TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





TourCom : « Il faut refuser d'ouvrir la vente des voyages à tout le monde ! »

Entretien avec Richard Vainopoulos, Président du réseau TourCom


Rédigé par Propos recueillis par Michèle SANI le Dimanche 31 Août 2008

Pour beaucoup l'été 2008 était celui de tous les dangers. La baisse du pouvoir d'achat au coeur de tous les commentaires noircissait l'horizon. Quant aux hausses en rafales, elles ne faisaient que crisper l'ambiance. Cette année aura son lot d'agences en difficulté. Certaines ont déjà mis la clef sous la porte. Néanmoins, en cet été finissant, la tendance n'est pas aussi catastrophique qu'on pouvait le craindre. Elle est même, pour certains, plutôt « satisfaisante » à l'instar du réseau Tourcom représentatif du marché puisqu'il représente quelque 530 points de ventes à travers la France.



TourCom : « Il faut refuser d'ouvrir la vente des voyages à tout le monde ! »
TourMaG.com - Quel commentaire faites-vous sur la saison été 2008 du réseau Tourcom ?

Richard Vainopoulos :
« Mon commentaire concerne la période janvier – août. Sur les huit premiers mois de l'année nous estimons une augmentation de trafic de + 3 à 4 % en tourisme et + 6 à 7 % en billetterie. Dans notre métier l'été n'est plus la haute saison. Il faudrait que tout le monde le comprenne à commencer par les fournisseurs qui augmentent de façon outrancière leurs prix en été. »

T.M.com - C'est pourtant en été que les producteurs prennent le plus de risques. Ils affrètent, ils prennent des hôtels en gestion...

R.V. «
Cela n'explique pas les augmentations de prix. Les périodes qui correspondent aux vacances scolaires, c'est à dire essentiellement de juin à septembre, sont peu rentables.

Les Français partent en famille, beaucoup partent par eux mêmes ou ne partent pas du tout. Il recherchent des lieux de vacances en France ou dans des destinations de proximité aux meilleurs prix. Ils veulent maîtriser leur budget. Il faut comprendre ce marché qui ne correspond plus à la « haute saison ».


T.M.com - Quelle est la « haute saison » pour vous ?

R.V.
« La période qui va d'octobre à juin donne la part belle aux destinations long-courriers. Ce sont des produits rentables. A l'échelle nationale la part de marché qui revient aux agences de voyages est très réduite mais il s'agit d'une clientèle qui a les moyens de voyager.

Les vacances sont un produit de luxe et non un produit impératif comme le fait de se loger, de se nourrir, de se transporter pour aller travailler. Notre clientèle appartient à une élite qui peut dépenser beaucoup d'argent et partir plusieurs fois réparties sur toute l'année.

Elle veut montrer sa différence avec des produits originaux. A nous de la fidéliser en lui fournissant le service qu'elle attend. Durant ces périodes nous avons moins de clients mais davantage de marge et une meilleure productivité.


T.M.com - Beaucoup s'interrogent sur l'échéance de rentrée du BSP. Ce sera le 17 septembre. Les agences « défaillantes » pourraient être plus nombreuses que l'année dernière...

R.V.
: « Les agences sont de plus en plus confrontées à des problèmes de trésorerie. Dans le passé elles travaillaient sur les mois d'été, encaissaient les acomptes et vivaient dessus. Maintenant les délais sont beaucoup plus courts. Le métier change. Il devient plus industriel et exige une meilleure répartition de trésorerie en se basant sur la marge et non sur les recettes. »

T.M.com - TourMaG.com a, durant l'été, cité deux exemples d'agences de voyages en difficulté qui ont déposé leurs bilans. Elles avaient adhéré à deux réseaux volontaires. Faut-il en conclure qu'un réseau d'agences indépendantes protège mal ses adhérents ?

R.V.
: « Tourcom soutient ses adhérents et les accompagne tout au long de l'année avec une politique préventive. Les agences peuvent bénéficier auprès de TourFinance d'un conseil personnalisé qui les aide à adapter ou optimiser leur gestion.

Notre indicateur de performance est un outil qui permet d'évaluer les bilans. Cette évaluation est communiquée confidentiellement à chaque directeur d'agence. En cas de difficulté, nous apportons des solutions. Certains de nos adhérents ont eu des problèmes financiers. Ils s'en sont sortis. Encore faut-il qu'ils jouent pleinement le jeu du réseau.. »


T.M.com - Les hausses successives de carburant et les taxes diverses ont suscité bien des commentaires. Certains réseaux s'assurent, d'autres comme AFAT trouvent le principe de ce type d'assurance « irréaliste ». Votre point de vue ?

R.V.
: « Il faut avant tout être respectueux du client et ne pas chercher à jouer sur tous les tableaux comme le font certains fournisseurs pour se faire de l'argent. Ce type d'assurances est un service supplémentaire proposé au client.

Au même titre que l'assurance annulation, elle le rassure. Elle rassure aussi l'agent de voyages. Tourcom a été parmi les premiers à s'intéresser à ce type d'assurances à propos des surcharges carburant, du dollar, des taxes, des pré et post acheminements etc. »


T.M.com - Avec un temps d'avance sur vos confrères vous aviez mis en garde sur les dangers de la Directive Bolkestein qui ouvraient le marché français aux concurrences de l'U.E. C'était au printemps 2006. Votre analyse aujourd'hui ?

R.V.]b : « En deux ans le contenu a évolué. La première Directive Bolkestein était catastrophique. La Directive sur les Services est plus précise avec des éléments intéressants comme la double responsabilité, le distributeur étant responsable du service et le producteur, du produit. Je suis pour. Ce serait à la fois un gain de temps et un gain commercial.

Ce qui pose problème ce sont les notions d'installation temporaire ou définitive qui sont différentes d'un État à l'autre. Vers qui se tournera un client français ayant un litige avec un voyagiste étranger qui, installé de façon temporaire en France, sera retourné dans son pays d'origine ?. »


T.M.com - Votre position sur l'abandon de la licence et une formule qui donnerait les mêmes droits et les mêmes devoirs à tous ?

R.V.
: « Elle dévaloriserait la profession et tromperait le consommateur. Je ne crois pas du tout à la formule « les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous ». Les associations bénéficiant de subventions sont un produit bien français qu'on ne trouve pas dans les pays de l'UE.

Dans un souci de protection du consommateur la France doit être un exemple en refusant d'ouvrir la vente des voyages à tout le monde ! »


T.M.com - Continuez-vous à faire campagne pour la création d'une caisse de garantie des compagnies aériennes ?

R.V.
: « Une telle garantie financière est impérative à mes yeux. Les compagnies aériennes doivent prendre leurs responsabilités vis à vis du consommateur. On le voit, le risque de faillite va au-delà des low cost.

Je plaide pour une garantie financière financée par une taxe sur les billets. Je plaide pour des prix TTC incluant cette taxe qui serait de l'ordre de 2 ou 3 euros par billet avec une gestion assurée par IATA. Nous devons aussi combler le vide juridique concernant la vente des vols secs. »


T.M.com - Les relations distributeurs-producteurs sont souvent mises à mal sur la place publique. Quelle relations entretenez-vous avec vos partenaires producteurs ?

R.V.
: « Elle sont excellentes dans la mesure où elle font l'objet d'un vrai partenariat et que les producteurs jouent à fond le rôle de partenaires avec leurs distributeurs. De notre côté nous sommes prêts à aider les TO à vendre et à collaborer en acceptant des commissions réduites sur des produits promotionnels. »
]i
T.M.com - Cependant vous continuez à référencer des réceptifs étrangers afin de pouvoir produire sans intermédiaire...

R.V.
: « Nous avons référencé 55 voyagistes réceptifs étrangers. Tous bénéficient d'une garantie financière. Nous sommes les seuls à proposer ce service. Cela nous permet de répondre aux ventes de dernière minute, un service que peu de tour-opérateurs peuvent assurer. »

Lu 3540 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:43 Selectour : retrouvez l'album photos du Congrès...


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com