TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





WTM Londres : les Français en ordre dispersé dans le plus grand salon mondial du tourisme

La délégation française fait pâle figure à coté de ses voisins européens.


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Vendredi 7 Novembre 2014

Alors que ses voisins et concurrents européens ont investi massivement sur le salon WTM de Londres, la France se fait discrète avec un stand plus modeste. D'autant que les destinations d'Outre-Mer exposent à part. Pas de quoi toutefois refroidir l'enthousiasme des professionnels, venus conquérir non seulement le marché britannique mais aussi le reste du monde.



Les danseuses du Moulin Rouge égayaient le stand très sobre d'Atout France au salon WTM de Londres. DR
Les danseuses du Moulin Rouge égayaient le stand très sobre d'Atout France au salon WTM de Londres. DR
Avec leurs plumes rouges, leurs jupes à froufrous et leurs larges sourires, les deux danseuses du Moulin Rouge attirent l'attention des visiteurs qui passent devant le stand de la France au salon WTM de Londres.

Un peu plus loin, un pâtissier du musée du chocolat prépare en public quelques douceurs sucrées.

A l'arrière, une animation photographique a été organisée autour du tourisme de mémoire.

"Les tour-opérateurs du Royaume-Uni enregistrent des demandes croissantes sur cette niche de séjours commémoratifs" assure Gwénaëlle Maret-Delos, la directrice du bureau britannique d'Atout France.

Les Anglais sont en effet très nombreux à porter sur le revers de leur veste un Poppy, ce petit coquelicot de papier qui commémore la Première Guerre Mondiale.

Ils s'intéressent donc au "Remembrance Tourism", présentés par sept exposants.

Au global, le stand d'Atout France rassemble 68 sociétés sur 623 m2. Le comité régional du tourisme (CRT) de Paris Ile-de-France en occupe 35%.

"Notre présence ici est nécessaire pour animer le marché. Car même si nous restons une destination de proximité, il faut sans cesse donner envie de franchir à nouveau la Manche" explique François Navarro, le directeur général.

En effet, 66% des Anglais sont déjà venus en France.

Le marché britannique crucial pour la France

Avec plus de 12 millions de visiteurs chaque année, la France est la seconde destination des Anglais, derrière l'Espagne.

"Certes, nous avons perdu des parts de marché depuis la crise. Mais notre progression est désormais plus importante en terme de dépenses (+5%) que d'arrivées (+1%)" assure Gwénaëlle Maret-Delos.

Atout France vise aujourd'hui une clientèle de CSP + grâce à des produits à haute valeur ajoutée, comme le ski.

Plusieurs professionnels de la montagne ont d'ailleurs fait le déplacement à Londres, comme Val Thorens, de retour après plusieurs années d'absence. "Les clients semblent moins frileux qu'en France" remarque Laurence Perrin, l'attachée commerciale.

Même engouement chez Paradiski, pour qui les Britanniques constituent la première clientèle étrangère. "Ce salon nous permet de lancer la saison" assure Brigitte Gelloz, chargée de clientèle professionnelle de ce réseau de remontées mécaniques.

Si les Anglais restent évidemment la cible privilégiée, le WTM est également l'occasion pour les professionnels séduire de nouveaux prospects venus du monde entier.

D'autant que Londres est la porte d'entrée pour toute l'Europe.

" Environ 1/3 des demandes de visas à l'ambassade française de Londres provient de visiteurs chinois et 1/3 d'Indiens.

Cette ville est une véritable plateforme pour les étrangers qui viennent ensuite visiter Paris et d'autres capitales du continent "
précise Gwénaëlle Maret-Delos.

Le stand d'Atout France un peu trop discret

Les autres destinations justement sont venues en force au salon. Le stand d'Atout France est entouré par celui de l'Italie et de l'Espagne, tous les deux plus vastes.

La Péninsule Ibérique s'étend au total sur 2000 m2, car les provinces de l'Andalousie, des îles Canaries, du Pays Basque et de la Catalogne ont chacune un espace en propre. N'oublions pas non plus la la Grèce qui expose sur 900 m2.

"Je suis un peu déçu par le stand d'Atout France, je m'attendais à quelque chose de plus impressionnant" regrette un tour-opérateur français de passage à Londres.

Un acheteur anglais s'étonne de ne pas trouver de comptoir sur la Bretagne, uniquement représentée par l'hôtel de Carnac Thalasso & Spa. Si la ville de Nice est bien représentée, avec 5 exposants, aucune trace de Lyon ou même de Nantes.

Quant à sobriété du décor, elle est revendiquée par Gwénaëlle Maret-Delos, la directrice du bureau d'Atout France.

"Notre participation au salon n'est qu'un élément parmi d'autres dans notre plan de communication. Nous ne voulons pas y passer tout notre budget".

Au total, elle va dépenser près 320 000 Livres (409 409€) pour les 4 jours, sur une enveloppe annuelle 4,5 millions de Livres (5.7 M€).

"Sans l'aide du CRT Île-de-France, je pense que le stand de la France ferait bien pâle figure" remarque de son coté Jean-Pierre Desjeunes, le directeur des ventes des Hôtels de Paris.

L'Outre Mer fait bande à part

Sur le stand des Iles du Pacifique Sud, deux hommes en costume typique des îles Fidji. DR
Sur le stand des Iles du Pacifique Sud, deux hommes en costume typique des îles Fidji. DR
Certaines régions d'Outre-Mer ont d'ailleurs depuis longtemps fait le choix d'exposer ailleurs.

L'Île de la Réunion est installée dans la zone de l'Océan Indien, en face du vaste stand de l'Île Maurice. "Nous nous servons de la notoriété de Maurice pour attirer les visiteurs" explique la représentante de l'office du tourisme.

Cette "sécession" n'a d'ailleurs pas forcément été bien perçue au sein d'Atout France, selon Stéphane Ravry, un réceptif réunionnais.

"C'est plus facile pour nous d'être ici et de profiter du voisinage de Maurice pour vendre les combinés. Notre communiquons également sur notre label UNESCO, très vendeurs sur les marchés anglo-saxons".

En revanche, pas de trace du concept des Îles Vanilles, pourtant à l'honneur lors du dernier IFTM-Top Résa.

Du coté des Caraïbes, la Guadeloupe partage son stand avec la Caribbean Organisation Tourism, qui regroupe plusieurs pays de la région.

"Nous étions auparavant avec la Martinique, mais elle ne vient plus" regrette Michèle Dralou, chargée de promotion Europe. Elle tente de positionner la Guadeloupe comme un archipel des Caraïbes "avec une french touch".

Néanmoins, il lui est impossible de concurrencer d'autres pays ultras connus sur le marché britannique, comme la Barbade, ou les Bahamas. "Mais notre présence ici est nécessaire pour essayer de nous diversifier et conquérir de nouveaux marchés".

Dans le Pacifique, la Nouvelle-Calédonie et Tahiti exposent sur le stand des South Pacific Island, aux cotés des îles Samoa, des Fidji et de la Papouasie.

"Tahiti est un nom connu en Angleterre, même si les gens ne savent pas toujours la placer sur une carte" avoue Jean-Marc Hastings, le directeur d'Air Tahiti Nui. "Etre sur le stand d'Atout France n'aurait donc pas vraiment de pertinence. Nous préférons être dans une logique géographique, c'est plus clair dans l'esprit des professionnels".

Quant à la Nouvelle-Calédonie, c'est la première fois qu'elle participe au salon. L'archipel est encore totalement inconnu sur le marché.

"Nous venons de commencer à travailler avec un GSA" explique Bruno Cologon, le responsable Europe d'Aircalin. Il a rencontré de nombreux tour-opérateurs scandinaves, intéressés pour venir via la Finlande en passant par le Japon.

Comme Air Tahiti Nui ou Aircalin, de nombreuses compagnies aériennes exposaient au sein de leurs destinations respectives. Toutes, sauf Air France, absente du WTM. Et personne ne semble se souvenir de sa dernière venue à l'un des événements les plus importants de l'année pour les professionnels du tourisme.

Lu 2744 fois

Notez


1.Posté par Yves Brossard - Primea Hotels Guadeloupe le 07/11/2014 10:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Primea Hotels Guadeloupe était également présent au WTM, comme chaque année, aux côtés du Comité du Tourisme de la Guadeloupe, ainsi que le réceptif Coeur des Iles. De très nombreux contacts ont été enregistrés, preuve s'il en est de l'attractivité de ce salon de véritable envergure international. Et ce grâce au travail de Maïté Marie-Antoinette (responsable du pôle Europe du Comité du Tourisme de la Guadeloupe, et de Michèle Dralou, du même CTIG.

La présence déterminée du Comité du Tourisme de la Guadeloupe sur ce salon, depuis plusieurs années, marque la volonté de la Guadeloupe de diversifier sa clientèle trop franco-française. On ne peut d'ailleurs afficher sa volonté de diversification internationale en étant absent des grands salons internationaux.

Sa présence aux côtés de la Caribbean Tourism Organisation est un important facteur de succès pour le Comité du Tourisme de la Guadeloupe dans mesure où la notoriété des Caraïbes anglaises est très forte en Grande-Bretagne, ce qui permet au Comité du Tourisme de la Guadeloupe de bénéficier de cette chalandise naturelle.

A noter, au cours de ce salon, le "coup de gueule" d'un petit opérateur aérien d'une île caraïbes voisine dénonçant d'une part les "killing" taxes d'aéroport de Pointe à Pitre, et les insupportables répétitions de formulaires d'immigration à remplir à l'arrivée dans chaque île, autant de facteurs qui limitent le développement du tourisme inter-îles dans les Caraïbes. Avec une suggestion : la création d'un formulaire d'immigration unique, qui pourrait être rempli en ligne, une seule et unique fois, et seriat donc à la disposition des autorités de toutes les îles.

Pour mémoire, l'aéroport de la Guadeloupe a inauguré récemment son aérogare régionale, très confortable, marquant ainsi son ambition de développement d'un hub régional ; espérons que les freins liés aux taxes et aux visas seront levés ou du moins réduits.

2.Posté par Rial le 07/11/2014 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Atout France a bien raison de ne pas aller sur les salons
Le même argent investi ailleurs rapporte en effet beaucoup beaucoup plus
Cette analyse est largement dépassée dans le monde d'aujourd'hui
Les salons, ce sont des outils d'un monde ancien qui se perd.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:15 Selectour : le congrès s'ouvre ce lundi à Québec


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com