Loading


Travel and Co : sans prise de risque on disparaît... le challenge c'est croître ou mourir !

L'interview de Claude Blanc, co-président de Travel & Co


"Croître ou mourir !" Malgré une conjoncture morose, Travel & Co poursuit ses opérations de croissance externe avec l’acquisition de Nouvelle Zélande Voyages. Pour 2012, le groupe compte atteindre l'équilibre, et réaliser un "léger" bénéfice. Le point avec Claude Blanc, co-président du Travel & Co.



Claude Blanc : "Sans prise de risque on disparaît. C'est croître ou mourir. Toute acquisition reste un acte de foi."  Photo JdL
Claude Blanc : "Sans prise de risque on disparaît. C'est croître ou mourir. Toute acquisition reste un acte de foi." Photo JdL
TourMaG.com - Vous venez d'acquérir Nouvelle-Zélande Voyages. Pouvez-vous nous présenter ce voyagiste ?

Claude Blanc :
Nouvelle-Zélande Voyages a été créée il y a plus de 20 ans. Ce voyagiste dispose de deux marques qui tombent toutes les deux, dans le giron de Travel & Co.

Ces deux enseignes sont positionnées sur la vente directe.

L'entreprise compte 22 personnes, et représente un chiffre d'affaires de 14 M€.

TourMaG.com - Vous poursuivez votre approche multi-canal, avec d'un côté Australie Tours et Alma Latina distribuées via les agences, et de l'autre, Terres de Charme et Iles du Monde en direct ?

Claude Blanc :
Effectivement, nous continuons à nous appuyer sur notre stratégie multi-canal fondée sur 3 axes.

D'une part le positionnement géographique sur l'Océanie et l'Amérique Latine : notre intérêt est d'investir sur des destinations lointaines et complexes qui ont besoin d'expertise pour nous démarquer de la concurrence d'Internet.

D'autre part, nous nous appuyons sur la longueur de gamme, tous les segments du vol sec, en passant par le circuit "prêt-à-porter", en allant jusqu'au sur-mesure, sans oublier les voyages de noces, ou les visas vacances travail font partie de notre catalogue.

Enfin dernier point : l'intégration verticale qui va jusqu'au réceptif.

AOT Group, le principal voyagiste réceptif Australien, a d'ailleurs pris une participation minoritaire au capital de TRAVEL & Co S.A.S., à l'occasion du rachat de Nouvelle-Zélande Voyages.

Nous disposons par ailleurs d'une filiale Terres de Charme en Egypte qui propose des croisières privatives à bord de voiliers traditionnels sur le Nil.

TourMaG.com - En parlant de l'Egypte, pensez-vous que l'activité va repartir ?

Claude Blanc :
L'année 2012 a été catastrophique en Egypte. Depuis le mois d'août, nous ressentons un frémissement, et en septembre je pense que l'activité va redémarrer, notamment sur notre segment haut de gamme.

TourMaG.com - La conjoncture n'est franchement pas au beau fixe, n'est-ce pas risqué de racheter un voyagiste en cette période ?

Claude Blanc :
Sans prise de risque on disparaît. C'est croître ou mourir. Toute acquisition reste un acte de foi.

L'avantage des périodes moroses, c'est qu'il y a des opportunités. Nouvelle-Zélande Voyages gagne de l'argent, est en croissance, il s'agit d'une acquisition très intéressante pour Travel & Co.

Par ailleurs, grâce à cette opération, notre groupe se positionne comme le leader sur l'Océanie. Nous avons ainsi de nouveaux arguments pour négocier auprès de nos partenaires hôteliers, réceptifs et aériens.

TourMaG.com - Pourtant la crise est passée par là, comment avez-vous négocié les turbulences ?

Claude Blanc :
Le tourisme a vécu 3 années noires, mais nous nous en tirons mieux que certains de nos confrères. 2012 sera l'année de l'équilibre avec un léger bénéfice.

Malgré une gestion rigoureuse, nous avons été contraints de réduire la voilure. En 2010 et 2011, nous avons réduit les postes.

Nous nous sommes séparés de 2 personnes chez Terres de Charme, et 3 chez Australie Tours.

TourMaG.com - Quels sont vos objectifs pour 2013, et comment voyez-vous l'avenir ?

Claude Blanc :
Nous tablons sur un chiffre d'affaires consolidé de 35 M€ en 2013. Nous n'avons pas la folie des grandeurs. Nous souhaitons atteindre le même CA qu'en 2012.

2013 sera l'année de l'intégration de Nouvelle-Zélande Voyages. Nous ne prévoyons pas de nouvelle acquisition.

TourMaG.com - Avez-vous pensé à développer un réseau de distribution physique en propre ou en franchise ?

Claude Blanc :
Nous nous sommes déjà posés la question, mais ce n'est pas à l'ordre du jour. Concernant la franchise, il est très difficile de confier la qualité de services que l'on souhaite imposer à des personnes non salariées de l'entreprise.

Rédigé par Céline Eymery le Lundi 3 Septembre 2012
Lu 1787 fois
Notez



1.Posté par Jean-pierre le 04/09/2012 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En prenant des risques on peut également disparaitre, bien plus vite qu'en ne prenant pas

2.Posté par Rial JF le 04/09/2012 23:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo Claude, acquisition intelligente, jolie marque et société

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium










eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.