TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Adoption de la loi Macron : ce qui va changer dans le tourisme

Isilines lance son service autocar dès ce vendredi


Rédigé par La Rédaction le Vendredi 10 Juillet 2015

Travail le dimanche, zones touristiques internationales, libéralisation du marché de l'autocar, fin de parité tarifaire pour les hôteliers... la loi Macron recouvre plusieurs aspects de la vie économique française, qui touchent directement le secteur du tourisme.



La loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, aussi connue sous le nom de loi Macron, est passée en troisième et dernière lecture, devant l'Assemblée Nationale, ce jeudi 9 juillet 2015, pour son adoption définitive. Le Premier ministre Manuel Valls a eu à nouveau recours au 49-3 pour faire passer le texte.

Ce projet de loi couvre un large spectre de mesures dont l'extension du travail du dimanche, en passant par la libéralisation du transport en autocars, et la création de "zones touristiques internationales".

Interviewé par RTL, mardi 7 juillet 2015, le premier ministre a indiqué que les nouvelles règles sur l'augmentation du nombre d'ouvertures dominicales des commerces pourraient entrer en vigueur "dès la rentrée" et que des nouvelles lignes d'autocar pourraient être lancées dès le mois d'août.

Transdev n'attendra pas. La société de transport lancera son service isilines dès ce vendredi 10 juillet 2014, avec pas moins de 17 lignes inter-urbaines.

Interrogée par France Info ce matin, Laurence Broseta, Directrice Générale a indiqué avoir d'ores et déjà enregistré 10 000 réservations dont 2000 pour le seul week-end du 14 juillet.

Travail le dimanche et zones touristiques internationales

Concernant les zones touristiques internationales, les décrets et arrêtés ministériels devraient être publiées en septembre. Ces zones auront la possibilité d'ouvrir le dimanche sous réserve d'accord avec les syndicats. Ouverture le dimanche aussi, pour les commerces situés dans les 10 plus grandes gares de France.

Pour les autres commerces, ce sont les maires qui devront donner leur feu vert dans la limite de 9 dimanches ouverts par an en 2015 puis 12 dès 2016.

Autre thématique abordée par ce texte de loi : la fin de la parité tarifaire sur les tarifs hôteliers, correspondant à l'article 33.

Dès sa promulgation par le Président de la République, les hôteliers pourront "pratiquer des tarifs inférieurs à ceux qu'ils postent sur les sites des agences de réservations en ligne (les OTAs) et retrouver un contact direct avec leurs clients", se réjouit le Groupement National des Indépendants (GNI) dans un communiqué.

"Avec cette loi, très vite nos clients vont se rendre compte qu'il est plus intéressant de réserver en direct sur le propre site de l'hôtel car, sans commission, leurs tarifs seront plus attractifs.

Nos hôteliers pourront reprendre leur liberté et, avec la maîtrise de leur destinée, même s'il nous faut rappeler que d'autres concurrences déloyales nous fragilisent.
"

Lu 6446 fois

Notez


1.Posté par PAT44 le 10/07/2015 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Travail du dimanche soumis à l'accord des syndicats ... c'est pas gagné donc

2.Posté par Alain le 11/07/2015 07:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Est-on sûr d'avoir bien mesuré toutes les conséquences? Les sites de réservation servent aussi à trouver rapidement des chambres disponibles dans la classe que l'on veut. Si maintenant les utilisateurs vont faire leur comparaison sur ces sites puis réserver sur le site de l’hôtel, ils vont perdre des ressources et peut-être fermer ou déférencer les hôtels pour lesquels ils n'ont plus de réservation. Le client devra donc faire lui-même ses comparaisons, il ira sur les sites des grandes chaînes et les petits indépendants risquent de se retrouver à la peine

3.Posté par Voyage le 11/07/2015 12:45 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et oui malheureusement en France il faut se battre pour que les gens travaillent!!! Quelle tristesse...

4.Posté par Bretagne le 11/07/2015 15:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
De là à dire que la Loi Macron va sauver les artisans du tourisme... Il faudrait surtout interdire les plate-formes de réservation en ligne (comme AirBnb, qui est au tourisme ce qu'UBER est aux taxis !), puisqu'ils ne paient aucun impôt en France et permettent à des particuliers de faire n'importe quoi sans aucune contrainte d'entreprise : travail en famille, pas de tva, pas de CFE, pas de redevance audiovisuelle hôtelière (1 par chambre + sacem sur les télés !!!), pas de taxe locale de séjour, etc. Et aussi interdire la concurrence du public, puisque les collectivités territoriales se dotent de villages vacances et de campings... financés par l'argent du privé, qu'ils concurrencent directement. Il faut que nos députés se saisissent de ces injustices qui parasitent l'économie française, non délocalisable !

5.Posté par PAT44 le 15/07/2015 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@Bretagne : votre gite apparaît sur le site homelidays.com qui si je me trompe pas fonctionne sensiblement de la même façon qu'AirBnb ? une explication ?

6.Posté par Bretagne le 17/07/2015 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@PAT44 : Je trouve votre remarque curieuse, et révélatrice de votre méconnaissance. Car H. n'a rien à voir avec Abnb, même si j'imagine qu'ils n'hésiteraient pas une seconde à utiliser les mêmes méthodes s'ils en avaient les moyens... H est d'abord un groupe historique d'annonces, de particuliers et de professionnels ; j'annonce sur ces sites depuis plus de dix ans, certains ont évolué, d'autres pas. A ce titre, quand on a 26 gîtes, on se doit de figurer sur les principaux supports, et de faire de l'Ad-Words, et de figurer sur les sites de locations ... dont ABnb ! Mais je ne pratique aucune location par leur intermédiaire, ni par un autre site : en tant qu'artisan du tourisme, je suis la pompe à finance de l'Etat, mais je ne mets pas le doigt dans l'engrenage : je veux juste que les règles (normes, fiscalité, ...) soient les mêmes pour tout le monde, et non pas oppressive vis-à-vis de ceux qui sont bien déclarés et installés en France, et laxistes vis-à-vis de ceux qui agissent "de particulier à particulier" sans même répondre au peu de règles qu'on leur impose : déclaration en mairie, collecte de la taxe locale de séjour. D'ailleurs, comme par hasard, Abnb vient cette semaine de changer ses conditions d'utilisation au sujet de la TLS, afin de se dédouaner et de rejeter la responsabilité sur les loueurs... Puisque vous aimez chercher, vous verrez que je figure aussi sur ce site (depuis sa sortie en France, il y a quelques années), puisque je "teste" les nouveautés, ce qui me permet de savoir de quoi je parle. Et quand je dis qu'Abnb se moque du monde, je sais de quoi je parle... La société joue sur les mots, parlant "d'hôte" et non de "locataire", et prétend n'assurer que la mise en relation, alors que des règles régissent le milieu de la location saisonnière (délais de perception des arrhes ou acomptes, carte d'agent immobilier, etc.).

7.Posté par PAT44 le 17/07/2015 12:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Bretagne,
Oui je suis curieux, ai soif d'apprendre et de combler mes méconnaissances.
Je vous confirme ne pas être un expert sur le sujet d'où mon interrogation.
Merci pour votre franchise et les réponses détaillés que vous avez apportez.
Bonne fin de saison.
Bien à vous

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com