TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Vulcania : Montparnasse 56 parle de ''situation catastrophique''

la société se retire de l'appel d'offres


Rédigé par Jean DA LUZ le Vendredi 13 Octobre 2006

Montparnasse 56 a annoncé dans un communiqué son retrait de l'appel d'offre concernant la reprise de la gestion de Vulcania. "Les différentes réunions de travail entre la société [...]ont fait apparaître une approche très différente de la problématique de Vulcania." souligne le communiqué.



"Montparnasse 56 s'était lancé dans le challenge de la reprise de la gestion de Vulcania (actuellement géré par la SEM Volcans) fin août suite à l'appel d'offre lancé par le Conseil Régional d'Auvergne.

Les différentes réunions de travail entre la société Montparnasse 56 et le Conseil Régional ont fait apparaître une approche très différente de la problématique de Vulcania.

La situation catastrophique de Vulcania en terme de fréquentation et en terme financier avait été sous-estimée dans le cahier des charges de l'appel d'offre. Les éléments, remis en août par le Conseil Régional, à partir desquels a été préparé le dossier de candidature, ne correspondent plus à la réalité.

La fréquentation estimée par le Conseil Régional à 300 000 visiteurs est en effet tombée à 210 000 visiteurs au terme de la saison touristique 2006 amenant une perte de l'ordre de 3 millions d'euros.

De plus, le Conseil Régional demanderait à Montparnasse 56 le versement d'une redevance, estimée à 1,5 millions d'euros et le financement des investissements futurs avant toute réflexion stratégique sur l'avenir du parc.

Montparnasse 56 qui n'a pris connaissance de ces informations que le 10 octobre, soit un mois avant la décision du Conseil Régional, regrette l'absence de débat sur le repositionnement du produit Vulcania, sur la politique commerciale du site et sur les investissements à réaliser pour espérer sauver le site.

Face à ces divergences et malgré sa motivation, la société Montparnasse 56 a donc choisi de se retirer de l'appel d'offre en cours concernant la reprise de la gestion de Vulcania."

*La société Montparnasse 56 gère le 56ème étage de la Tour Montparnasse ainsi que la Tour de Berlin pour un CA consolidé de 13 millions d'euros et une fréquentation cumulée de 1,6 millions de visiteurs en 2005.

Lu 3856 fois
Notez


1.Posté par philippe beissier le 14/10/2006 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

On peut considérer que le Giscardland coute quelques deniers aux contribuables et pour des auvergnats c'est un comble !!!
Dire qu'il nous donne des directives de gestions....n'est pas Mickey qui veut, à moins que les diamants de Bokassa payent le trou ???.


2.Posté par fabio casilli / Autrement l\'Italie le 17/10/2006 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai toujours trouvé que le parc de vulcania était un projet trop ambitieux pour ce que ça pouvait et devait être. Il n'y a jamais eu un positionnement très clair, à mi chemin entre le parc de loisirs et un centre de divulgation scientifique.
Or, le client qui va chez Mickey n'est pas forcément le même qui franchira le seuil de la cité des sciences et viceversa. C'est un produit hybride, qui trouve sa logique dans sa position géographique mais qui aurait dû à mon avis prendre un positionnement mieux défini.
Le fait de vouloir laisser une ouverture à tout le monde a floué sa politique commerciale et donné une image faussée à tout le monde.
Je défis les lecteurs de Tourmag à me donner une déscription précise de ce qu'il peuvent trouver à Vulcania et de ce que ce parc peut offrir à leurs clients: je pense qu'ils sont très peu nombreux à pouvoir le faire.
Ce n'est pas seulement une question d'argent, c'est une question de comment cet argent qui a été injecté au départ (beaucoup) a été investi : à mon avis pas toujours de la bonne manière...
Un plan de reprise ne peut de nos jours être trop contraignant pour un futur répreneur, cet argent a été gaspillé par ceux qui ont géré la chose avant, maintenant il faut essayer de trouver un plan de continuation et de remettre le navire à flot, mais si on en demande trop dès le départ aux nouveaux venant, le bateau au lieu de se remettre à flot, il coule...


Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com