TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Réceptif : la nature a horreur du vide ? Les professionnels aussi !

interview de Stéphane Tarrazzi, PDG De Luxe Vacations (*)


Rédigé par Propos recueillis par Jean da Luz - redaction@tourmag.com le Mercredi 8 Février 2006

Pas moins de 2 ateliers ont été consacrés à Biarritz à la question de la destination France et aux rapports Professionnels/Institutionnels. Des avancées concrètes telles une Cellule de veille et une Commission de règlement des litiges, ont été enregistrées. Un travail de longue haleine mais qu’il urge d’accomplir compte tenu du contexte, rappelle Stéphane Tarrazzi, président de la Commission réceptif au Snav Provence.



Réceptif : la nature a horreur du vide ? Les professionnels aussi !
TourMaG.com - Pourquoi une telle inflation d'organismes publics et institutionnels de plus en plus impliqués dans une logique marchande du tourisme ?

Stéphane Tarrazzi : « Je pense qu'il y a trois raisons principales à cette inflation : La première est une conséquence de la nouvelle loi de Finances qui transfère des charges importantes (entretien des routes, versement du RMI etc...) de l'Etat aux collectivités locales, qui du coup, cherchent à monter des structures commerciales afin de financer une partie de leurs services liés au tourisme.

La tendance est de créer de véritables agences réceptives, en plus d'assurer leur mission historique : la promotion.
La deuxième est l'absence de réaction, dans certains cas, des agences réceptives locales qui par manque d'information, de temps ou d'énergie ne mènent pas les négociations nécessaires à une collaboration intelligente entre le public et le privé.

La troisième est un phénomène de duplication par les organismes publics, qui voyant que leur voisin à l'air de réussir dans le domaine du réceptif, reproduisent le schéma chez eux.

Il est toutefois important de constater que selon les régions, les expériences sont différentes : certains CRT, CDT et Offices du Tourisme jouent le jeu du dialogue et de la collaboration avec les agences, d'autres montent sans aucune concertation de véritables structures commerciales avec production de brochures, budgets et plan marketing. Une cellule de veille va être crée par les chambres syndicales du SNAV pour pousser les mauvais dans le camp des bons. »

T.M.com - Avez-vous une idée du budget que cela représente chaque année ?

S.T. : « Il est difficile de donner un chiffre précis, mais on peut certainement parler de plusieurs millions d'euros sur l'ensemble du territoire.

Le message que nous essayons de communiquer est qu'il est préférable de faire réaliser l'offre réceptive par des entreprises qui payent leurs impôts, plutôt que par des structures financées par l'argent public. »

T.M.com - Pourquoi les agences laissent-elles la main à ces organismes ?

S.T. :« Dans les villes moyennes, la carence est souvent invoquée, et il est vrai que le réceptif n'est pas toujours très présent.

Au delà du manque de réaction des agences évoqué plus haut et de la carence, on peut observer que les administrations qui préparent une 'cellule réceptif », ne communiquent pas toujours avant et pendant sa réalisation.

Elles informent souvent la profession une fois que la structure est terminée. D'où un découragement des agences locales, qui pressées par leur activité quotidienne, ne sont pas forcément motivées pour attaquer un organisme nouvellement créé.

Nous avons demandé avec Marie Christine Dubosq, lors de la convention de Biarritz, de systématiser les appels d'offres, afin d'éviter la création de « réceptifs publics », sans état des lieux local. »

T.M.com - Que peut-on faire pour inverser la tendance ?

S.T. :« D'abord dialoguer, rencontrer les responsables des OT, CDT et CRT pour trouver des pistes de collaboration.

Ensuite, je pense que comme on annonce dans un futur proche, un « empilement » des métiers pour les salariés, il n'est pas impossible que les Agences de Voyages, surtout dans des villes moyennes, aient recours un jour à un « empilement » des compétences, dont le réceptif, afin d'apporter la fameuse valeur ajoutée tant annoncée à ses clients.

Mais il faut agir vite, des structures se montent quand il y a carence, il y a souvent carence et beaucoup de villes pensent au réceptif. Heureusement, beaucoup de nouvelles licences concernent le réceptif et le SNAV se penche sérieusement sur le sujet.

Preuve en est lors de la convention de Biarritz, 2 ateliers consacrés à la France et un accord de collaboration signé entre Georges Colson , Raymond Massip président de la FNLAF et Jean Pierre Serra président de la FNCDT. »

Contact : info@deluxevacations.fr

Lu 2467 fois
Notez


1.Posté par GILBERT PERRIER Protour Valadou Voyages 73 la Canebière 1300 le 09/02/2006 11:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
UN REGRET pour la profession

Pour les Offices de Tourisme ne respectant pas la bonne règle ?

Il est dommage que l'accord de bonne collaboration signé par :
le SNAV, la FNLAF et la FNCDT
ne soit pas ratifié par la FNOTSI,

car de nombreux Offices de Tourisme
concurrencent avec l'argent public les entreprises privées,
en pratiquant sans gêne la paracommercialisation.

Protour Valadou Voyages 73 la Canebiére 13001 Marseille

2.Posté par Nicole Mazeron le 09/02/2006 11:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effet, la carence est quasi systematiquement invoquée par les institutionnels pour créer une \"commission réceptif\" qui se transforme très vite en pseudo agence agissant sur le plan commercial.
Pour autant peut-on réellement parler de \"carence\" parcequ\'il n\'y a pas au moins une agence réceptive par ville de plus de 10.000 ha ?; par \"sivom\" de plus de 10 communes rurales ? par département de France métropolitaine ?
Les professionnels du réceptifs savent parfaitement qu\'ils ne peuvent faire vivre profitablement leur entreprise que sur un territoire au moins égal à une région administrative française, et encore, à condition que cette région fasse partie du \"top 5\" des régions touristiques métropolitaines.
Invoquer la carence est donc un arguement commode pour demander -et obtenir- une habilitation pour le nouvel organisme paracommercial que telle ou telle collecrtivité territoriale trouvera bon de mettre en place.

Quand à faire de cet organisme un pourvoyeur de fond pour abonder au budget du RMI ou de l\'équipement, encore faudrait-il que ses opérations soient rentables. Mais comment fait-on pour être rentable en vendant des programmes en dessous de leur prix de revient*; et de préférence à des TO étrangers qui ne reversent aucune TVA au Trésor Public ?
*L\'équilibre financier de la structure ne pouvant pas se passer de la subvention de la collectivité qui l\'a initiée.

3.Posté par Patrick Gaudin | Voyages Provence le 10/02/2006 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous sommes d'accord avec Stéphane sur tous les points; à ce propos, nous recherchons un investisseur (major internet, to, agv outgoing, hôtelier à venir sur Marseille...) pour poursuivre et accélérer notre dynamique DMC avec un parterre de partenaires sélectionnés en Paca.
A votre bon coeur ;-)
Chiffres / stratégies de devlpt / actions / investissements...sur demande en rdv.
Patrick Gaudin.


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com