Wizz Air, Easyjet : la nouvelle bataille des low cost

la chronique de Jean-Louis Baroux



L'offensive de Wizz Air sur sa consœur Easyjet pourrait-elle arriver à son terme ? Jean-Louis Baroux, expert aérien analyse pour TourMaG.com quels pourraient être les enjeux de cette acquisition.


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Mercredi 22 Septembre 2021

On a récemment appris que Wizz Air avait en tête de reprendre EasyJet, bien que cette offensive ait été pour le moment repoussée par le transporteur britannique et qu’elle doive fait l’objet du feu vert des autorités de la concurrence européenne. - DR
On a récemment appris que Wizz Air avait en tête de reprendre EasyJet, bien que cette offensive ait été pour le moment repoussée par le transporteur britannique et qu’elle doive fait l’objet du feu vert des autorités de la concurrence européenne. - DR
C’est le premier signe d’un changement important dans le transport aérien.

On a récemment appris que Wizz Air avait en tête de reprendre EasyJet, bien que cette offensive ait été pour le moment repoussée par le transporteur britannique et qu’elle doive fait l’objet du feu vert des autorités de la concurrence européenne. Cela a tout de même fait l’objet d’une bombe. Il n’est d’ailleurs pas certain que la compagnie hongroise ne revienne pas à la charge.

Les deux forces en présence sont des poids lourds dans le transport aérien européen. EasyJet fondée en 1995 par Stelios Ioannou est forte de 339 appareils, et 112 en commande.

Elle dessert 156 destinations avec 11 900 salariés. En 2019, dernière année représentative, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 7,470 milliards d’euros pour un résultat positif de 408 millions d’euros, dont beaucoup de transporteurs s’accommoderaient volontiers.

Wizz Air affiche ses ambitions

En face Wizz Air est beaucoup plus jeune mais affiche de grandes ambitions. Elle a été créée en 2003 à la suite de la liquidation forcée de Malev sur injonction de la Communauté Européenne. Sa croissance est impressionnante.

En 2019 elle opérait 124 avions et en avait 260 en commande. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 2,319 milliards d’euros pour un profit de 292 milliards d’euros, le tout avec 4.500 salariés.

Le transporteur hongrois est piloté par Jozsef Varadi. Ce dernier a fait carrière d’abord chez Procter & Gamble où il a débuté comme simple attaché commercial pour terminer en tant que directeur Europe avant de devenir le dernier PDG de Malev.

Cela lui a donné le gout de l’aérien puisque la même année, il a fondé Wizz Air qu’il pilote depuis en affichant de grandes ambitions, tout en générant de confortables profits pour la plus grande satisfaction de son actionnaire de référence le fonds d’investissement Indigo.

De côte EasyJet la situation est très différente. La famille Ioannou détient encore 33% du capital et Stelios le fondateur n’a pas caché qu’il était prêt à récupérer sa mise en cédant l’entreprise à un montant qui lui convienne. Ce n’est pas encore le cas.

Easyjet sort manifestement affaiblie du Brexit

L’actuel CEO, le suédois Johan Peter Lundgren avait une vocation de musicien. Il a étudié le trombone classique avant d’entrer chez TUI d’où il a été débauché pour prendre la suite de Carolyn McCall qui a grandement œuvré pour donner à EasyJet une qualité de service qui lui manquait.

Il serait surprenant que les tractations entre les deux transporteurs s’arrêtent là. L’ambition de Jozsef Varadi est manifeste. Certes sa compagnie est beaucoup plus petite que sa cible, mais ce ne serait pas la première fois qu’un petit arriverait à avaler un gros.

La situation d’American Airlines l’un des trois géants américains est là pour nous le rappeler. Le grand transporteur de Dallas appartient à US Airways qui elle-même avait été rachetée par America West Airlines alors largement plus petite que US Airways mais largement plus profitable. C’est ainsi que Doug Parker le CEO d’America West Airlines est devenu le PDG de US Airways avant de prendre les commandes d’American Airlines.

Il sera très intéressant de suivre les relations entre les deux compagnies. D’un côté EasyJet sort manifestement affaiblie du Brexit. Elle est obligée d’éclater en plusieurs opérateurs pour maintenir sa présence sur le continent européen là où elle assure la majeure partie de son revenu.

Quels obstacles au rapprochement Wizz Air - Easyjet ?

Par ailleurs le trafic entre le Royaume Uni et l’Europe aura beaucoup de difficultés à retrouver son niveau d’antan. Cela peut conduire les actionnaires à se débarrasser de la compagnie devant les difficultés à venir. De son côté, Wizz Air est essentiellement installée sur le continent.

Elle cherche à se développer rapidement et mettre la main sur son homologue britannique peut avoir beaucoup de sens. Reste à savoir le prix à payer.

Après avoir créé et soutenu EasyJet Stelios Ioannou voudra certainement en tirer un gros profit, certes bien mérité. Les fonds d’investissement ne manquent pas pour accompagner une telle transaction, les liquidités disponibles sont considérables et elles cherchent toutes les bonnes opportunités pour s’investir.

Deux obstacles néanmoins se dressent devant un éventuel rapprochement. D’abord le nécessaire feu vert des autorités de la concurrence européennes qui restent tout de même sous l’influence des transporteurs traditionnels.

Et ces derniers voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un géant européen disposant de plus de 500 avions. Et puis la tendance actuelle à une écologie punitive qui aura pour conséquence de favoriser le transport ferroviaire au détriment de l’aérien, même si cela ne sert les intérêts ni des consommateurs, ni ceux des populations.

Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux - DR
Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.


Tags : baroux, low cost
Notez