

Pour la petite histoire , En 25 ans de carriere, j'ai rarement vu un groupe planté dans les grandes longueurs par un réceptif indélicat ( du genre , j'encaisse et je disparais) , par contre je ne connais pas un réceptif qui ne soit pas fait planter par un TO ou une agence ( française)...




13.Posté par Carine LEROUGE le 01/10/2012 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le débat entre agences traditionnelles et TO reste toujours très sensible. Je partage l'avis de Nicolas quant à l'intérêt à porter à nos clients groupes. Depuis plus de 15 ans, je travaille auprès des groupes et il a toujours était remarqué qu'une relance des ventes groupes était porteuse d'une relance générale. Alors, à tous ceux qui ont critiqué les groupistes, les vendeurs de tourisme de masse, il existe bel et bien des professionnels à la hauteur de leur discours. Pour avoir travaillé avec Parfums du Monde, leur back office et leur SAV sont solides!!!
En fait, que cherchons-nous à savoir : comment repenser notre profession? Nous cherchons beaucoup alors que la réponse est de revenir à ce que nous savons faire depuis longtemps : notre travail sans dénigrer celui des autres. L'herbe n'est pas plus verte à côté.
Mais alors qu'aujourd'hui tout le monde fait tout et n'importe quoi sans avoir parfois de qualification certaine, certains s'y sont brûlés les ailes!!!!

Les clients, individuels et groupes, s'y sont perdus. Trop d'offres tue l'offre!!! Notre valeur ajoutée fera alors toute la différence. Cerner un client, l'accompagner, le renseigner et être toujours auprès de lui (ce que les machines ne remplaceront pas). Cela ne garantira pas une fidélité à toute épreuve mais il aura en mémoire LA personne qui l'aura accompagné dans son projet de voyage.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 11:06 Evaneos vise les 800 000 voyageurs cumulés en 2020


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com