TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Merzouga : un exemple à ne pas suivre dans le désert marocain...


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Jeudi 8 Avril 2010

Merzouga est un petit village du sud-marocain devenu célèbre grâce à sa dune de l’erg Chebbi. Mais après des années d’exploitation et de développement touristique anarchique, certains TO ont quitté le lieu, trop dénaturé. Un scénario catastrophe pour la population locale, qui pourrait se répéter ailleurs. ..



La dune de Merzouga© Virginie Picon-Lefebvre
La dune de Merzouga© Virginie Picon-Lefebvre
Après lui avoir apporté célébrité et devises étrangères, la superbe dune de l’erg Chebbi, située en bordure du village de Merzouga, va peut-être causer sa perte.

Autrefois petit village paisible de nomades sédentarisés, Merzouga s’est rapidement développé en 2002, suite à la construction d’une route goudronnée.

De nombreux hôtels sont alors édifiés afin de loger le flot de voyageurs venu faire l’expérience du désert. Mais ces bâtiments ont été construits en zone inondable.

Une situation qui leur sera fatale en 2006, lorsque des pluies diluviennes ont ravagé la région.

Un site naturel lourdement dégradé

C’est dans ce contexte qu’intervient Virginie Picon Lefebvre, architecte et professeur d’histoire à l’école d’architecture Paris Malaquais. Elle a été contactée par le ministère du tourisme marocain pour étudier l’impact du tourisme dans le désert, et notamment à Merzouga.

Son constat est alarmant : urbanisation incontrôlée, pollution visuelle, mauvaise gestion des ordures, de l’eau, construction en zone inondable.

Quant à la dune, principal point d’intérêt de la destination, elle subit les assauts continuels des quads et des campements nomades désastreux pour l’environnement. Toutes ces dégradations ont fait fuir certains opérateurs de tourisme.

« Il nous est arrivé de devoir nous affronter à des quadeurs ou motards indélicats, mais le combat est inégal. Nous avons préféré privilégier des régions encore préservées » explique Sylvie Ait Addi, gérante de la filiale marocaine du groupe Voyageurs du Monde.

Inciter les touristes à prolonger leur séjour

Merzouga n’est une ville étape dans un circuit, où les visiteurs ne passent qu’une seule nuit. C’est l’origine du problème selon l’étude de Virginie Picon Lefebvre.

Pour un meilleur développement, il faudrait inciter les voyageurs à rester plus longtemps, grâce à des hôtels plus qualitatifs. Mais aussi grâce à l’oasis, qui restaurée rentrouvrait sa place d’espace de culture vivrière et mais aussi de lieu d’activité.

Elle propose également de limiter la taille des groupes qui campent sur la dune, pour retrouver le coté authentique. Malheureusement, selon Sylvie Ait Addi qui travaille toujours sur place, aucune de ces recommandations n’ont été suivies.

« Les hébergements détruits par l’inondation n’ont pas tous été reconstruits, mais ont été remplacés par des bivouacs ou par des auberges plus ou moins confortables.

Certaines proposent même des piscines quasi olympiques, une aberration dans le désert
». A Merzouga, comme ailleurs, les intérêts économiques priment encore sur la préservation écologique.
photo D.R.
photo D.R.

Lu 6124 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com