Loading


''T’es gentil Christian, mais on a d’autres soucis que le tourisme responsable...''

La chronique de Christian Orofino


Le tourisme de demain sera responsable et durable ou ne sera pas. Comme chaque mois, Christian Orofino, président de la commission technique du Tourisme Responsable au SNAV, partage ses convictions dans une chronique consacrée au tourisme durable et responsable et à ses problématiques.



L’engagement pour un tourisme responsable c’est au contraire un engagement intéressé pour le développement d’une profession afin qu’elle retrouve ses valeurs industrielles qui passent aussi par une éthique indissociable du tourisme / Photo Fotolia
L’engagement pour un tourisme responsable c’est au contraire un engagement intéressé pour le développement d’une profession afin qu’elle retrouve ses valeurs industrielles qui passent aussi par une éthique indissociable du tourisme / Photo Fotolia
Malgré mon retrait des affaires depuis trois ans, je suis toujours surpris et fier que l’on puisse me reconnaître et même me parler mais je m’aperçois que ce regain inespéré de notoriété est dû à mon engagement pour un tourisme responsable.

En effet car tout de suite après les formules de politesse habituelles suit inexorablement la même phrase « Tu sais, on t’aime bien, Christian , t’es gentil, mais on a d’autres soucis que de penser à ton tourisme responsable… »

C’est vrai qu’il est plus facile de disserter sur le sexe des anges quand on a moins de responsabilités comme moi, mais en même temps le fait que j’en ai eues me donne le droit d’en parler un peu.

Et le fait aussi de n’être plus complètement « le nez dans le guidon » permet de voir les choses avec un peu plus de recul.

L’engagement pour un tourisme responsable n’est pas « gentil » et n’est pas de la même nature que celui que l’on peut avoir dans une ONG ou dans une association caritative : il n’est pas question d’aller soutenir des pays en difficulté ou d’apporter des soutiens de toutes sortes à des populations déshéritées.

Bien que ces actions soient admirables, elles procèdent d’une démarche individuelle et désintéressée.

Un engagement intéressé pour le développement d’une profession

L’engagement pour un tourisme responsable c’est au contraire un engagement intéressé pour le développement d’une profession afin qu’elle retrouve ses valeurs industrielles qui passent aussi par une éthique indissociable du tourisme.

La raison d’être d’un commerçant, d’un artisan, d’un industriel, c’est le produit ou le service qu’il offre et que ne peut pas fabriquer le client tout seul.

La raison d’être d’un constructeur automobile c’est son savoir faire en matière d’assemblage de pièces différentes afin de réaliser un véhicule qu’un individu tout seul ne pourrait fabriquer directement.

« L’incontournabilité » d’un voyagiste réside dans une offre qu’un client seul ne pourrait pas construire. Pour cela il faut que cette offre soit un tant soit peu complexe et sans cesse renouvelée sinon le client, et on le voit depuis quelques années, se « débrouille » tout seul.

Il existe plusieurs situations qui rendent un TO incontournable : sa maîtrise de l’hébergement, un plan de vol multirégional, des prestations exclusives etc….

Mais une position qui le rendra dominant définitivement par rapport à une clientèle directe, c’est son expertise en matière d’environnement et de culture.

En effet, les institutions européennes et mondiales « planchent » actuellement sur des réglementations diverses telles que les ressources, les processus de fabrication, les organisations sociales et tout autre domaine permettant de réguler et mieux maitriser les développements à travers le monde.

A titre d’exemple le parlement européen prépare une loi sur la transparence des sommes versées aux gouvernements, notamment africains, par les compagnies pétrolières européennes pour exploiter leurs ressources pétrolières.

Cette nouvelle loi européenne permettrait de tracer l’utilisation de ces sommes afin qu’elles reviennent dans les budgets publics de ces pays au lieu de nourrir des profits individuels.

Toutes les activités économiques devront à terme se soumettre à ces différentes réglementations internationales.

Car les états ne seront plus souverains en la matière.

Le tourisme sera en première ligne puisqu’ il exploite un patrimoine mondial constitué des richesses humaines, naturelles et culturelles des pays qu’il propose aux voyageurs.

Il sera à terme inévitablement soumis à des obligations internationales visant à les préserver.

En anticipant ces obligations futures, le tourisme français se mettrait en position d’expertise industrielle et redeviendrait incontournable car sa production se serait mise en conformité avant l’heure avec ce qui sera inexorablement devenu obligatoire.

De plus, pour une fois notre profession prendrait la main et ne subirait pas les différentes contraintes législatives comme cela s’est passé pour la loi de 1992 sur la responsabilité ou l’écotaxe sur les brochures.

Ce serait cette fois-ci le législateur qui prendrait nos pratiques exemplaires comme modèle pour rédiger sa loi.

Alors peut être pourrait-on entendre dans les allées des futurs Top Résa : « Christian il était gentil mais peut-être avait il aussi un peu raison… »

Christian OROFINO
Président de TOURCONSEIL
Ex PDG et DG du TO VISIT FRANCE
Président de la commission Tourisme responsable du SNAV

Rédigé par Christian Orofino le Lundi 24 Septembre 2012
Lu 3361 fois
Notez



1.Posté par Guillaume le 25/09/2012 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui Christian!

Je suis assez d'accord avec toi mais ce n'est pas en parlant des contraintes législatives futures que l'on intéressera les professionnels qui ont, justement, la tête dans le guidon et dans la crise actuellement.

Le tourisme responsable pour un professionnel, ce n'est pas qu'une question de produits et c'est bien ça l'essentiel. Le tourisme responsable, c'est le fait de repenser le tourisme, le fait de repenser les politiques, le fait de repenser l'économie touristique, le fait de repenser le management des entreprises touristiques!

S'engager dans une démarche de tourisme responsable, c'est s'adapter aux nouvelles tendances, c'est s'adapter aux attentes des clients, c'est s'adapter aux externalités!

S'engager dans une démarche de tourisme responsable, c'est donc gagner en qualité, c'est gagner en satisfaction des clients et des salariés et c'est bien entendu gagner en compétitivité!

Au plaisir d'échanger avec tous les pros du secteur.

Guillaume CROMER, directeur du cabinet ID-Tourism

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium










eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.