TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Piemont : le tourisme œnogastronomique, une niche prometteuse


Rédigé par Aline Pontallier le Dimanche 23 Mai 2010

Tourisme œnogastronomique et spécialités piémontaises, la recette est goûteuse et la niche prometteuse. À méditer en période de régime économique.



C’est soirée de gala en ce mois de mai à l’Agenzia, le siège social de Slow Food International, en l’honneur du BITEG 2010 (Bourse Internationale du Tourisme EnoGastronomique – 11e édition).

Toutes les saveurs du Piémont et ses spécificités sont fièrement exposées sur les buffets.

Chaque fromage, chaque saucisse, chaque tour de main est présenté par le détenteur de son savoir.

Ainsi sont défendus les basiques de l'association qui réunit aujourd’hui plus de 100 000 membres à travers le monde : la préservation de la biodiversité agricole et culinaire, le slogan « bon, propre et juste » censé unifier les communautés de notre planète, et l’importance donnée à l’éducation du goût avec cette Université de la Gastronomie récemment créée à Pollenzo par Slow Food.

Le secteur touristique œnogastronomique italien caracole à plus 20%

Caroline Thévenin, de Fugues en France
Caroline Thévenin, de Fugues en France
La diffusion planétaire de la philosophie Slow Food n'est sans doute pas étrangère à la montée en puissance du Piémont dans les catalogues des TO spécialisés en life style, culture et gastronomie. Ce que confirment les chiffres de fréquentation en hausse.

Si le marché touristique italien global affiche une baisse de 3%, le secteur œnogastronomique caracole à plus 20%, avec 6 millions de visiteurs recensés comme attirés par les dégustations. Le Piémont, avec notamment ses provinces du Langhe et Roero, arrive aujourd’hui en deuxième position nationale et compte bien ne pas en rester là.

« Au-delà de la fierté de présenter de bons produits, nous avons la volonté de considérer le tourisme œnogastronomique comme un vrai business capable d’apporter la prospérité économique à nos régions rurales. Exporter la marque Piémont est notre priorité », martèle Alberto Cirio, adjoint au Tourisme de la région.

Côté marché français, 440 700 Français ont visité la région piémontaise en 2009, soit une augmentation de 14,36% sur 2008. Un chiffre plus qu’intéressant en ces périodes de crise, que nous confirment les quelques TO présents au BITEG.

La qualité des relations de travail franco-italiennes fait l’unanimité

Elisabetta Arno, du TO Casa d'Arno
Elisabetta Arno, du TO Casa d'Arno
« Je suis Vénitienne mais j’ai voulu vivre à Paris. J’ai commencé par mettre mon propre appartement vénitien en location, et aujourd’hui, cela fait quinze ans que je propose des hébergements de charme dans des villes d’art italiennes. »

Elle-même membre de Slow Food, Elisabetta Arno s’est lancée peu à peu dans les séjours thématiques, cuisine, musique et culture. « Je donne même des cours de cuisine italienne à Paris, mais toujours en rapport avec un voyage ou une région à découvrir. »

Visiblement ravie de son choix de vie entre Paris et l’Italie, la jeune chef d’entreprise a fidélisé un fichier de 3000 clients gourmands. (www.casadarno.com)

« J’ai quitté l’informatique il y a quinze ans pour m’orienter vers des événementiels axés sur le vin, ma passion personnelle », annonce Catherine Thévenin, directrice de Fugues en France.

En relation avec des agences américaines pour les séjours individuels et sur internet pour les groupes, elle affiche avec fierté 900 clients en 2009, soit une progression de 25%, le gros de son CA se faisant sur la Bourgogne.

« Je suis au BITEG pour élargir ma palette aux vignobles méditerranéens. J’ai déjà de supers produits au Portugal, et je trouve que les offices de promotion de l’Italie du Nord sont particulièrement dynamiques. On va faire quelque chose. » (www.fugues-en-france.com)

« Ancien agent de voyage spécialisé sur l’Italie, je n’ai que quelques années sur ce créneau œnogastronomique, mais il est passionnant » reconnaît aussi Tanneguy de Ravel, directeur de Wines & Châteaux, qui accueille ses visiteurs étrangers dans le Val de Loire de préférence.

« Il faut un certain temps pour se faire connaître, aussi j’essaie de diviser le risque en développant l’Italie et l’Espagne, d’où ma présence au BITEG. » (www.winesandchateaux.com)

Tout semble donc aller pour le mieux dans le monde de Bacchus voyageur, et le créneau répond bien en effet à certains des critères en vogue aujourd’hui chez la clientèle : envie de culture, d’activités ludiques, des plaisirs de la table, avec un accueil chaleureux comme les Italiens savent le pratiquer, et le tout à une heure de Paris en avion, ou quelques heures de voiture du sud de la France. L’avenir est peut-être aux niches.

Tanneguy de Ravel, Wines Châteaux
Tanneguy de Ravel, Wines Châteaux

Lu 2951 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com