TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

L'architecture d’Auguste Perret du Havre, d’une ville regrettée au succès de la modernité

La renaissance d’une ville martyre de la 2nde guerre mondiale



A l'origine marécages, la ville du Havre est une création ex-nihilo réalisée par le roi François 1er en 1517, sur un territoire a priori peu accessible, plutôt hostile mais géographiquement stratégique du fait de son positionnement en bout d'estuaire.


Rédigé par Anaïs Dumortier le Mercredi 25 Août 2021

L’histoire

© Anaïs Dumortier
© Anaïs Dumortier
Malgré ses décennies d’existence, la ville n'a pas ce qui est le fondement de beaucoup de villes, un ancrage historique profond, ancien et donc quelque part légitime ? La question ne se pose pas vraiment, du moins jusqu’à son anéantissement à la fin de la seconde guerre mondiale.

Septembre 1944 : dans le but de libérer la ville du joux allemand, la ville est bombardée et disparait à plus de 80%. On repart à zéro. Le Havre n’est plus. Une table rase.

Auguste Perret est alors choisi assez rapidement par le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme, il ne connait pas pour autant pas Le Havre. De son imagination d'architecte va naître l'idée de la ville surélevée, sur une plateforme à 3m50 de haut permettant le passade des canalisations, de l’électricité... Une manière de s'affranchir des contraintes passées : humidité, inondation et une solution radicale pour gérer la question des gravats après la disparition de 12500 immeubles. Faute de moyens, l’idée est vite abandonnée. Mais la ville nouvelle sera inévitablement moderne, le changement est annoncé.

Mais afin de ne pas entrer dans une démarche de négation du passé, très vite apparait l'idée de s'appuyer sur la trame urbaine ancienne, à savoir les rues de la « vieille ville » qui vont être conservées aux mêmes emplacements. On va néanmoins penser la reconstruction en îlots modernes. L’ambition est de prouver que la ville a été martyrisée, bombardée mais qu’elle n'est pour autant pas niée ; il s’agit ainsi de reconstruire en conservant les racines de la ville, des racines que l’on veut résolument affirmer.

« Quelque chose de neuf et de durable » - Auguste Perret

© Anaïs Dumortier
© Anaïs Dumortier
Mais la renaissance du Havre, la reconstruction considérée comme une renaissance de son paysage urbain est avant tout un laboratoire d'expérience urbanistique. L'ambition de la reconstruction havraise allait bien au-delà des ambitions locales, il était question d'en faire une sorte de vitrine nationale, un "laboratoire de la ville future". Le projet ne se cantonnera pas aux logements mais comprendra également l’hôtel de ville et l’église Saint Joseph, un ensemble de plus de 130 hectares qui renait de ses cendres.

Ainsi visiter Le Havre, c’est s’offrir des clés de lecture indispensables pour réaliser l’impensable. Constater que le béton n’est pas juste gris, le béton est un mélange de matériaux qui s’illumine au moindre rayon de soleil, le béton c’est une multitude de textures, une dentelle urbaine qui a redonné l’espoir ou plus basiquement un toit à des milliers de havrais, sinistrés de guerre.

Qui n’est pas entré dans notre église Saint Joseph ne peut comprendre le magie du béton, le pouvoir de la verticalité poussant au vertige de la spiritualité ? Et pourquoi pas ! Quand bien même le visiteur se sentirait pas particulièrement touché par la grâce de Dieu, la symphonie de couleur animée par les rayons d’un soleil d’été ou d’automne ne le laisseront indéniablement pas de marbre ! Ou de béton…

Les points forts

L’église Saint Joseph :
Symbole de la renaissance de la ville, l’église votive culmine la ville du haut de ses 107 mètres. Edifice aux dimensions hors du commun, ses multiples vitraux illuminent le béton omniprésent et créent une symphonie colorée unique en son genre.

L’appartement témoin :
Un appartement au design des années 50 permettant de découvrir les aménagements proposés par l’atelier Perret pour reloger les habitants au lendemain de la guerre. Sur réservation.

La cathédrale Notre Dame :
Rare vestige de la « ville d’avant » avec sa tour clocher datant du 16ème siècle, la visite de la cathédrale havraise est un incontournable. Bien que sa nef ait été bombardée en septembre 1944 et reconstruite par la suite, l’église devenue cathédrale dans les années 1970 a su conserver tout son charme.

Les informations pratiques

Les restaurants :
Le grand quai, 25 quai de Southampton – 76600 Le Havre
La taverne paillette, 22 rue Georges Braque – 76600 Le Havre

Venir en voiture :
● Depuis Paris via l’A13 : 2h
● Depuis Caen : 1h
● Depuis Rouen : 1h

Venir en train :
● Depuis Paris Saint Lazare 2H30

Venir en avion :
● Aéroports Le Havre Octeville ou Deauville

Pour en savoir plus :
www.lehavretourisme.com
www.lehavreseine-patrimoine.fr

Contacter le guide

L'architecture d’Auguste Perret du Havre, d’une ville regrettée au succès de la modernité
Anaïs Dumortier
Guide-Conférencière
« Les itinéraires bis d’Anaïs »

Mail : Lesitinerairesbisdanais76@gmail.com
Tél. : + 33 (0) 622 221 012

Site web : www.lesitinerairesbisdanais.com

facebook instagram

Lu 1661 fois
Notez

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 6 Octobre 2021 - 11:00 Bayeux la romanesque

Mardi 5 Octobre 2021 - 11:00 Balade méditative à Cabourg, la romantique








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias