TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





I - Kenya : alors… on y retourne ?

le tourisme représente 14 % du PNB


Rédigé par Michèle SANI - redaction@tourmag.com le Lundi 3 Mars 2008

17 heures, jeudi 28 février, hôtel Serena de Nairobi ( le plus luxueux de la ville). Le président Kibaki et Raila Odinga signent sous la médiation de Kofi Annan un pacte historique. En décidant de partager le pouvoir ils mettent fin à une crise politique brutale et cruelle qui durait depuis l'élection présidentielle du 27 décembre dernier et avait vidé le pays de ses tourstes.



zéro touristes pour les petits marchands de souvenirs.
zéro touristes pour les petits marchands de souvenirs.
A Nairobi nous y étions passés le matin même, dans le cadre d'un voyage de presse organisé par le voyagiste Longs Courriers. Tout semblait calme. Tout était calme.

Par ce voyage rapidement organisé Karim Hammadache, directeur commercial de Longs Courriers, voyagiste spécialiste du Kenya (de la Tanzanie et de Zanzibar), voulait démontrer qu'en dépit de la crise politique et des émeutes amplement filmées le pays restait ouvert au tourisme et que les visiteurs étrangers ne craignaient rien.

Dans cet esprit, le programme donnait la part belle aux transports par la route. Première étape : Nakuru, capitale régionale et quatrième ville du pays où la foule s'était, notamment, livrée au pillage.

Zéro touriste pour les petits marchands

Sur le trajet aéroport de Nairobi / Nakuru, rien à signaler à l'exception des embouteillages monstres (et quotidiens) de Nairobi et d'une concentration de véhicules militaires aux abord de l'hôtel Serena. Explication : « ils » sont là et négocient.

A l'arrêt traditionnel d'un des jolis points de vue sur la Rifft Valley, les parkings sont déserts alors que s'y alignent traditionnellement d'innombrables mini-bus et autres 4X4.
Quelques petits marchands de souvenirs se plaignent. « Depuis le 31 décembre on a rien vendu. Il y a plus un touriste. C'est la catastrophe ».

Deux mois de crise et sans travail, cela a donné à chacun des acteurs du tourisme, du plus modeste au plus florissant, l'importance du secteur dans l'économie et dans la vie quotidienne du pays.

Au Kenya le tourisme représente 14 % du PNB du pays qui compte 36 millions d'habitants. Il fait travailler directement 500 000 personnes, un chiffre à multiplier par deux en tenant compte des emplois indirects et encore par sept ou huit quand on sait qu'un salarié fait vivre toute une famille.

Le portable, partout en brousse

Au Kenya les animaux sauvages naissent et meurent dans leur univers originel. Ils tracent, seuls, les limites de leurs territoires...
Au Kenya les animaux sauvages naissent et meurent dans leur univers originel. Ils tracent, seuls, les limites de leurs territoires...
17h15, jeudi 28 février. Nous sommes sur la rive du lac Nakuru à l'heure rose et douce où le soleil décline. Heure idéale pour admirer des milliers – des millions peut-être – de flamants roses qui font escale ici. A quelques mètres de notre mini-bus au toit ouvrant une famille de rhinocéros noirs se dandine paisiblement.

Au Kenya les animaux sauvages naissent et meurent dans leur univers originel. Ils tracent, seuls, les limites de leurs territoires. Loin de toute civilisation ils ignorent les frontières géo-politiques et obéissent aux seules lois de la nature, des vents, des saisons. Et tout les chaos du monde n'y pourront rien changer.

Dans le silence un portable sonne – cela fonctionne partout au Kenya, du coeur des villes au fin fond des réserves les plus reculées - « C'est signé ! ». L'info arrive dans l'instant et, comme une nuée de poudre, elle se propage dans tous le pays.

Karim Hammadache laisse éclater sa joie. Cette signature, il l'attendait comme l'attendaient l'ensemble de la population et tous les acteurs qui touchent de près ou de loin l'industrie du tourisme du Kenya.

Les émeutes et règlements de comptes ethniques ont, pendant deux mois, vidé le pays de ses visiteurs étrangers. Seuls sont restés ceux qui étaient là à l'occasion des fêtes de fin d'années. A l'écart des violences, ils ne sont rendus rendus compte de rien affirment les hôteliers.

Ensuite, durant les mois de janvier et février, période de belle et haute saison, les lodges des réserves et les hôtels balnéaires ont chuté en moyenne de 80 %. Il faudra du temps pour retrouver la normalité du trafic.

Et maintenant, restaurer la confiance...

Dr Ongong'a Achieng, directeur général du Tourisme du Kenya
Dr Ongong'a Achieng, directeur général du Tourisme du Kenya
Hors les marchés africains de proximité le Kenya accueille près d'un million de visiteurs étrangers. Le Royaume-Uni, qui représente pour certains lodges 50 % de la clientèle, est en tête. Il est suivi par les Etats-Unis, l'Allemagne, l'Italie. La France arrive en cinquième position avec environ 40 000 clients.

Comme ils le font chaque année, les professionnels du tourisme du Kenya avaient décidé de participer au grand salon du tourisme de Berlin. Cette année plus que jamais ils y vont en force, une centaine de personnes représentant une quarantaine de sociétés, Dr Ongong'a Achieng, directeur général du Tourisme du Kenya en tête.

A notre retour à Nairobi, après notre périple (Nakuru, Masaï Mara et Mombasa) nous l'avons rencontré à la veille de son départ pour Berlin, L'occasion de faire le point sur la situation.
« L'important est de restaurer la confiance, précise-t-il. Nous allons profiter des mois qui viennent qui sont des mois de basse saison pour élaborer un programme de relance.

Nous allons organiser des opérations de presse et de relations publiques, organiser des talk shows. Il faut faire venir des leaders d'opinion, des vedettes pour leur montrer la situation telle qu'elle est. Nous ferons aussi des campagnes de promotions et de publicité. »


Tout cela arrive rapidement et les responsables du tourisme kényan n'ont pas encore chiffré et arrêté de programme de relance très précis.

Quand on interroge le directeur du tourisme du Kenya sur la suite à espérer de ce fameux accord et sur la fragilité probable d'une paix civile, il répond : « Il faut analyser d'une façon symbolique, d'un point de vue africain et non , comme vous le faites, d'un point de vue européen. ».

Non, il ne communiquera pas sur le thème de la sécurité. « Nous sommes un pays sûr et nous n'avons pas à communiquer la-dessus ».

Lu 4272 fois

Notez


1.Posté par jp simeon le 04/03/2008 08:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que l'honorable directeur du tourisme analyse de la façon qu'il veut, symbolique, africaine ou autre n'empèche que le pays a été à feu et à sang.
Ce n'est pas dû à une catastrophe naturelle comme nos malheureux amis de l'Océan indien et de l'Asie du sud est, mais à l'incurie des "pouvoirs" publics et au mépris vis à vis de la démocratie de l'ensemble de la classe politique locale.
Je considère sa suffisance intolérable quand il déclare être un pays sûr et ne pas avoir à communiquer là dessus. Je pense que le comportement des clients saura lui donner tort.
Le comportement des autorités kényanes vis à vis des voyagistes est loin d'être exemplaire, je rappelle les différentes tentatives de racket genre passer les taxes à 50 $ sans préavis en début de saison.
Pour notre part, nous suivrons les recommandations du CETO qui n'a toujours pas réouvert la destination.

2.Posté par Christine GILBERT le 04/03/2008 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A la suite des élections du 27 décembre 2007, le Kenya a connu une flambée brutale de violences principalement en janvier et dans des régions définies : l'Ouest vers l'Ouganda et les bidonvilles.
L'office de tourisme du Kenya a toujours communiqué sur l'état sécuritaire du pays tout au long de la crise, déconseillant au plus fort de la crise les voyages sur les régions touchées, par mesure de précaution. La communication sur ce sujet est continue. Aujourd'hui, et depuis plusieurs semaines, le pays est calme, comme en témoigne par ailleurs l'article ci-dessus. Le plan de relance va donc davantage consister à redonner confiance en la destination dans son ensemble, au-delà du champ sécuritaire.

KENYA TOURIST BOARD c/o Interface Tourism
Tel : 01 53 25 12 07

3.Posté par jp simeon le 04/03/2008 12:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle autre raison de perte de confiance y aurait il "au delà du champ sécuritaire ?
En politique on appelle cela de la langue de bois.
A moins que le Tourist Board kenyan s'engage à ne plus faire de hausses de taxes sauvages ?
Cela aussi pourrait redonner confiance, au moins aux To et agences, à défaut de rassurer les clients.

4.Posté par Christine GILBERT le 04/03/2008 13:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En ce qui concerne l'article ci-dessus et la relance post-crise:
les clients ont besoin d'être rassurés sur les infrastructures et les populations locales. En un mot : le légendaire accueil kenyan reste plus que jamais présent.

En ce qui concerne votre autre question sur les hausses de droits d'entrée dans les parcs et réserves:
le Kenya Wildlife Service (indépendant du KTB) a entendu la demande des voyagistes d'en être informés avec un préavis important et s'est effectivement engagé à anticiper la communication sur les prochaines réévalutations.

Pour plus d'informations :
KENYA TOURIST BOARD c/o Interface Tourism
Tel : 01 53 25 12 07

5.Posté par g. voyages le 04/03/2008 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quinze personnes ont été tués cette semaine dans le rift, ça continue encore malheureusement. Les clients potentiels peuvent le lire sur le net, mais ça veut pas dire que les touristes sont des cibles. Il parait que c'est également "chaud" du côté des Masai ? Avez-vous des news ?

6.Posté par Kenya Tourist Board le 05/03/2008 10:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La signature de l'accord politique de jeudi dernier a été très bien accueilli et vécu comme un réel soulagement de la part des populations kenyanes. Aussi, le Conseil aux Voyageurs précise que "cet accord a permis une baisse générale de la tension dans l'ensemble du pays", mais indique également que la "crise politique n'est pas encore réglée". Dans les régions de l'Ouest, durement affectées par les émeutes du mois de Janvier,des rivalités peuvent subsister.
Pour cette raison, et au titre du principe de précaution uniquement, les Provinces Occidentales et Nyanza, et certaines localités de la Valée du Rift (à l'ouest de Molo) restent déconseillées aux voyageurs français. Rappelons qu'il ne s'agit pas de zones habituellement fréquentées des touristes.

En ce qui concerne le Pays Masaii, la région n'a pas été affectée par les heurts du mois de janvier. Cette région mythique du Kenya n'est pas déconseillée par les Ministère des Affaires étrangères et l'accès par la route depuis Nairobi est à ce jour parfaitement sur.

N'hésitez pas à nous contacter directement pour tout complément d'information.

Cordialement,
L'équipe du Kenya Tourist Board à Paris
Tel: 01 53 25 12 07
kenya@interfacetourism.com


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com