TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Inde : les guides francophones font grève pour de meilleures rémunérations

le mouvement touche le Nord du pays depuis plus d'un mois


Rédigé par Pierre CORONAS le Jeudi 20 Avril 2017

Les guides francophones du Nord de l'Inde, dont le Rajasthan, sont en grève depuis plus d'un mois. Ils protestent contre les tour-opérateurs et les agences de voyages qui ne respectent pas les niveaux minimum de rémunération négociés et agréés par les autorités. Ils réclament également plus de contrôles pour lutter contre le recours à des guides non diplômés et non licenciés.



Les guides francophones du Nord de l'Inde refusent désormais de collaborer avec les agences de voyages et les tour-opérateurs qui ne respectent pas les tarifs minimum négociés pour leur rémunération - Photo :  f9photos-Fotolia.com
Les guides francophones du Nord de l'Inde refusent désormais de collaborer avec les agences de voyages et les tour-opérateurs qui ne respectent pas les tarifs minimum négociés pour leur rémunération - Photo : f9photos-Fotolia.com
Dans le Nord de l'Inde, les guides accompagnateurs francophones et les chauffeurs d'autocars sont en grève depuis la mi-mars 2017.

Ils protestent contre leur niveau de rémunération et accusent de nombreuses agences de voyages locales et des tour-opérateurs (TO) français de ne pas respecter le niveau réglementaire pour leurs honoraires.

Celui-ci est négocié tous les deux ans et fixé par un accord entre le syndicat des agences de voyages et le syndicat des guides indiens. Il est ensuite agréé par le gouvernement.

Pour la période actuelle, les guides accompagnateurs qui officient en Inde doivent être payés au minimum entre 90 et 120 € par jour, selon leurs compétences et la mission.

Sauf qu'en réalité, "au moins 40 % des agences locales ne payent pas assez les guides qu'elles emploient et ne respectent pas les accords", constate, amer, un guide francophone gréviste qui travaille au Rajasthan.

Certains guides acceptent d'accompagner des groupes de touristes francophones pour 25 à 30 € par jour. Officieusement, les agences de voyages réceptives indiennes leur garantissent que le manque à gagner sera compensé, en fin de séjour, par le pourboire des voyageurs.

Pourboire obligatoire ?

"En principe, le pourboire doit rester au choix des clients. Or, certains TO font plus que recommander son versement à leurs touristes. Car, en réalité, c'est le seul revenu des guides et des chauffeurs", commente Suez Akkram, ancien président du syndicat des guides indiens.

En effet, les pages Web de présentation des circuits de plusieurs gros TO français en Inde incitent explicitement les voyageurs à prévoir un budget pourboire pour leur séjour.

Le tout, évidemment, sans fiche de paie ni cotisations.

Ainsi, Verdié Voyages recommande 3,50 € par jour et par personne. Quant à National Tours et Salaün Holidays, ils laissent à la "discrétion" de chaque client les pourboires aux guides et aux chauffeurs. Mais les deux TO préconisent néanmoins 2 € par jour et par personne pour le guide et 1,50 € par jour et par personne pour le chauffeur et son assistant.

Si l'on suit les recommandations de National Tours pour le circuit « L'Inde des Maharadjahs » de 13 jours, le guide qui accompagne un groupe de 30 personnes peut toucher 780 € rien qu'en pourboires.

"C'est plus que ce que je me verse en tant que chef d'entreprise", calcule Véronique Narayana Swamy, directrice de BB Voyages, basée en Inde.

Dans ces conditions, on comprend que des guides et chauffeurs acceptent les paiements uniquement par pourboires. Sauf qu'actuellement, le tourisme souffre en Inde. Les prix baissent et les voyageurs rechignent désormais à verser des pourboires.

Les guides paient pour décrocher un accompagnement

Les guides francophones se mobilisent en Inde - Photo : S.A.
Les guides francophones se mobilisent en Inde - Photo : S.A.
Par ailleurs, les autorités font la chasse au travail non déclaré, avec, entre autres, les opérations de démonétisation pour limiter les paiements en liquide au noir.

La direction de National Tours dit ne pas avoir d'information au sujet de la mobilisation des guides francophones en Inde. Ce qui est le cas d'autres TO français contactés.

Visiblement, les réceptifs indiens font profil bas. Et pour cause : selon plusieurs guides indiens, certains DMC factureraient un accompagnement au tarif agréé à leurs clients TO mais ne paieraient leurs guides que deux à trois fois moins.

A l'heure actuelle, "les guides acceptent ces conditions car ils n'ont pas le choix. Ils sont obligés de travailler", estime Suez Akkram.

"Parfois, ils sont même obligés de payer pour obtenir l'accompagnement d'un groupe, ajoute Christian Juni, président du conseil d'administration de Tirawa.

Ils s'y retrouvent en s’arrangeant avec les emporiums qui leur versent des commissions quand ils amènent des touristes et que ceux-ci dépensent dans les magasins. 

Avec ce système, les guides les plus efficaces parviennent parfois à gagner jusqu'à 2 000 €/ semaine au noir. Ils y trouvent leur compte et participent à ce système de séjours subventionnés à plusieurs niveaux.
"

Les agences qui jouent le jeu sont pénalisées

Les guides mobilisés alertent les touristes - Photo : S.A.
Les guides mobilisés alertent les touristes - Photo : S.A.
Voilà pourquoi les guides francophones se mobilisent actuellement. Leur mouvement donne même des idées à leurs collègues germanophones qui sont en train de les rejoindre.

Courant mars 2017, ils ont adressé un courrier aux agences de voyages qui ne respectent pas les accords salariaux. Depuis, les guides francophones mobilisés refusent de travailler avec les professionnels qui ne les paient pas au bon tarif.

Ils ont obtenu des avancés. "Petit à petit, les TO et les agences de voyages augmentent les tarifs. Le niveau a pratiquement doublé depuis le début de la grève, annonce Suez Akkram. Mais il reste encore en dessous du niveau fixé légalement."

Une tendance qui devrait également profiter aux professionnels du tourisme qui respectent les règles. Car, jusqu'à présent, ils devaient faire face à des problèmes de compétitivité.

"Lorsque nous répondons à des demandes de devis, avec nos tarifs qui prévoient un coût d'accompagnement normal, nous ne faisons pas le poids face aux gros qui ne jouent pas le jeu", résume la directrice de BB Voyages.

Son agence ne peut plus organiser de voyages de groupes en Inde dans ce contexte.

Véronique Narayana Swamy regrette, par ailleurs, que des TO expliquent à leurs clients que les guides locaux ne possèdent pas toujours une maîtrise parfaite de la langue française et qu'un accent peut rendre la compréhension parfois difficile.

Selon elle, "il existe de nombreux guides en Inde qui parlent français couramment et sans accent, mais ceux-ci n'acceptent pas de travailler dans les conditions fixées par certains TO."

De son côté, BB Voyages n'engage que des guides accompagnateurs qui sont parfaitement francophones. Et agréés par le ministère indien du tourisme.

Guides non agréés

Un autre point que ne respectent pas non plus certains acteurs. C'est là une autre revendication des guides francophones mobilisés en ce moment : renforcer les contrôles des autorités indiennes pour faire en sorte d'en finir avec l'emploi de guides non agréés.

Pour obtenir l'agrément, les guides doivent suivre une formation de 6 mois auprès du ministère du Tourisme. Formation pour laquelle ils sont sélectionnés sur concours.

Désormais, les guides francophones manifestent devant les monuments du Nord de l'Inde. Ils informent les touristes sur la situation et leurs revendications.

Ils les encouragent notamment à demander à leurs agences de voyages si leurs guides et leurs chauffeurs sont bien rémunérés et disposent d'un contrat de travail en bonne et due forme.

"Ils demandent tout simplement aux autorités du pays de faire respecter les règles", constate l'ancien président du syndicat des guides.

Pour Véronique Narayana Swamy, leur mobilisation était inévitable et pourrait même devenir vitale pour le tourisme réceptif en Inde.

"Aujourd'hui, en Inde, le touriste français n'est plus considéré comme un ambassadeur de la destination. En voulant réduire leurs coûts au maximum, les voyagistes perdent en qualité. Les voyageurs sont mal traités. Le pays à une image de misère, ce qui incite certains à être moins regardant sur la qualité, analyse la directrice de BB Voyages

C'est une situation qui existe ailleurs dans le monde, mais à une très grande ampleur en Inde. L'essence du voyage, de la découverte et des rencontres, est perdue."

Lu 4082 fois

Notez


1.Posté par Surendra Brahmbhatt le 20/04/2017 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec ce système, les guides les plus efficaces parviennent parfois à gagner jusqu'à 2 000 €/ semaine au noir. Ils y trouvent leur compte et participent à ce système de séjours subventionnés à plusieurs niveaux."
Je m'appelle Surendra je suis guide francophone en Inde.je suis pas d'accord avec vous...Guide ne gagne jamais autant d'argent par commission. Ensuite vous avez dit que les guides gagne 800€ par groupe comme pourboir. c'est pas vrai aussi. Plus par des clients ne Lesse pas les pourboires selon le conseill de agence et ilya de gens qui tire d'argent en place des mettre dans le envolpe.

2.Posté par R k singh le 20/04/2017 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis un guide francophone en Inde. Je ne suis absolument pas d'accord avec cet article. Parce que ce n'est pas vrai. On ne paie presque rien. Chaque année, notre salaire diminue. Les agences profitent de concurence. Parfois, je pense que je change mon métier, MAIS il est très difficile de changer de profession.
Cet article est unilatéral. Demandez-nous la réalité. Nous vous dirons la vérité.
* Une fois quand nous recevons les clients de l'aéroport, on oublie notre salaire.
Nous travaillons comme représentant et ambassadeur du pays.
Mais au retour au bureau, nous traitons comme un chien. Je suis sûr que le succès de voyage c'est 100 % travail de guide.
@ Veronique (BB voyages) je peux lui demander? Il y a deux ans,mon collègue a travaillé là-bas, mais il n'avait pas eté payé. Enplus elle a collecté les pouboires de guide et chauffeur au debut de voyage disant que on les paye a la fin MAIS elle a rien payé guide et chauffeur.
*nous sommes obligés de prendre nos précieux voyageurs dans le magasin fixé par agence.

3.Posté par SUDHIR GOYAL le 20/04/2017 18:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Excellentement dit le cas de Tourisem En Inde Au RAJASTHAN.Mais aussi faut vérifier de Ce qu'on dit........Gagné €2000 par semaine !!!!! Ne vous semble pas une blague............

4.Posté par Aidi le 21/04/2017 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Perso 2000 par semaine 8000 par mois en € c est trop cool perso je donne j amais de pourboires quelques soi le pays je suis pas un américain mais Français

5.Posté par Véronique Narayana Swamy le 21/04/2017 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@RkSingh @Sudhir Goyal....il est dit dans l'artcile que "les recommandations des TO devrait permettre de toucher 780 par groupe. Il n'est pas dit que c'est la réalité. "les voyageurs rechignent à payer le pourboir", en clair.... vous n'êtes pas payer et en plus le pourboir n'est pas là.
@RkSingh, concernant vos allégations, vous voudrez bien me contacter en direct, car la politique de BB Voyage est parfaitement claire à ce sujet. Ne parlez pas pour votre collègue. D'autant que je suppose que vous devez parler d'un accompagnement dans le cadre APS, du TO TRACES qui venait de faire faillitte !!!
@RkSingh, que vous soyez un Ambassadeur de votre pays, nul ne fait de toute, mais relisez l'article, qui est là pour exposer la situation et que oui "vous êtes traités comme des chiens".

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com