TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tour de France - Neuchâtel, mille ans d’histoire en héritage

TourMaG.com fait son tour de France


Rédigé par Jean-François RUST le Lundi 18 Juillet 2016

A l'occasion du Tour de France 2016, TourMaG.com a choisi ses propres étapes - qui suivent plus ou moins le tracé officiel - à la découverte des régions de France. Aujourd'hui, alors que les coureurs vont passer la frontière suisse, partant de Moirans-en-Montagne vers Berne, nous nous arrêtons à Neuchâtel, cité lacustre millénaire, aux façades anciennes léchées et au chic discret. Quoi qu’on pense du protectionnisme helvétique, on est séduit par l’atmosphère aisée et les couleurs pastel des demeures respectables. Au-delà du lac, Jungfraü et Mont Blanc semblent d’accord : la ville n’en a pas fini avec cet air de prospérité tranquille.



Neuchâtel offre un tissu urbain à double facette : d’un côté, un noyau médiéval et Renaissance avec rues étroites et façades ocres ; de l’autre, une ville aérée plus moderne, tournée vers le lac et jalonnée de demeures qui soulignent la prospérité de cet ancien foyer mondain - DR : Neuchatel Tourisme.ch
Neuchâtel offre un tissu urbain à double facette : d’un côté, un noyau médiéval et Renaissance avec rues étroites et façades ocres ; de l’autre, une ville aérée plus moderne, tournée vers le lac et jalonnée de demeures qui soulignent la prospérité de cet ancien foyer mondain - DR : Neuchatel Tourisme.ch
Un vrai coup de chance. Ce jour ensoleillé, il y a foule à Neuchâtel et les hôtels de gamme moyenne affichent complet.

Complet sauf un, l’Auberg’inn et son immense chambre au plafond de bois peint, aménagée au premier étage d’une vénérable maison Renaissance.

Et de se retrouver ainsi, pile au cœur de ville, au-dessus de la fontaine du Banneret, épicentre glougloutant de la vieille cité suisse.

1 000 ans d’histoire à nos pieds ! On ne pouvait rêver meilleure entrée en matière.

Voici que s’offre un tissu urbain à double facette : d’un côté, un noyau médiéval et Renaissance avec rues étroites et façades ocres, dominé par la masse du château et de la collégiale ; de l’autre, une ville aérée plus moderne, tournée vers le lac et jalonnée de demeures qui soulignent la prospérité de cet ancien foyer mondain.

Tour des Prisons, panorama sur la ville

Au cœur de Neuchâtel, le château rappelle à propos l’anniversaire de la ville.

En 1011 exactement, il est fait mention d’un fort, pour la première fois. La ville est alors aux mains des Bourguignons.

Reconstruit au 15-16ème s., restauré, sa façade blanche aux tours carrées abrite aujourd’hui le siège du gouvernement cantonal (Neuchâtel est suisse depuis 1815).

A côté, la collégiale et ses tuiles vernissées dresse ses flèches et son architecture mi-romane, mi-gothique, au-dessus des toits.

De cette éminence dévale un florilège de ruelles qu’en amateur d’urbanisme pittoresque, on arpente avec plaisir.

Rue du Château se dresse la tour des Prisons, dont la plateforme livre un splendide panorama sur les toits et le lac ; rue du Château encore, veille la fontaine du Griffon, où l’on dit qu’en 1668 Henri II d’Orléans fit couler du vin ; rue du Château toujours, est érigée la tour de Diesse (13ème s.) et son immense et remarquable horloge à fond rouge, rappel du savoir-faire mécanique local.

Rue du Pommier enfin, s’ordonne le bel alignement de maisons classiques et mitoyennes du 18ème s.

L’éclat de la Maison des Halles

La partie basse reste « historique » mais est plus commerçante.

Sur fond de charmantes placettes et de maisons Renaissance, il règne une ambiance feutrée, à peine troublée le soir par une ou deux animations de bar.

Dès que le soleil perce, la place des Halles est la proie d’une saine animation : les terrasses de cafés envahissent le pavé et rehaussent l’éclat de la Maison des Halles (16ème s), une ancienne halle aux grains et aux textiles devenue aujourd’hui restaurant.

C’est sur cette place que trois fois par semaine (mardi, jeudi et samedi), se tient le marché, incontournable rendez-vous des produits locaux de terroir.

Une façon de découvrir que Neuchâtel est une place forte du vin, grâce à des vignobles de renommée presque aussi grande que ceux du Léman.

Sinon ? Et bien sinon, rue du Coq d’Inde, des Chaudronniers, du Trésor, du Seyon, des Moulins, du Temple Neuf, de l’Hôpital, Grand Rue…, il suffit de lever la tête pour apercevoir, au-dessus d’un café ou d’un magasin, une belle façade aux fenêtres ouvragées, immanquablement restaurée et colorée.

L’argent de la rénovation, en Suisse, ne fait pas encore défaut…

Du Peyrou, ami de Rousseau

Il ne manque pas non plus dans la partie « moderne » de la ville.

Le pas s’allonge forcément dans ces longues rues presque parallèles (faubourg de l’Hôpital, du Lac, avenue du 1er mars, des Beaux-Arts, quai Léopold-Robert) qui reçoivent, de petites voies transversales, d’agréables bouffées d’air frais venu du lac.

On tombe ainsi face à un hôtel particulier à l’ordonnancement impeccable. C’est l’hôtel Du Peyrou, de symétrie « Louis XVI », avec son jardin à la française entretenu à la brindille près, comme seuls les Suisses savent le faire.

Pour la petite histoire, il fut construit au 18ème s. pour le sieur Du Peyrou. Financier ami de Rousseau, qu’il publia, il prit aussi malin plaisir à embellir sa ville… sans s’oublier au passage. La bâtisse abrite aujourd’hui un restaurant gastronomique.

D’autres édifices à renom sont à découvrir dans cette partie de ville. Ils témoignent de l’influence intellectuelle et artistique de Neuchâtel à partir du 18ème s, carrefour d’idées et d’activités commerciales.

Ainsi, juste à côté du « château » Du Peyrou, l’hôtel particulier « de Pourtalès », écuyer de l’Impératrice Joséphine, abrite la très discrète banque d’affaires Valiant.

Rue des Beaux-Arts, le musée d’Art et d’Histoire se donne des airs de Grand Palais. L’Hôtel de Ville, lui, en impose avec sa façade classique 18ème s à fronton.

Et, quai Léopold-Robert, les vénérables immeubles sur lac ont le chic des résidences cossues du 16ème arrondissement parisien.

Œuvres « outdoor » de Vasarely et Hans Arp

Reste à arpenter les quais, ces esplanades qui font hésiter au crépuscule le promeneur entre détachement et poésie.

Pas de doute, en dépit - ou grâce - à son passé, Neuchâtel reste une ville opulente.

Voyez la façade resplendissante, soleil couchant, de l’hôtel Beau Rivage ; voyez aussi les œuvres « outdoor » de Vasarely et Hans Arp, sur l’esplanade du Mont-Blanc ; et ces immanquables mamies chics et leurs chiens-chiens pomponnés, en balade.

Rappelons que Neuchâtel abrite aujourd’hui le centre mondial de recherche et développement de Philip Morris International, une multinationale que nous ne plaindrons pas.

Au loin, la ligne des Alpes bernoises et du Mont-Blanc contemple par-dessus le lac placide ces 1 000 ans d’histoire.

A Neuchâtel, prudence et opulence sont mères de toutes les tranquillités.

Adresses utiles

Tourisme neuchâtelois
Hôtel des Postes
CH-2001 Neuchâtel
T. +41 (0) 32 889 68 90

www.neuchateltourisme.ch/fr/accueil.html

Retrouvez tous les articles sur notre Tour de France 2016 en cliquant ici.

Lu 1589 fois

Notez

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 10 Août 2017 - 08:00 L’Angleterre, une terre de jardins


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com