TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Protourisme : ''Hervé Novelli nie une évidence admise par tous...''

3 questions à Didier Arino


Rédigé par Propos recueillis par Jean DA LUZ le Mercredi 3 Septembre 2008

Une fois de plus, la guerre des chiffres fait rage au niveau de la fréquentation et du bilan estival en France. Le manque de fiabilité des statistiques publiques se heurte aux dures réalités du terrain. Les chiffres rapportés par Hervé Novelli, secrétaire d'Etat au tourisme, ne conviennent pas du tout à Didier Arino, patron de Protourisme, qui dénonce la partialité de l'outil statistique officiel d'analyse.



Protourisme : ''Hervé Novelli nie une évidence admise par tous...''
TourMaG.com - Les études sur la fréquentation touristique de la France prêtent chaque année à polémique. Pourquoi ce sujet est-il si sensible selon vous ?

Didier Arino
: "Nous sommes dans un secteur où l'outil statistique officiel n'analyse qu'une partie des nuitées en hébergement marchand, à savoir l'hôtellerie et l'hôtellerie de plein air en ignorant des pans entiers de nos hébergements payants tels les meublés locatifs, les résidences de tourisme, les villages de vacances et les chambres d'hôtes.

Cette absence de données fiables sur les seules nuitées marchandes n'empêche nullement nos ministres ou secrétaires d'État en charge du tourisme, de prétendre à un bilan fiable des saisons touristiques avec un aplomb qui confère au ridicule.

Sachant par ailleurs que les nuitées hôtelières sont marquées majoritairement à l'année par le tourisme d'affaires et que l'analyse des nuitées d'agrément reste embryonnaire au niveau des statistiques dites officielles.

Le tout laissait la place aux interprétations les plus fallacieuses et au sempiternel cocorico des élus qui annoncent, quasi-systématiquement, une bonne saison touristique. Et cela que les nuitées réelles soit en progression ou en régression.

Lorsque les chiffres sont, d'évidence trop mauvais sur l'été, nos statisticiens zélés nous expliquent que maintenant le tourisme c'est toute l'année et que, de toutes les manières, septembre sauvera la saison.

L'insuffisance de statistiques permet à n'en pas douter de masquer la perte de compétitivité de notre tourisme hexagonal et de nier une réalité : près d'un français sur deux ne part pas en vacances l'été et près de 40% à l'année (définition des vacances 4 nuits et plus en dehors de son domicile).

Quant aux 82 millions d'arrivées touristiques traduites de facon inappropriée par 82 millions de touristes, cela repose sur une approche peu scientifique qui peut laisser la place à une mystification.

Le rapport Couve remis au Premier ministre en juillet fait l'analyse suivante en abordant la question de l'observation statistique dans le tourisme : "les chiffres présentés par le gouvernement sont à considérer avec circonspection et discernement",

Il appelle à être "plus exigeant sur la méthode de comptage, les sources d'information et encore plus de l'interprétation que l'on peut faire des données produites".

Chez Protourisme c'est parce que nous avons fait ce constat il y a une dizaine d'années que nous avons décidé face à la défaillance publique et l'utilisation tronquée de chiffres erronés de réaliser notre propre observatoire, indépendant de tout groupe de pression."


T.M.com - Cette année, nous sommes carrément face à des contradictions de fond entre l'étude dont vous êtes l'auteur et les chiffres annoncés par le Ministre du Tourisme. Pourquoi ?

D.A.
: "Sur le fond de l'analyse nous ne sommes pas en désaccord avec le secrétaire d'État. Nous avons dit que la saison était, certes, décevante avec une baisse des nuitées de, rappelons-le, de plus de 5% en deux ans avec près de 3% de baisse cette année. Pour autant, cela n'était pas catastrophique car les français ont, globalement, privilégié les logements les plus qualitatifs.

Soulignons aussi que le contexte économique et météorologique était défavorable et que, malgré tout, le taux de départs est à peu près stable même si les Français ont réduit leur durée de séjour.Taux de départ stable et baisse de la durée moyenne des séjours = baisse des nuitées.

C'est cette équation élémentaire que nie le secrétaire d'Etat au Tourisme, alors même que les chiffres de ses propres organismes sont concordants (Odit, Fnotsi et TNS Sofres).

On peut alors se demander pour quelle raison Hervé Novelli (certainement mal conseillé) s'obstine, au risque de se décrédibiliser, à nier une évidence admise par tous y compris dans sa propre administration.

Il serait temps de changer ces méthodes d'un autre temps. Cette attitude est stupide, inefficace et porte atteinte au crédit de notre secteur."


T.M.com - Pensez-vous que notre pays disposera un jour d'études sérieuses et sincères permettant notamment aux régions d'avoir une lisibilité sur la mise en tourisme de leurs territoires ?

D.A. :
"Le mouvement vers plus de transparence et de professionnalisme est lancé depuis quelques années et le partenariat public-privé doit se renforcer pour rendre plus efficient les dispositifs d'observation.

Le défi est de bénéficier d'une observation économique du secteur et non plus de notes de conjoncture avec des baromètres dérisoires qui n'apportent rien en termes d'analyse.

Nous développons ces nouveaux outils chez Protourisme mais il faudra du temps pour les faire accepter. Cela passe par une plus grande sensibilisation et l'implication des élus à l'économie du tourisme, fondamentale pour la croissance de notre pays.

Si les Assises du tourisme n'ont fait que répéter ce que nous savons tous depuis longtemps, Hervé Novelli a ces derniers mois eu le courage d'aborder de vrais sujets et de poser les bonnes questions, sans langue de bois, sur les problématiques du tourisme hexagonal.

En revanche sur la pertinence des préconisations et les moyens à mettre en œuvre, nous sommes très loin du compte..."

Lu 6181 fois

Notez


1.Posté par michel Tschann le 03/09/2008 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonjour
Je ne peux que confirmer que les résultats pour la Côte d'azur ont été excellents; je n'ai pas la prétention de savoir ce qui se passe ailleurs; nous sommes au contact des réalités au quotidien et non dans un bureau d études qui cherche à faire sa publicité
Par définition les statistiques sérieuses n arrivent qu'un mois ou deux après, et toujours pour la cote d azur, elles sont touriscope.com préçises, détaillées et exactes
bonne journée

michel tschann
président

2.Posté par GOETSCHMANN MICHEL le 03/09/2008 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ah ! ces sacrées statistiques auxquelles on peut faire dire tout et n'importe quoi de quelque côté que l'on se place. Il faut tout-de-même le savoir il n'y a jamais eu 70, 72, 75, 80, 82 millions de TOURISTES en France pour une raison très simple de départ !! on mélange depuis des années et des années 3 notions complétement différentes: - les Touristes (ouvrez tous vos dictionnaires et vous constaterez qu'un Touriste n'est pas ce que la définition de l'OMT donne dans un langage et une complexité qui n'honore pas cet organisme)ce sont tout simplement des personnes qui voyagent pour leur plaisir !!!! point. J'aimerais rappeler tout-de-même que dans ce monde près de 70% (attention ! à prendre avec des pincettes car il s'agit là également de ... statistiques)de gens voyagent pour leurs ... affaires ! les mauvaises langues me rétorqueront que certains font des affaires avec plaisir ..... OK
D'autres me diront qu'il existe le Tourisme d'affaires .... eh! bien, et toc, ce terme est totalement innaproprié et ne correspond en rien à la réalité ! je rétorquerais alors que la langue anglaise n'a jamais parlé de 'Business Tourism' ...... mais de Business Travel (j'en étais le responsable chez American Express pendant 3 ans) et qu'aujourd'hui elle fait bien la différence entre MICE (qui est bien pour moi le terme qui reprend Tourisme d'affaires, terme totalement erroné)et Business Travel. Le jour où l'on classera l'industrie du Voyage (je rappelle que le Tourisme n'est pas une Industrie mais un état d'esprit)clairement en 3 catégories:
- Tourisme, Affaires et MICE (mot français à chercher mais pourrait être Evénements Affaires ?)
et le Tourisme en 3 catégories également:
- Vacanciers, Touristes et Voyageurs
(je ne m'étendrais pas sur le sujet ici n'ayant pas l'envie de faire une consultation gratuite .... sorry, it is just a joke ! a bad one maybe ?)
Je terminerais ici ma digression en rappelant simplement à Didier Arino que nous nous étions sérieusement en son temps engueulé lorsque j'avais osé lui dire un jour à Bordeaux que les statistiques touristiques étaient en l'état impossibles et qu'elles ne voulaient rien dire !!! ... Mr.Arino a bien changé ...
affaire à suivre
Michel Goetschmann

3.Posté par Jean-Michel BLANC le 03/09/2008 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bigre ! réglement de comptes ;-) sur le thème récurrent de l'observation et des chiffres officiels ou experts...
Avis éclairé (re ;-) ) d'un observateur auvergnat : qu'ils soient issus d'une instance politique officielle (nationale ou régionale), ou d'un expert aussi brillant soit-il (ce cher Didier étant généralement apprécié pour son franc parler souvent pertinent), la publication de résultats de fréquentation sur la saison d'été avec des pourcentages d'évolution dès le mois d'août me laisse toujours perplexe, surtout avec une décimale...
Tout acteur avisé qui connaît la complexité de l'activité touristique et la diversité des situations selon les territoires, les filières, etc... sait bien quelle énergie il faudrait déployer pour obtenir un résultat raisonnablement fiable à + ou - 2%. C'est pourquoi il nous semble plus raisonnable de produire une information traduisant l'opinion des professionnels à chaud (interrogés fin août : 400 témoins pour l'Auvergne), et apprendre à patienter jusqu'à la production des données statistiques disponibles en octobre ou novembre de la part de l'INSEE pour hôtels et campings. Pour les autres filières, un acharnement quasi obsessionnel nous permet difficilement d'obtenir des données honorablement fiables pour disposer en fin d'année de résultats dont la précision demeure encore discutable. Mais alors ! quel magicien nous sortira de vieilles recettes pour éclairer les lanternes de nos chers décideurs. Le rapport Couve, s'il pose un diagnostic assez évident, n'apporte que des fragments de réponses dont une partie demeure dans l'utopie. Nous sommes donc condamnés à faire preuve de discernement et de patience pour analyser un ensemble de données dont la seule convergence permet d'entrevoir la vérité.
Par ailleurs, qui, hormis les médias, trouve un caractère opérationnel à la production d'une données globale fin août. Ne vaut-il pas mieux prendre le recul nécessaire pour discerner les grandes tendances et en tirer les enseignements qui s'imposent ? Sensibiliser élus et professionnels à l'ECONOMIE touristique : ok pour un vrai défi. Produire des données fiables nécessite également un véritable engagement des acteurs du tourisme, du plus modeste au plus grands groupes, vers plus de transparence. Encore un défi.

4.Posté par GOETSCHMANN MICHEL le 03/09/2008 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut simplement avouer aujourd'hui son incapacité à fournir des statistiques fiables en matière touristique (que ce soit d'ailleurs en France ou ailleurs) et procéder tout simplement à des analyses différentes avec des moyens différents.
Après tout qu'il y ait 70 ou 82 millions de touristes (qu'appelle-t-on un touriste ? voir à ce sujet mon intervention précédente), à l'heure où l'on est passé d'un 20ème siècle quantitatif à un 21ème siècle qualitatif, le plus important ce sont les recettes et la satisfaction des clients ! non ? Le jour où l'on commencera à parler rentabilité et plus taux d'occupation on aura déjà franchi un premier seuil ! comme dirait l'un de mes amis financiers, mieux vaut vendre 10 produits ou 10 Services qui rapportent avec un client satisfait que vendre 100 produits mauvais à des clients non-satisfaits !
Je pensais que c'était la base du commerce ? d'autres pensent peut-être que c'est faire du chiffre d'affaires à tout prix (et c'est le cas de le dire) sans penser au client !
Ah! ces bonnes vieilles recettes refont surface lorsque le bateau tangue ....
affaire à suivre ......Michel Goetschmann

5.Posté par Jean-Michel BLANC le 03/09/2008 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout-à-fait d'accord sur la priorité à une analyse 'qualifiante' en terme d'apport économique, et le faible intérêt d'une valeur absolue (un poëte grolandais aurait dit "Dans toute statistique, l'inexactitude du nombre est compensé par la précision des décimales" : maxime reprise par un certain Alfred Sauvy -démographe orthodoxe). Par contre, concernant la définition du 'touriste', je tiens personnellement à m'accrocher aux règles internationales en portant mon analyse sur un concept 'd'économie présentielle' (cf L.Davezies) qui me conduit à m'interesser à toute cette population occasionnelle qui séjourne sur mes territoires à des fins diverses (y compris résidence secondaire parents et amis) dès lors qu'ils participent à la vitalité économique de ces territoires. L'approche des seuls vacanciers est donc trop réductive, mais elle a évidemment tout son sens dans une analyse des marchés. OK pour éviter le piège de la lecture exclusivement 'tiroir caisse' et cogiter sur conquête et fidélisation (donc satisfaction maximum, donc qualité, donc ré-investissement permanent, donc financement, donc appui en zones fragiles, etc...)... Le sujet est vaste.

6.Posté par abehsera yariv le 03/09/2008 13:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les chiffres, les chiffres ...
Depuis le 20 aout nous assitons à une étude statistique par jour. Toutefois ce qui est fou dans de deferlement de chiffres c'est que personne ne parle des vacances en France des Français. Comment, ou, combien de jours, habitude de reservation, online- agence ......... Comment les Français achete le la France.
Enfin, personne ne songe a interoger les specialsites de la France les TO .....

7.Posté par GOETSCHMANN MICHEL le 03/09/2008 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Réponse à Abehsera
D'accord et c'est justement pour cette raison que je propose des études qui tiennent compte de 3 types de Touristes et non pas toujours d'où ils viennent (France ou Etranger) ! Nous entrerons alors dans de vrais études qualitatifs, de marché, et la France pourra alors prendre les mesures qui s'imposent.
Savez-vous d'ailleurs pourquoi la France pour un nombre de touristes plus importants (? voir statistiques !! erronées vous avez dit erronées !) rentrent moins d'argent dans ses caisses ? car il y a une richesse qui ne peut pas se monnayer, ce sont les paysages ! en France ils sont beaux et diversifiés et les regarder et en profiter ne coûte rien ! si demain on découpe pour les études de marché le Tourisme en 3 entre les Touristes, les Vacanciers et les Voyageurs nous aurons alors des recherches beaucoup plus poussées et sans parler de statistiques (auxquelles bientôt plus personne ne croit) nous aurons des résultats intéressants en analyses !!! croyez-en le petit Suisse que je suis, venant d'un petit pays certainement plus facile à étudier ! Michel Goetschmann

8.Posté par prevot sergr le 03/09/2008 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La saison touristique a été bonne, le nuage de Tchernobyl n'a jamais survolé la France et les fuites radioactives de la centrale nucléaire de Bollène sont sans gravité.
Que rajoutez de plus pour dire que l'on nous prend pour des gogos à longueur d'année !!

9.Posté par Jean-Michel BLANC le 03/09/2008 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Yariv, il faut préciser qu'entre les séjours dans les résidences secondaires, chez les parents et amis, ou l'ensemble considérable des séjours auto-organisés, le Français se distinguent clairement des autres peuples européens, et se baser sur les seuls TO ou structure de commercialisation pour mesurer l'activité touristique serait une hérésie (les chiffres -officiels- existent pour le confirmer).
Pour Michel : si la sémantique s'immisce dans la statistique, les services statistiques n'ont pas fini de s'arracher les quelques cheuveux résiduels qu'il peut leur rester au terme de cette drôle de saison.
Pour Serge, n'en déplaise, 345 acteurs du tourisme auvergnat viennent de répondre librement à notre enquête (une de plus) pour connaître leur opinion sur la saison. Contrairement aux années récentes, j'ai le plaisir de signaler que 63% d'entre eux (hôteliers, campings, meublés chambres d'hôtes, sites de visites, base de loisirs, restaurants,...) se déclarent spontanément satisfaits ou très satisfaits de leur saison d'été. Je dois préciser que les hôteliers et restaurateurs sont plus nuancés (seulement 52 et 57%). Vous trouverez le détail dès vendredi matin sur notre site. Je dois aussi rappeler que les mêmes étaient beaucoup moins fiers au début du mois d'août, avec une atmosphère de prudence suite à un mois de juillet très moyen. Mais tout celà est très subjectif. Vivement les chiffres sur la consommation de farine.
Bien à tous...

10.Posté par prevot sergr le 03/09/2008 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lu dans Tourmag:
Restauration en berne pour la restauration cannoise
Si les palaces de la Croisette affichent de bon taux d'occupation, grâce aux Russes et aux Emirs, les restaurants cannois plus populaires sont eux victimes d'une clientèle française (mais aussi européenne) dont le pouvoir d'achat se réduit drastiquement. Selon l'Union patronale des restaurateurs et limonadiers (UPRL) de Cannes la saison estivale a été marquée par un recul sévère de 30 % de la fréquentation sur les 500 établissements du syndicat. Une baisse qui affecte l'emploi et les investissements. Des fermetures sont envisagées. Fin de citation
C'est ce que le ministre appelle une bonne saison !

11.Posté par Lantier Frédéric le 04/09/2008 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'absence de données fiables n'empêchent pas le secretaire d'Etat de prétendre à un bilan fiable de la saison touristique avec un "aplomb qui confère au ridicule" mais ....l'absence de données chiffrées (INSEE, Sofres, etc) n'empêche pas non plus certains cabinets spécialisés de faire le tour des médias pour annoncer dès le 20 août des bilans de saisons ... (chercher l'erreur?). Je suis plutôt d'accord avec JM Blanc pour patienter jusqu'à fin octobre pour produire des statistiques fiables mêmes si tous nos élus aimeraient avoir des résultats au jour le jour. Et justement, avec ce type d'annonce dès la mi août, nos élus ne comprennent pas pourquoi, nous sommes INCAPABLES de leur fournir ces mêmes résultats au même moment !
Enfin et pour finir, heureusement que ces cabinets éclairent notre avenir professionnel en faisant aux médias des annonces du type :
- l'augmentation des prix des carburants a un impact sur les séjours touristiques...
- Avec un pétrole aussi cher, c'est la fin des vols longs courriers accessibles pour tous...
- La baisse du pouvoir d'achat des français a une incidence sur l'économie touristique... Etc.
Bonne fin de saison touristique à tous.

12.Posté par Valérie Pages le 04/09/2008 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ayant fait un stage chez Protourisme, je peux vous confirmer, contrairement à ce que disent les mauvaises langues, visiblement jalouses de la notoriété du cabinet, que la rigueur apportée dans l'analyse des dossiers est sans commune mesure avec ce que j'ai pu constater dans diverses collectivités. Quant à la connaissance du secteur par les consultants, qui sont en moyenne 3 jours par semaine sur le terrain et qui travaillent "plus que de raison" lorsqu'ils sont au bureau, il est un peu triste de voir certains commentaires d'hôteliers qui auraient sans doute beaucoup à apprendre sur leur propre métier. Il suffit de se renseigner sur les références du cabinet et le profil des associés... Je souhaite à beaucoup de passer par ce cabinet car comme formation, je n'ai pas connu mieux...

13.Posté par Didier ARINO le 04/09/2008 23:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout d'abord merci à tous pour vos réactions qui traduisent un intérêt pour le sujet, et à tous ceux qui nous ont appelé ou envoyé des mails pour nous faire part de leur soutien ou qui nous ont transmis des données statistiques complémentaires.
Une réflexion générale tout d'abord, ça n'est pas parce que certains dispositifs actuels d'observation sont incomplets ou souvent inopérants qu'ils ne peuvent pas être améliorés tant dans l'appréhension globale de l'ensemble des typologies de nuitées, de l'impact économique que dans une transmission et un traitement plus rapide des données et ce sans coût supplémentaire pour la collectivité. En effet, l'économie de budget des baromètres de tendance non chiffrés qui ne servent à rien (même pas à alimenter les médias ... ) pourraient être affectés à de l'observation économique plus pertinente, utile pour les professionnels, les institutionnels et les élus.
En ce qui concerne les analyses de Protourisme sur notre secteur d'activité, son évolution, ses enjeux et ses perspectives...il serait intéressant que ceux qui ont des idées certainement plus lumineuses puissent les exprimer pour que nous tous puissions bénéficier de leurs lumières.
Dans un monde ouvert comme le nôtre ils seront à n'en pas douter repris par les médias qui doivent selon certains se contenter de la banalité des interventions de Protourisme...Nous nous ferons un plaisir de transmettre leurs coordonnées pour qu'ils aient leur heure de gloire.
Touristiquement vôtre.

14.Posté par Mark Watkins le 05/09/2008 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il est certain que ceux qui passent dans les médias et qui osent parler de notre profession en agacent plus d'un. On les accuse de vouloir faire leur publicité à tout prix, comme le dit le premier intervenant ici plus haut. C'est généralement ce qu'on dit quand on ne trouve pas d'autre argument valable.

La quête à sa propre publicité n'est peut-être pas fausse, mais je trouve personnellement que Didier Arino est courageux de s'opposer à ses détracteurs et j'ai décidé que le courage serait désormais la seule vertu que je trouverais admirable chez mes contemporains (!).

Ne connaissant pas la méthodologie employée par Protourisme pour établir ses statistiques, je ne peux évidemment pas soutenir ou contredire ses chiffres. Mais là n'est pas l'essentiel. Il est important que l'on parle vers le grand public et vers les élus de la profession hôtelière et touristique. Il est donc utile que tous s'expriment, même avec des désaccords. Après tout, il me semble que les chiffres fournis par Protourisme et ceux parrainés par le ministère ne sont pas si différents... Ce sont les interprétations qui, comme toujours, diffèrent.

Pour autant, je reste moi aussi surpris que tous les ans, nous assistions dès le 10 août à une caravane de déclarations sur la conjoncture sur la saison touristique en cours et loin d'être terminée. A vrai dire, cette "dérive" est provoquée uniquement par les médias, qui n'ont le plus souvent rien d'autre à se mettre sous la dent en plein été et qui cherchent des sujets "consommation d'été". Faute à qui de les alimenter en analyses et en chiffres, dont on n'est pas toujours sûr de leur fiabilité ? Doit-on accuser les cabinets et autres observateurs d'aller dans ce sens de la demande des médias et doivent-ils refuser de leur donner ces chiffres, en échange de quelques passages dans les médias ? Je pense comme JM Blanc qu'il vaut mieux résister à la tentation de la communication tous azimuts, et prendre du recul et publier du fiable, avec des données consolidées ; d'autant que dans les hébergements touristiques, aucun jour ne ressemble au précédent en termes d'activité et que les prévisions sont aléatoires.

En résumé, je trouve très bien que des Protourisme ne se laissent pas faire (il y en a d'autres), n'acceptent pas qu'on cherche à les museler et que certains osent sortir de ce côté "pas de vagues", de ce politiquement correct imposé, qui nous tuent et qui pèsent sur la crédibilité de notre secteur. Continuons.

15.Posté par Lantier Frédéric le 08/09/2008 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Mon précedent message (N°11) n'avait pas pour objectif de critiquer gratuitement Mr Arino , ni son cabinet Pro Torisme qui ont une bien plus grande expérience de l'économie touristique que moi...
Cependant et comme je l'annonçais précédemment, annocer à la presse nationale des bilans de saison dès la mi août, entraîne de nombreuses confusions au niveau local et de très nombreux appels des médias locaux et des élus locaux qui ne comprennent pas pourquoi ils n'ont pas de chiffres à l'échelle de notre département ou région ! Chaque année, nous n'y échapppons pas et ça devient un peu lassant.
Dans notre cas, nous préférons intérroger un panels de professionnels 3 fois dans l'été (juillet, août et septembre) pour leur demander leur avis, leur sentiment sur la haute saison estival. Cette méthode nous semble plus prudente puisque les chiffres de l'Insee ne sont validés que 4 mois plus tard.

Cordialement.




e souhaitent avoir des chiffres pour leurs territoires. Ils ne comprennent pas pourquoi que Pro Tourisme sur bilans de saisons publiés dans les médias avanbt même que la sasion ne soit terminée arrivent

16.Posté par thierry Beguet le 10/09/2008 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nostradamus aurait il des héritiers? car comment peut on donner des chiffres ou prevoir une saison quand celle ci n'est pas terminée ? les touristes rentrant sans doute tous chez eux des le 10 août , heureusement que non car plus d'un hotelier, d'un restaurateur, mettrait la clé sous la porte. Un peu d'humilité, un peu de rigueur et ce genre d'annonces aux médias qui annoncent tout et n'importe quoi auraient sans doute un impact différent. Ce Monsieur Arino est sans doute aller sur le terrain pour etre aussi peu avisé....un e des tendances fortes avec les 35h, l'arrivée des papy boomers sur le marché des loisirs font que justement les ailes de saisons (septembre) progressent alors comment faire un bilan alors que l'eté se termine le 20 septembre et JE NE SUIS PAS NOSTRADAMUS

17.Posté par thierry Beguet le 10/09/2008 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Après conversation avec l'interessé il est clair que M Arino n'est pas devin mais un homme qui sait argumenter , détailler et affimer des faits qui sont justes, donc interessants.
à chacun de pouvoir en discuter pour ne pas "s'emballer trop vite"...

18.Posté par bernard fecle le 28/09/2008 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Commentaires de commentaires .....
La production de statistiques est une science complexe, fastidieuse engageant de lourds moyens ....donc il serait plus sain de travailler en commun et éventuellement de mutualiser des moyens plutôt que de parler en l'air ou de crier au loup "gratuitement" !
Il est évident que Protourisme a trouvé un moyen de faire sa pub mais est dans le ridicule (et c'est dommage!) car ce n'est pas avec une moyenne de 2 à 3 consultants par société indépendante qui composent le réseau (voir sur le site le nombre de consultants pour les 5 structures de région) qui doivent de plus produire pour vivre ...
que l'on peut faire des stats sérieuses sur le plan national confirmé en cela par la non présentation de la méthode utilisée (et pour cause !)
Donc à chacun son métier !
les dizaines de fonctionnaires par observatoire et services publics ne sont pas des incapables ni vendus à leur ministre !
les résultats qu'ils publient et largement repris par de nombreux opérateurs et consultants plaident suffisamment pour leur qualité.
Donc soit Protourisme dispose de stats sérieuses, qu'ils les publient avec le minimum requis de note méthodologique et les comparaisons peuvent s'engager ...
soit il bidouille (avec bonne conscience) et qu'il reste dans sa posture d'agitateur
confortable ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com