TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Pascal de Izaguirre: "La France n'est plus le vilain petit canard de TUI..."

L'interview du président du Groupe en France


Rédigé par Dominique Gobert le Dimanche 1 Juin 2014

Il semble que TUI France, après de nombreuses perturbations, voit, petit à petit, une amélioration de ses résultats. Même si ceux-ci sont encore un peu difficiles à atteindre. Pascal de Izaguirre, Président du TO en France, fait le point avec TourMag...



TourMaG.com - Les résultats du TO, à mi-exercice, semblent encore un peu délicats...

Pascal de Izaguirre: En France, la conjoncture économique reste très mauvaise. Les actionnaires ont compris que ceci n'était pas structurel et que c'était parti pour durer.

Je crois d'ailleurs qu'ils n'ont pas une pensée très positive sur le marché français, du moins sur la situation économique du pays. Et je crains, malheureusement, de ne pas pouvoir les démentir.

Les actionnaires s'aperçoivent, année après année, que la France est le pays à la traîne de l'Europe, et il n'y a aucun signal de reprise.

C'est le premier point. Le deuxième, c'est qu'ils ont pris acte que des destinations comme l'Egypte ou la Tunisie ne reprendront pas rapidement.

En ce qui nous concerne, nous avons fermé l'Egypte cette année et nous n'envisageons pas de la reprendre pour l'année prochaine.

Enfin, troisième éléments, les actionnaires se rendent compte que les contrats hôteliers, signés auparavant sont assez "complexes".

Et que se défaire de certains contrats va couter très cher au Groupe TUI.

Ceci est valable pour Nouvelles Frontières, au Sénégal notamment dont le contrat hôtelier de Saly par exemple court jusqu'à 2020.

TourMaG.com - Vous aviez annoncé l'équilibre pour 2015. Il semble que ce soit plutôt pour 2016?

Pascal de Izaguirre:Effectivement, ça va prendre un peu plus de temps que prévu.

Cette année, nous prévoyons une très nette amélioration, mais entre le break even et la conjoncture, c'est encore une autre étape.

Les actionnaires restent donc prudents.

Comme je vous le disais, le "nettoyage" des contrats hôteliers est en cours. Nous avons cette fois mis tout au clair, mais cela devrait coûter un peu plus cher que prévu.

En fait, nous gardons toujours cet objectif d'équilibre pour 2015, mais il n'est pas interdit de garder "une marge de sécurité".

TourMaG.com - Mais, pour en revenir à ces contrats hôteliers, le nettoyage aurait dû être terminé depuis longtemps?

Pascal de Izaguirre:Vous savez, tout ceci est très complexe. Nous sommes obligés de négocier et cela prend du temps. Beaucoup de temps.

Dans nos résultats de l'an dernier, nous avions provisionné une somme très importante pour ces contrats. Mais au fur et à mesure, nous sommes obligés de constater que cela va coûter plus cher que prévu et donc peser sur nos résultats.

TourMaG.com - Donc, si vous n'atteignez pas, comme vous l'aviez annoncé l'équilibre en 2015, votre contrat continuera?

Pascal de Izaguirre:Evidemment. Vous spéculiez sur une future carrière politique pour moi. Mais je vous assure que, pour le moment ça ne m'intéresse pas et qu'en plus, si tel était le cas, ce ne serait que pour 2017.

Aujourd'hui, il n'y a aucune échéance prévue. Tant que l'actionnaire veut me garder, je n'ai pas de plan extérieur. Je suis très satisfait là où je suis, avec les deux challenges (TUI et Corsair, ndlr).

Je pense que le travail de fond que nous faisons produit des résultats et va en produire de plus en plus. Mais la situation est très compliquée.

TourMaG.com - Sur les résultats, peut-on avoir une idée entre Marmara et Nouvelles Frontières ?

Pascal de Izaguirre:Pour Nouvelles Frontières, ce que l'on peut dire c'est que les marques "spécialistes" sont bénéficiaires.
Le déficit est concentré sur les hôtels-club de la marque Marmara. Ce qui est normal.

Les marques "spécialistes "concernent une clientèle plus élevée, un panier moyen conséquent. Nous n'avons aucun engagement hôtelier notamment. Et l'impact Tunisie par exemple n'existe pas.

La question du redressement et de la restructuration est essentiellement concentrée sur les hôtels-clubs. En revanche, sur les marques "spécialistes", notre réflexion est orientée sur la manière de pouvoir améliorer leur rentabilité et leur profitabilité.

TourMaG.com - Est-ce à dire que vous allez encore réduire la production sur la partie hôtels-clubs?

Pascal de Izaguirre:Non, c'est terminé. Cet été nous avons réduit de 13% le nombre de sièges offerts. A ce jour, nous sommes totalement en ligne, puisque si l'on regarde nos engagements sur l'été 2014, nous sommes à -13% en clients, à +3% en prix moyen et à -10% en revenu.

Donc la baisse dans nos enregistrements du nombre de passagers est parfaitement en ligne avec la baisse de la capacité.

Et, à partir de l'hiver prochain, on recommencerait à prendre, du moins dans nos projets, une petite croissance des sièges. En clair, nous avons atteint un point bas cet hiver, un point bas cet été afin de pouvoir repartir.

L'idée c'est de s'être débarrassé des contrats les moins profitables ou les plus pénalisants, d'avoir revu la production puisque vous savez que nous avons sorti un certain nombre d'hôtels.

Nous en avons introduits de nouveaux aussi, plus qualitatifs. De plus petites unités, bien situés. De plus notre plan d'amélioration de la qualité commence à donner des résultats.

Vous savez aussi que notre objectif à la fin 2014 est d'avoir ¾ de la production cotée au moins 4 sur 5 chez Tripadvisor et 100% à l'été 2015! D'ailleurs toutes les nouvelles unités que nous rentrons sont déjà cotées 4sur 5 !

Nous investissons beaucoup dans la qualité du produit: buffets nettement améliorés, animation etc…

Tout ceci, y compris la modification de l'image de marque, à travers le logo, la campagne de publicité est un vrai travail de fond. Tout en mixant aussi les destinations. Nous sommes notamment de plus en plus présents en Espagne.

Nous modifions notre mix destinations de façon à ne plus être dépendants de l'Afrique du Nord, nous modifions l'offre de façon plus qualitative tout en continuant à être très compétitifs sur les prix.

De toutes façons nous ne pouvons pas changer le positionnement prix, vu l'état économique en France. Notre clientèle reste extrêmement attentive aux prix et à la compétitivité.

TourMaG.com - Certes mais entre "qualité de prix" et vente à perte, est-ce bien raisonnable ?

Pascal de Izaguirre:Il ne faut pas oublier que nous avons fait un gros travail de réduction des coûts. Par ailleurs, nous avons énormément progressé sur les aspects "yeld" de notre offre. Nous ne faisons, par exemple, plus aucune régulation de capacité.

Ce qui n'était pas le cas avant, où l'on programmait d'énormes capacités, que l'on réduisait au fil des jours…Maintenant, nous adaptons notre capacité à nos prévisions et nous tenons le programme. Et pour le client, c'est mieux : pas d'annulations de vols !

Nous sommes devenus professionnels. Chaque semaine, par exemple, nous affinons notre politique commerciale.

TourMaG.com - Donc, les braderies, c'est fini ?

Pascal de Izaguirre:Nous avons des prix très bas, mais c'est une action réfléchie et anticipée. Mais, si au dernier moment, nous avons beaucoup de sièges que nous n'arrivons pas à vendre, on doit casser les prix, nous cherchons à le limiter et si possible à l'éviter.
Mais tout ceci est suivi quotidiennement. Au détail près, ce qui permet d'avoir une analyse très pertinente.

Nous avons un outil extrêmement performant qui nous permet d'avoir un suivi très pointu. Je sais par exemple les marges que je dois faire pour les mois de juillet et aout… et où j'en suis à ce jour !

Tout ceci est extrêmement sophistiqué, ce qui me fait penser que maintenant nous sommes beaucoup plus performants. Le pilotage est très sérieux et serré.

Bien sûr, il existe toujours des risques, mais je sais qu'ils sont limités… dans une zone raisonnable. Mais nous ne sommes plus aveugles comme nous l'étions auparavant.

TourMaG.com - Justement, maintenant que vous voyez tout, comment se présente l'été ?

Pascal de Izaguirre: Comme je vous l'ai dit, au jour à date, -13% de passagers, +3% de prix moyen, -10% de revenu. Mais nous constatons que cela ne cesse de s'améliorer.

Pour l'instant, nous sommes en ligne avec nos objectifs, car il faut quand même souligner que depuis le 1er octobre à la fin avril, soit durant sept mois, nous sommes restés parfaitement en phase avec nos objectifs.

TourMaG.com - Donc l'actionnaire est content ?

Pascal de Izaguirre:Oui, bien sûr. Mais il faut le contenter chaque mois !

TourMaG.com - Il n'est pas trop pesant ce même actionnaire ?

Pascal de Izaguirre:Franchement, les interventions de suivi de l'actionnaire ont diminuées. D'abord parce qu'il a peut-être d'autres préoccupations, mais surtout parce qu'il voit que pour l'instant, tout se déroule conformément au plan et que la zone de risque est circonscrite. Je pense que la France n'est plus le vilain petit canard du Groupe.

TourMaG.com - Parlons Distribution et social... Où en sommes –nous ?

Pascal de Izaguirre:Après un premier plan de départ de 550 personnes, nous avons lancé un plan de départs volontaires de 325 personnes qui s'est terminé par 276 départs.

J'ai considéré que ça suffisait. Au global, à la fin septembre 2015, nous resterons avec 750 salariés en France au lieu de...1600 !

Même si parfois cela a été mal vécu, on peut considérer que cela a été pas mal géré. Connaissez-vous beaucoup de sociétés qui arrivent à diviser par deux leurs effectifs ? Nous aurons fait un travail d'amélioration de la productivité et de réduction des coûts gigantesque.

Dans le plan de rationalisation du réseau, nous avons également tenu nos objectifs. Parce que, quand je dis quelque chose, je le fais. Nous avions prévu de fermer 57 agences, c'est fait. Il y en a 28 qui seront fermées, dont 22 dès cette année. Et nous en transférons 29 également cette année, en franchise.

Sur les 29 franchisations, il y en a un tiers repris par le Groupe Sainte Claire, le groupe qui nous avait déjà repris des agences aux Antilles. Un autre tiers de mandataires actuels, ce qui prouve que le nouveau contrat n'est pas si mal que ça et un tiers repris par des salariés.

Ça montre bien qu'il existe des salariés qui y croient et qui ont demandé à reprendre leur agence en franchise. C'est plutôt positif.

Nous aurons considérablement rationalisé, puisque de 119 agences intégrées, il nous en reste 62. Plus les 11 agences Aventuria. Ce qui nous fait un réseau total de 166 agences, tout confondu). Ce qui nous fera un réseau rationalisé, sans agences déficitaires.

TourMaG.com - Donc, tout est bouclé, que ce soit au plan social ou sur la distribution ?

Pascal de Izaguirre:Absolument. Ce qui nous permet maintenant de nous concentrer uniquement sur le business.

TourMaG.com - La distribution externe, pas de séquelles par rapport à vos déclarations de Rome…

Pascal de Izaguirre:Mais non, tout ceci est fini. Moi, je veux travailler dans un environnement pacifique. Tout a été pacifié. D'ailleurs, dans les derniers mois, nous avons signé des accords avec tout le monde, y compris avec Selectour Afat… et que nous sommes même revenus dans le Top 14.

Si ces accords ont été signés, c'est qu'ils convenaient à tout le monde. Aujourd'hui il n'y a plus d'attaques contre TUI. Attaques qui étaient peut-être instrumentalisées…

Du coup, j'ai pris les choses en main avec les réseaux tiers et tout se passe très bien. Il y a eu des bisbilles sur Internet. Tout a été clarifié et aujourd'hui tout se passe très bien.

Avec les mandataires, on arrive à 50% de mandataires qui ont signé le nouveau contrat. Maintenant on peut bosser pour les clients.

TourMaG.com - Pour finir, quelle est la position de TUI France sur les Maldives ?

Pascal de Izaguirre:Nous suivons la position du Seto. Depuis quelques mois, nous avons un syndicat. Si le Seto peut intervenir auprès du gouvernement des Maldives, faire pression, je pense que c'est important.

Si nous arrivons à dire que tout le tour-operating français considère que… Cela a beaucoup plus de poids que des prises de position individuelles.

Lu 5631 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92



















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com