TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Tourisme tunisien : le Gouvernement et les Partis doivent prendre leurs responsabilités

il faut lever les ambiguïtés qui freinent le redémarrage


Rédigé par Jean da LUZ le Jeudi 7 Février 2013

Les pouvoirs publics tunisiens doivent en finir une fois pour toutes avec leurs contradictions et lever les réserves apparues ici et là depuis deux ans pour réaffirmer la priorité du tourisme dans le développement d’une Tunisie moderne et démocratique. Sans cela, il y a fort à parier que des centaines de milliers de Tunisiens, travailleurs du tourisme, en pâtiront. Mais les Français aussi...



Les évènements en cours, le refus d’Ennhada de la dissolution du gouvernement voulue par le Premier ministre Hamadi Jebali, la grève générale prévue ce vendredi et la menace des débordements à l’occasion des manifestations, ne sont pas de nature à attirer les visiteurs, loin s’en faut.../photo JDL
Les évènements en cours, le refus d’Ennhada de la dissolution du gouvernement voulue par le Premier ministre Hamadi Jebali, la grève générale prévue ce vendredi et la menace des débordements à l’occasion des manifestations, ne sont pas de nature à attirer les visiteurs, loin s’en faut.../photo JDL
Ce n’est pas un scoop : le tourisme est un secteur clé pour la Tunisie.

Des centaines de milliers d’emplois en dépendent et des pans entiers de l’économie pourraient s'effondrer sans l’apport des devises étrangères.

L'assassinat de l’avocat Chokri Belaid, l'un des symboles de la Gauche et opposant emblématique au parti islamiste Ennahda, a mis le feu aux poudres.

Ce crime abject crystallise les positions et les contradictions d’un parti islamiste qui se veut modéré mais demeure incapable de contenir les débordements de son courant extrémiste.

Les groupuscules salafistes ont démontré de manière spectaculaire au cours des deux dernières années qu’ils étaient capables de frapper vite et fort.

L’enquête révélera (ou pas) qui sont les auteurs de ce meurtre qui, politiquement, ne rend pas vraiment service au parti en place.

Provocation, volonté de voir la fragile démocratie basculer dans le chaos ? Nous laissons les analystes tirer leurs conclusions.

L'un des premiers postes du PIB tunisien en grave danger

En revanche, les retombées pour le tourisme nous concernent.

Pour la France bien sûr mais, par contrecoup, aussi pour la Tunisie.

Les évènements en cours, le refus d’Ennhada de la dissolution du gouvernement voulue par le Premier ministre Hamadi Jebali, la grève générale prévue ce vendredi et la menace des débordements à l’occasion des manifestations, ne sont pas de nature à attirer les visiteurs, loin s’en faut.

Aujourd’hui, l'un des principaux postes du PIB tunisien est en grave danger et cela n’est pas sans répercussions pour les professionnels du tourisme français qui tirent depuis deux ans le diable par la queue sur la destination Tunisie.

Certes, le Quai d’Orsay met en garde mais ne déconseille pas (encore) la destination. Mais cela ne suffira pas pour autant à convaincre les Français. Dans les agences, la situation inspire l’inquiétude.

Le principe de précaution doit l’emporter

Le législateur ne rigole pas avec la responsabilité des distributeurs. Et même si depuis deux ans aucun incident notable concernant un touriste dans le pays n’est à déplorer, les interrogations des clients posent question aux agences.

Et ce d’autant plus que les médias grand public ne font pas dans la nuance. Mais à leur décharge, comment occulter la gravité de la crise politique tunisienne ?

Bien entendu, le meilleur moyen d'aider et de soutenir aujourd'hui la nation tunisienne et son peuple c'est d'inciter vos clients à y aller. Mais il faut que de leur côté la Tunisie et le peuple Tunisien prennent aussi en main leurs responsabilités.

Car au risque d’enfoncer les portes ouvertes, répétons que le tourisme ne se développe que dans un climat serein et que le voyageur (français surtout) est un oiseau migrateur qui au moindre coup de tonnerre s’envole à la recherche de contrées plus sereines...

“Aide-toi et le ciel t’aidera”, dit le proverbe. Les pouvoirs publics tunisiens doivent en finir une fois pour toutes avec leurs contradictions et lever les réserves apparues ici et là pour réaffirmer la priorité du tourisme dans le développement d’une Tunisie moderne et démocratique.

Sans cela, ils se dirigeront inéluctablement vers une “égyptisation” de ce secteur et une paupérisation de la population qui ne fera que conforter les plus radicaux de leurs adversaires.

Lu 2624 fois

Tags : tunisie
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com