TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





TGV AIR : la concurrence n'exclut pas les partenariats gagnants entre rail et air

320 000 personnes ont utilisé ce service en 2013


le Lundi 8 Décembre 2014

Le service TGVAir séduit chaque année de nouvelles compagnies aériennes qui veulent s'implanter en province. Un partenariat également rentable pour la SNCF, grâce au panier moyen plus élevé que dans un TGV classique. Le transporteur espère ainsi attirer de nouveaux partenaires en 2015.



Christophe Pouille, le nouveau responsable adjoint de TGV AIR - DR : LAC
Christophe Pouille, le nouveau responsable adjoint de TGV AIR - DR : LAC
Le service TGV AIR a vingt ans.

Lancé en 1994, lors de l'inauguration de la gare de Lille Europe, en partenariat avec Air France, ce service connaît un engouement croissant.

En 2013, 320 000 passagers ont voyagé avec ces trains, soit une hausse de 20%.

Cette année, Malaysia Airlines et Srilankan Airlines ont rejoint le club des 12 compagnies partenaires.

Air France reste le leader (1/3 des passagers), suivie par Corsair, Air Austral et Air Caraïbes.

"C'est un partenariat gagnant-gagnant, qui permet à la fois de remplir nos trains et aux compagnies de séduire des passagers au départ de province et d’offrir un réseau plus large à l’international", explique Christophe Pouille, nouveau responsable adjoint de TGV AIR.

TGV AIR est en effet présent dans 19 villes de France.

Un nouveau relais de croissance pour les compagnies

La carte des villes desservies par le TGV AIR - DR : SNCF
La carte des villes desservies par le TGV AIR - DR : SNCF
Mais certaines destinations ne sont pas desservies, comme Toulouse, beaucoup trop loin pour être compétitive face à l'avion.

De même qu'il n'est pas prévu de lancer le service à Genève, qui sera pourtant reliée à Lille en décembre via CDG.

Cependant, le maillage semble aujourd'hui suffisant pour séduire les compagnies, notamment celles qui doivent stopper leur desserte de province.

Ainsi, Air Austral s'est empressée d'intégrer le service en 2012, lorsqu'elle s'est retirée de Lyon, Nantes, Toulouse et Marseille.

Cette solution s'avère donc très pratique pour celles qui veulent trouver de nouveaux relais de croissance et attirer une clientèle parfois réticente à transiter en avion par le hub de Charles de Gaulle.

D'autant qu'il n'y pas de ticket d'entrée pour intégrer le système.

TGV AIR vérifie simplement si la compagnie possède les droits de trafic nécessaires, avant de procéder à l'intégration technique via SITA. Un processus qui peut prendre six mois à un an.

Une fois validé, la compagnie peut vendre un billet unique sur l'ensemble du trajet. Chaque gare possédant un code iata, les passagers s'enregistrent dès le départ de leur train.

Un panier moyen plus élevé qu'un TGV classique

"Nous assurons ainsi les correspondances avec une reprotection gratuite sur le vol suivant en cas de retard du train.

A l'inverse, les clients peuvent prendre un train plus tard en cas de retard d'avion",
poursuit Christophe Pouille.

Quant au prix, impossible de le connaître précisément, il est inclus dans celui du billet d'avion.

Toutefois, la grille tarifaire du TGV AIR est beaucoup plus simple que celle des trains classiques.

Un tarif unique est fixé en début d'année en fonction de chaque gare. Libre ensuite à la compagnie de facturer le montant qu'elle juge adéquat à son client.

Pour la SNCF, c'est une bonne affaire, car le panier moyen est plus élevé que celui d'un TGV traditionnel, car il n'y a pas de réduction tarifaire.

Dans un entretien accordé en 2011, l'ancienne responsable du service TGV AIR dévoilait que 24% des ventes étaient réalisées dans les agences de voyages et 13% dans les agences en ligne.

Le reste se répartissait entre le site web de la compagnie (43%) et dans les agences de la compagnie (20%).

Ces chiffres ont certainement évolué, mais le nouveau responsable refuse de nous les communiquer.

Néanmoins, ce service est indéniablement un atout pour les agences de voyages de province, qui peuvent ainsi proposer à leurs clients de nouvelles compagnies qui ne viendront pas se poser dans l'aéroport de leur région.

D'autant que de nouveaux opérateurs devraient certainement rejoindre ce partenariat entre le rail et l'air.

HOT LINE by TourMaG.com

Une question technique ? Un avis ou des tuyaux ?
Venez en parler ou posez directement vos questions dans l
a HOT LINE by TourMaG.com.
(strictement réservé aux professionnels)

Lu 2335 fois

Notez


1.Posté par Gilles06 le 11/12/2014 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Le système TGV AIR a pour objectif principal d’acheminer le maximum possible de passagers venus de l’ensemble de la France vers la plateforme aéroportuaire parisienne. Celui-ci fut lancé il y a près de 20 ans au même moment où Air France a tout concentré l’activité aérienne intercontinentale sur Paris et que certains opérateurs intercontinentaux ont progressivement déserté les autres aéroports français soit disant pour une affaire de lignes « pas rentable » ou « déficitaire », mais est-ce la vraie raison ? Depuis 20 ans, de très nombreuses compagnies aériennes n’ont pas réussi à ouvrir de nouvelles liaisons ailleurs en France qu’à Paris faute de droits de trafics draconiens et surtout celles qui ont des accords TGV AIR.

Il est d’ailleurs faux d’affirmer que toutes les villes qui ont vu leurs lignes aériennes intercontinentales fermées ont été compensées par des TGV AIR, c’est une supercherie de taille. Or on a vu que Nice ce n’est pas le cas quand Qatar Airways, signataire des TGV AIR, a fermé sa liaison le 31 Mai 2013 et à ce que je sache Nice ne figure pas parmi les villes desservies par les TGV AIR.

On peut même se poser la question si par hasard les opérateurs intercontinentaux dont une bonne partie sont des concurrents d’Air France et qui signent les accords TGV AIR ne sont pas contraint à renoncer définitivement à toutes velléités d’ouvrir des lignes en France en dehors de Paris. On est aussi en droit de se poser la question pourquoi on n’a pas étendu ces prestations TGV AIR à l’Aéroport de Lyon, bénéficiant pourtant d’une gare TGV. Cette question se pose davantage quand on connaît l’objectif d’ADP de faire de CDG la principale plateforme de correspondance en Europe, mais à quel prix ? Or ces dernières années avec le renforcement d’Emirates à Nice et à Lyon et le succès rencontré par ces lignes, les correspondances via CDG pour se rendre en Asie à partir de ces deux villes, en particulier Nice, se sont érodées. En plus l’opérateur de Dubai n’a plus d’accord TGV AIR depuis 2004 ou 2005, cela lui donne plus de marge pour parvenir à ses fins en ayant les mains libres de toutes influences. D’autres opérateurs intercontinentaux voudraient s’inspirer de leur homologue de Dubai, et cela pourrait amplifier le processus d’érosion concernant les correspondances via CDG depuis les autres villes françaises, pas bonne nouvelle pour les TGV AIR, ni pour ADP. On sait que 20% du nombre de voyageurs transitant à CDG sont en correspondance et qu’ADP mise sur ceux-ci car cela représente une véritable manne financière pour la plateforme surtout en Duty Free. Or l’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne intercontinentale, c’est beaucoup de retombées financières pour la plateforme aéroportuaire qui en bénéficie directement. On est en droit de se poser la question que si les opérateurs intercontinentaux bénéficiaient des droits de trafic supplémentaires pour se renforcer sur des aéroports comme Nice, Lyon, Toulouse ou Marseille, ce serait probablement moins de correspondances pour CDG, peut-être est-ce la raison pour laquelle il est si difficile pour ceux-ci d’obtenir gain de cause ?

Derrière la façade « durable » de ce concept, les TGV AIR sont l’un moyens de défendre un véritable conflit d’intérêt qui se fait au détriment des voyageurs et des citoyens. De telles pratiques opaques deviennent un véritable frein pour le développement des autres régions en France dont la plateforme parisienne se sert pour faire de la concurrence déloyale vis-à-vis des autres aéroports français. Ce genre de procédés affaiblit grandement notre démocratie et profite aux partis extrémistes, attention danger !

Pour ceux qui ne veulent plus qu’on leur impose des correspondances inutiles à Paris juste pour des affaires de conflits d’intérêts, quand des opérateurs intercontinentaux voudraient se développer ailleurs en France, voilà ou signer pour ceux que ça pourrait intéresser

http://www.cote-azur.cci.fr/form/Pour-une-meilleure-desserte-aerienne-de-la-Cote-d-azur-je-signe-direct

Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 16:00 Air Caraïbes fait l'acquisition d'un ATR 72-600

Mardi 12 Décembre 2017 - 15:10 Luxair : modification des horaires pour Noël


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com