TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Bayeux et la Tapisserie 1940-1944 : une histoire incroyable

Bayeux et sa célèbre Tapisserie ont connu un destin aussi singulier que mouvementé durant la Seconde Guerre mondiale.



En compagnie d’un guide historien et écrivain, spécialiste de la Seconde Guerre mondiale, remontez le temps à travers les rues et les places inchangées pour revivre les événements qui ont marqué Bayeux au cours de cette période, depuis l’arrivée des premières troupes d’occupation en juin 1940 jusqu’à la visite triomphale du général de Gaulle quatre ans plus tard. Vous découvrirez également l’intérêt tout particulier des Allemands pour la Tapisserie, sauvée in extremis d’un départ pour Berlin en août 1944.


Rédigé par Jean-Charles Stasi le Mercredi 2 Juin 2021

NARA/Soldats américains et britanniques dans la rue principale de Bayeux, qui n’a guère changé depuis la Seconde Guerre mondiale.
NARA/Soldats américains et britanniques dans la rue principale de Bayeux, qui n’a guère changé depuis la Seconde Guerre mondiale.
Fondée à l’époque gallo-romaine sous le nom d’Augustodurum, la cité s’entoure de remparts au IIIe siècle pour se protéger des invasions. Intégrée en 924 au duché du chef viking Rollon, premier duc de Normandie, elle devient la ville la plus importante de Normandie après Rouen.

En 960, un château est édifié par le troisième duc de Normandie, Richard Ier. Dans les années qui suivent, cinq bourgs sont créés à l’extérieur de l’enceinte, traduisant le développement croissant de la cité.

Sous l’impulsion de l’évêque Hugues II et de son successeur Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant, Bayeux s’enrichit d’une nouvelle cathédrale, dédicacée le 14 juillet 1077 en présence de Guillaume et de son épouse Mathilde. C’est à cette occasion qu’est offerte au trésor de la cathédrale la célèbre Tapisserie, réalisée pour célébrer la victoire de Guillaume le Conquérant à la bataille d’Hastings, le 14 octobre 1066. Victoire qui a permis à Guillaume de devenir roi d’Angleterre en plus d’être duc de Normandie.

Après le XVIIe siècle marqué par le développement des institutions religieuses, le XVIIIe voit la destruction des remparts et du château sur ordre du roi Louis XVI. C’est au cours de ces deux siècles que la ville se pare de magnifiques hôtels particuliers que l’on peut encore admirer aujourd’hui.

Le 7 juin 1944, en milieu de matinée, Bayeux est libérée facilement et sans destructions par les Britanniques. Une semaine plus tard, le général de Gaulle, y fait une entrée triomphale et prononce un discours historique.

Depuis, la renommée mondiale de la ville n’a cessé de croître, aussi bien en raison de son patrimoine artistique et architectural exceptionnel que de son rôle dans les pages les plus marquantes de l’histoire de l’Europe.

© Bayeux-Musée de la Tapisserie avec autorisation spéciale de la Ville de Bayeux
© Bayeux-Musée de la Tapisserie avec autorisation spéciale de la Ville de Bayeux
Miraculeusement épargnée par les destructions de la Seconde Guerre mondiale alors que tout autour ce n’était qu’un champ de ruines, Bayeux est un authentique “livre d’histoire” à ciel ouvert. Ses restes de remparts gallo-romains, ses maisons à pan de bois et ses élégants hôtels particuliers sont autant de témoignages de son riche passé. Sans oublier sa cathédrale, commencée à l’époque romane, qui constitue sans conteste un chef-d’oeuvre de l’art gothique normand.

C’est ce décor intact qu’ont découvert les troupes allemandes en juin 1940, puis les soldats alliés quatre ans plus tard au lendemain du Débarquement.

Au cours de cet été 1944, Bayeux va voir sa population tripler et va devenir la première “capitale” des Alliés, en même temps qu’une ville hôpital pour blessés civils et militaires ainsi qu’un immense centre d’accueil pour les milliers de réfugiés venus de toute la Normandie sinistrée.

Située à une dizaine de kilomètres des plages du Débarquement, Bayeux constitue le point de départ et de rassemblement naturel pour aller visiter les sites historiques du Jour J, qui n’ont guère changé eux n’ont plus depuis le printemps 1944 : Utah Beach et Omaha Beach pour le secteur américain, Gold Beach (secteur britannique), Juno Beach (secteur canadien), Sword Beach (secteur franco-britannique).

C’est là le principal motif d’affluence avec, bien sûr, la Tapisserie, qui attire chaque année quelque 400 000 visiteurs venus du monde entier.
Et nul doute que cette fréquentation devrait encore augmenter d’ici le départ de la Tapisserie pour une période de restauration à l’horizon 2024.

Mais il n’y a pas que le musée de la Tapisserie : le musée de la Bataille de Normandie (face au cimetière militaire britannique) et le musée d’art et d’histoire Baron Gérard (à deux pas de la cathédrale) viennent compléter l’offre culturelle pour découvrir l’histoire de la région ainsi que ses richesses artistiques et patrimoniales.

Les informations pratiques

Capitale du Bessin, Bayeux présente le double avantage d’être environnée de verdure et d’être située à seulement une dizaine de kilomètres de la mer.

C’est pourquoi on peut, dans la même journée, sillonner la campagne agrémentée de manoirs et de petits châteaux, et aller profiter des bienfaits de la mer ou visiter les plages du Débarquement.

En outre, Caen et son Mémorial ne sont qu’à une vingtaine de kilomètres et le Mont-Saint-Michel à 1h30 de voiture.

Venir en voiture :
→ De Paris : 3 heures par l’A 13
→ De Caen : 20 minutes par la RN 13
→ De Cherbourg : 1h15 par la RN 13
→ De Rennes : 2 heures par l’A 84.

Venir en train :
→ 2 heures de Paris (axe Paris-Cherbourg)
→ 20 minutes de Caen
→ 2 h 40 de Rennes (axe caen-Rennes)

Venir en avion :
→ Aéroports les plus proches : Caen-Carpiquet et Deauville.

Les informations utiles

Le centre historique de Bayeux, où se situe la totalité de cette visite, regroupe un très grand nombre de restaurants pour toutes les bourses et pour tous les goûts. Le plus dur ne devrait pas être de trouver une bonne table, mais plutôt de faire son choix.

Les hôtels, chambres d’hôtes et gîtes sont également très nombreux à l’intérieur et aux alentours de cette ville très touristique.

On ne saurait quitter Bayeux sans se rendre sur le littoral, à une dizaine de kilomètres seulement. Outre les plages du Débarquement déjà évoquées, il ne faut pas manquer Arromanches et les vestiges encore bien visibles du gigantesque port artificiel aménagé par les Britanniques au lendemain du Jour J. Un peu plus à l’Ouest, Port-en-Bessin, aménagé en port pétrolier par les Alliés dès l’été 1944, est aujourd’hui réputé pour être le premier port français pour la coquille Saint-Jacques.

Les sites officiels

Musée de la Tapisserie : www.bayeuxmuseum.com
Office de tourisme de Bayeux : www.bayeux-tourisme.com
Ville de Bayeux : www.bayeux.fr

Contacter le guide

Jean-Charles Stasi
Guide-conférencier national, membre de la Fédération des guides de Normandie
Auteur du livre Le vol de la Tapisserie de Bayeux, l’incroyable projet des nazis (éditions Tallandier, 2018)

Email : jcstasicom@gmail.com
Mobile : +33 (0)6 84 01 37 16

Site web : www.normandy-toursetdetours.com

facebook instagram

Lu 1100 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 6 Octobre 2021 - 11:00 Bayeux la romanesque

Mardi 5 Octobre 2021 - 11:00 Balade méditative à Cabourg, la romantique








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias