TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Risque terroriste : qui va payer les dépenses de sûreté dans les aéroports ?

Un budget de 766 millions d'euros en 2016


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Vendredi 14 Octobre 2016

Face au risque terroriste, les dépenses de sûreté dans les aéroports vont exploser dans les prochaines années. Reste à savoir qui paiera la facture.



Afin de mieux coordonner l'action de l'Etat et de l'ensemble des intervenants, le sénateur Vincent Capo-Canellas propose la création d'une agence de sûreté du transport aérien - DR : Air France, Virginie Valdois
Afin de mieux coordonner l'action de l'Etat et de l'ensemble des intervenants, le sénateur Vincent Capo-Canellas propose la création d'une agence de sûreté du transport aérien - DR : Air France, Virginie Valdois
Les dépenses de sûreté dans les aéroports coûtent cher : 766 millions d'euros en 2016, soit environ 11,20 euros par passager.

Un budget en hausse de +5,8% par rapport à 2012 et qui devrait encore augmenter dans les prochaines années.

Les aéroports sont en effet devenus des cibles pour les groupes terroristes et doivent se protéger contre d'éventuelles attaques.

Pour s'y préparer, le sénateur Vincent Capo-Canellas, également maire du Bourget, a présenté, jeudi 13 octobre 2016, une série de 16 recommandations afin de rationaliser et d’améliorer l'efficacité de la sûreté.

Car il faut avant tout éviter de pénaliser encore plus les aéroports français, déjà en moyenne 35% plus chers que leurs homologues européens.

Afin de mieux coordonner l'action de l'Etat et de l'ensemble des intervenants, le sénateur propose la création d'une agence de sûreté du transport aérien.

Il plaide aussi pour un plus grand dialogue entre les acteurs privés, qui opèrent sur la plateforme, et les services de l’administration.

Expérimenter le contrôle différencié des passagers

Pour améliorer la sûreté sans alourdir les contrôles passagers, Vincent Capo-Canellas voudrait systématiser l'analyse comportementale afin de détecter les personnes animées d'intentions malveillantes, mais aussi expérimenter le contrôle différencié des passagers pour concentrer les moyens sur les personnes qui présentent le plus de risques.

Il voudrait également mettre plus d'effectifs à la police aux frontières (PAF).

D'ici 2020, les bagages en soute devront passer par un contrôle de "standard trois" avec des appareils de détection d'explosifs.

Mais les aéroports n'ont pas encore commencé à s’équiper, faute de budget.

La mise en place de ces machines coûterait 600 millions d'euros rien que pour les plates-formes de Paris Aéroport.

Le standard trois a pourtant été décidé depuis 2008. "L'Etat regarde cette affaire comme une poule regarde un couteau", remarque Vincent Capo-Canellas.

Élargir l'assiette de la taxe de sûreté aux magasins des aéroports

La question du financement reste en effet cruciale. Vincent Capo-Canellas est réaliste et sait très bien que cela ne pourra pas peser seulement sur les compagnies aériennes.

"Elles subissent déjà des prélèvements fiscaux qui atteignent un tel degré de maturité qu'il sera difficile de l'accroître".

Il propose d'élargir l'assiette de la taxe de sûreté aux magasins de l'aéroport.

L’Etat devrait aussi mettre la main au portefeuille, tandis que les salariés devraient encore améliorer leur productivité : 70% des postes de dépenses de sûreté concernent les coûts de personnels.

"Il va falloir mieux répartir l'effort entre les différents acteurs", analyse Vincent Capo-Canellas.

Il souhaite aussi examiner de plus près la facture des dépenses de sûreté. "Le système est aujourd'hui déresponsabilisant. Il faudrait vérifier l'efficience des dépenses et pas seulement leur éligibilité à un remboursement".

Lu 1350 fois

Notez


1.Posté par David Sprecher Avocat le 14/10/2016 08:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bel article mais le problème est mal traité àmon humble avis en France; En Israël où j'exerce aussi, la sûreté aéroportuaire est de la responsabilité conjointe des Premier Ministre et Ministère de la Défense, sans aucune "agence de la sûreté". La multiplication des intervenants étant in fine très nuisible. Israël a un très haut niveau de sûreté et ses équipements high tech permettent d'ailleurs l'emport de liquides à bord ! Il est très dommage que la France ne s'en inspire pas. A l'inverse, Brussels Airport a instauré une grande coopération avec Israël et on voit d'ailleurs divers éléments dans l'aérogare, comme j'ai pu le constater vendredi dernier.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com