TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





30 ans de Ryanair : "Il y a un avant et un après, c'est le Google de l'aérien !"

la réaction des professionnels du tourisme


Rédigé par Céline Eymery le Mercredi 21 Janvier 2015

Ryanair fête ses 30 ans en 2015. A l'occasion de cet anniversaire, TourMaG.com lui consacre un dossier spécial. Dans ce premier volet, nous retraçons l'histoire de la compagnie qui a poussé le modèle low cost à son extrême et a bousculé le ciel européen et plus largement le paysage de l’industrie touristique.



Le concept Ryanair qui a poussé le modèle low cost à son extrême, a changé la donne dans le ciel Européen, et dans l'industrie touristique - Photo CE.
Le concept Ryanair qui a poussé le modèle low cost à son extrême, a changé la donne dans le ciel Européen, et dans l'industrie touristique - Photo CE.
"Ryanair est une incroyable réussite économique, qui a changé la donne dans le secteur de l'aérien et du tourisme. Il y a "un avant" et "un après" Ryanair, c'est un peu le Google de l'aérien" résume Fabrice Dariot, PDG de BDV.fr à propos du parcours de la low cost.

C'est indéniable, en 30 ans, la compagnie a bousculé le paysage de l'industrie touristique.

Mais comment en est-elle arrivée là ? Flash back.

C’est en 1985 que Ryanair voit le jour à Dublin.

Créée par Thomas Anthony « Tony » Ryan, un homme d’affaires irlandais en collaboration avec Liam Lonergan, propriétaire du tour opérateur "Club Travel", la compagnie exploite qu’un seul et unique vol entre Dublin (Waterford) - Londres (London Gatwick).

Deux ans plus tard, le transporteur ouvre une seconde ligne entre Dublin et l'aéroport Luton International de Londres. Elle s'aligne ainsi en concurrence frontale avec Aer Lingus, la compagnie nationale irlandaise.

Et les passagers répondent présents (82 000 passagers dès la première année sur les 2 lignes avec 2 appareils).

La fréquentation ne cesse de croître, mais la réussite ne se traduit pas aussi facilement dans les comptes, et les bénéfices tardent à entrer dans les caisses.

Tony Ryan fait alors appel à Michael O'Leary. Nous sommes en 1998, le futur PDG de Ryanair n’a pas tout à fait 30 ans, et il devient conseiller de la compagnie.

Michael O'Leary impose son modèle "low cost"

Des mesures drastiques sont prises pour réduire les coûts : rotation plus rapide des appareils, suppression de la classe affaires et des prestations annexes gratuites à bord, utilisation d’un seul type d’appareil pour réduire les frais de maintenance et implantation dans les aéroports secondaires.

Sans oublier les économies sur la masse salariale : conditions de travail difficiles et contrats sous droit irlandais qui ont fait l'objet de plusieurs procès (A lire vendredi un article sur le sujet NDLR).

Michael O'Leary prend peu à peu du galon, et devient PDG adjoint (de 1991 à 1994) puis PDG (en janvier 1994).

En 1992, la dérégulation du trafic aérien en Europe lui ouvre un nouveau terrain de jeu et lui offre de nouvelles perspectives de développement.

Peu à peu, Ryanair tisse sa toile et implante des bases en Europe : Stockholm, Oslo, Bruxelles Charleroi, Francfort, Milan, Bergame ou encore Marseille et Paris-Beauvais en France.

Son "business model" s'appuie en partie sur les aides publiques qu’elle perçoit, ce qui lui a d'ailleurs valu une enquête de la Commission Européenne.

Pour rappel : en juillet 2014, la Commission Européenne a demandé à Ryanair de rembourser 9,6 millions d'euros d'aides pour les aéroports de Pau (2,4 M€), Nîmes (6,4M€) et Angoulême (868 000 €).

La compagnie saisit toutes les opportunités, mais n’hésite pas à fermer les lignes qui n’affichent pas rapidement un taux de remplissage suffisant.

Le concept Ryanair a fait bouger les lignes du transport aérien.

"Ils sont allés au bout du modèle low cost vis à vis de la gestion interne, et du client. La compagnie a montré que le transport aérien pouvait faire beaucoup de bénéfices.

Elle a également fait évoluer l'idée que l'on pouvait utiliser les règles européennes au profit de la compagnie mais pas forcément dans le sens des salariés, ni des clients
", analyse Jean-Louis Baroux, Président d'APG, avant d'ajouter "C'est une formidable réussite, extrêmement irritante."

Par ricochet, elle a également changé la donne de l'industrie touristique. Toute les strates de la profession ont été impactées par la déferlante low cost. Les tour-opérateurs et les agences de voyages ne dérogent pas à la règle.

Ryanair et la désintermédiation

"Plus que Ryanair, c'est le modèle qui a eu un impact et qui a forcé les autres compagnies à travailler sur le même schéma.

Le low cost a contribué au changement du modèle économique des charters. Avant, les TO s'engageaient sur un avion entier.

Aujourd'hui, ils bloquent uniquement une partie de l'appareil, ce qui permet de mieux manager le risque aérien. C'est l'avantage
" explique René-Marc Chikli Président du SETO.

Mais il y a aussi des inconvénients : au premier rang desquels "la désintermédiation", ajoute t-il.

Avec l’avènement des transporteurs à bas coût, les clients ont appris à se débrouiller seuls, composant de manière autonome leurs forfaits touristiques, damant ainsi le pion aux TO mais aussi aux agences de voyages.

"Sur des produits tels que les City Breaks, nous étions les maîtres du jeu, et maintenant nous sommes obligés de partager" constate le Président du SETO.

"Cela a contribué à faire des clients directs, nos concurrents. Notre profession a été contrainte d'évoluer", poursuit Jean-Pierre Mas Président du SNAV.

Ouverture vers les agences de voyages

Mais en business rien ne reste figé. "L'ostracisme vis à vis des agences de voyages, et des OTA se pose de moins en moins avec l'arrivée de Ryanair dans les GDS", assure Fabrice Dariot.

La compagnie qui ne jurait que par la vente directe de ses billets d'avion commence à changer son fusil d'épaule.

"Malgré les déclarations passées de Michael O'Leary qui comparait les agences de voyages à du "bois mort", la compagnie commence à tendre une main au réseau de distribution.

Il pensait que travailler avec les agences avait un coût, mais aujourd'hui il se rend compte que la distribution crée une recette marginale bien supérieure à son coût
", précise Jean-Pierre Mas.

Depuis mars 2014, Ryanair est présente sur Travelport. Et depuis septembre 2014, sur Amadeus.

Autres signes que les temps sont en train de changer : la compagnie a entrepris de séduire les passagers « affaires ».

Pour ce faire, elle cible désormais les plateformes principales des capitales européennes : Rome-Fiumicino, Brussels-Zaventem ou encore Barcelone-El Prat.

A l'aube de ses 30 ans, elle a donc décidé d'opérer un virage stratégique à la recherche de nouveaux relais de croissance.


Lu 3127 fois

Notez


1.Posté par Vincent le 21/01/2015 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Une réussite bâtie sur le moins disant social et fiscal : un vrai modèle à venir pour nos sociétés. Ne nous trompons pas: au prétexte du voyage pour tous nous avons là un modèle ultra libéral et ultracapitaliste.
Quand nos élus auront fini de subventionner le concept par calcul politicien (et non économique), que les autorités aériennes sanctionneront les approches "short of fuel" et les passagers abandonnés feront le bilan de leur voyage alors un équilibre réapparaitra peut-être.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 16:00 Air Caraïbes fait l'acquisition d'un ATR 72-600

Mardi 12 Décembre 2017 - 15:10 Luxair : modification des horaires pour Noël


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com