TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Alain Capestan : "En mettant la caution à 20%, on ne réduit pas le risque pour l'APST..."

L'interview du Président de Voyageurs du Monde


Rédigé par Dominique Gobert le Vendredi 14 Novembre 2014

La mise en place de la nouvelle garantie financière des opérateurs de voyages suscite bien des polémiques et de nombreuses interrogations. Alain Capestan, co-patron de Voyageurs du Monde, prend position sur le dossier et préconise une approche pragmatique.



Alain Capestan : "En mettant la caution à 20%, on ne réduit pas le risque pour l'APST..."
TourMaG.com - Que vous inspire cette décision concernant la nouvelle garantie financière des opérateurs de voyages ?

Alain Capestan : "Deux grands sujets dans la garantie financière : le doublement des taux qui viennent d'être imposés par l'arrêté du 29 octobre dernier. Second sujet, le mode de fonctionnement de l'APST.

Sur le premier sujet je trouve invraisemblable, pour ne pas dire plus, que l'on ait pu prendre une décision avec de telles conséquences sans que nos syndicats professionnels et l'APST en soient informés.

Je ne crois pas un instant que les informations selon lesquelles l'APST n'a pas été tenue au courant soient réelles. Je n'y crois pas une seconde...

Dans le monde des agences de voyages, il y a plein de monde qui fait de la production.

Un exemple: un AGV qui faisait pour 1 million de production et qu'il revendait lui-même, là où il avait 100.000€ de caution, il en a maintenant 200.000 !

Et tout est donc multiplié par 10 : un petit TO qui faisait 10 millions d'euros de production, va devoir aller chercher maintenant 2 millions de caution.

Tout ceci d'ici le 31 décembre prochain ! Pas de délai, pas de paliers, un diktat avec des conséquences très graves."

TourMaG.com - Comment vont faire ces gens-là ?

Alain Capestan: "S'ils ne peuvent pas fournir ces cautions, et qu'ils sont membres de l'APST que se passe-t-il ?

Cas N°1 pour un membre de l'APST : soit il était capable de fournir une caution de 10% comme c'était dans le passé (et l'on sait que ce n'est pas forcément vrai), le fait de réunir ces cautions a été un gros problème pour beaucoup, la matérialité des cautions n'ayant pas été vérifiée.

Et je ne vois pas comment ils le seront davantage avec 20% !

De plus, en mettant la caution à 20%, a-t-on réduit le risque pour l'APST ? Non. Dans la mesure où l'APST garantit la totalité des fonds déposés. On peut mettre ce que l'on veut, le risque reste le même.

La garantie sera parfois en dessous des taux, parfois à égalité, parfois nettement inférieure. Ça dépend des moments de l'année !

Donc il va falloir aller chercher un double de caution, avec le coût que cela représente. Et s'il ne trouve pas, quel va être le choix de l'APST ? Le mettre dehors, c’est-à-dire le condamner à la faillite.

Et pour l'APST c'est se condamner à payer les pots cassés d'une telle faillite. Et prendre une très lourde responsabilité. Donc l'APST ne le fera pas.

Pour le cas N°2, celui qui n'est pas à l'APST. Là, ça va plus vite. Si l'agent de voyage n'est pas capable de fournir sa caution, et que l'APST ne veut pas le prendre parce qu'elle considère que son risque est élevé, il n'aura d'autre choix que d'arrêter son activité.

C'est brutal dans la mesure où cet agent de voyage garantissait 10% de son activité ! Avec un taux qui, peut-être, convenait."

Pourquoi un taux unique?

TourmaG - Vous remettez en cause le mode de fonctionnement de l'APST ?

Alain Capestan : "Comment a été décidé qu'il fallait un taux de garantie de 10% ? La loi ne dit rien.

C'était 6% il y a quelques années, c'est 10 maintenant… et on nous le passe à 20% !

On était tellement mauvais dans l'appréciation du risque qu'on le hausse maintenant de 50% ? Pourquoi 10%? Pourquoi 20% ? Je ne sais pas.

En revanche, ce que je sais, c'est que le volant de trésorerie qu'il faut bloquer doit correspondre au montant des acomptes déposés par le client.

Ces acomptes ne doivent servir qu'à payer les fournisseurs et rien d'autre. Ils ne doivent pas être investis ailleurs.

Et pourquoi un taux unique, sachant que le marché est très varié ?

Vous avez des opérateurs de forfaits qui vendent à un mois du départ : les acomptes ne restent pas longtemps chez eux. Et pourtant, le montant de leur garantie, qui était de 10%, passe à 20% !

Vous avez en revanche des opérateurs qui vendent à un an du départ, qui gardent en caisse quelque 35% d'acomptes : ceux-là, c'est aussi 20% !

Or, on voit bien que chez l'opérateur qui a un cycle de vente ultra court, ce taux est bien trop élevé, tandis que chez l'autre, qui a un taux de vente ultra long, peut-être que le taux de 20% n'est pas assez élevé ou insuffisant !

Donc, sans discernement aucun, sans aucune étude de notre marché, sans que les syndicats professionnels aient fait partie des discussions, du moins le nôtre (Seto), on a créé un diktat dans un coin en balançant des taux qui doublent du jour au lendemain, mais sans plus d'éclairage que ça !

Ceci alors que les problèmes sont différents selon la nature des métiers."

Doubler la garantie en deux mois, ça n'a aucun sens!

Alain Capestan : "En mettant la caution à 20%, on ne réduit pas le risque pour l'APST..."
TourMaG.com - En clair, que préconisez-vous ?

Alain Capestan : "Sans complexifier à l'extrême, sans avoir 250 taux différents, on pourrait avoir une batterie de deux à trois taux qui tienne compte des typologies de métiers et de la durée de vie des acomptes clients.

Parce que de toute façon que se passera-t-il ? Il y aura beaucoup d'agences qui ne pourront pas fournir la caution à 20%. Ils n'auront pas la trésorerie qui va bien pour le faire. Donc, ça ne sert à rien.

En revanche, ça sert à doubler les revenus de l'APST. Mais, les revenus de l'APST, ce sont les charges de ses membres… qui doublent aussi ! Et on arrive à des montants qui vont juste être incompatibles avec la réalisation de notre métier.

Je ne dis pas qu'il ne fallait pas faire quelque chose pour améliorer les revenus de l'APST. Mais de là à doubler, il ne faut peut-être pas exagérer quand même.

TourMaG.com - Mais n'est-ce pas un moyen d'éliminer les membres douteux ?

Alain Capestan : En fait, que risque-t-il de se passer ? Les "bons" risquent de quitter l'APST, parce qu'ils trouveront des taux meilleurs ailleurs. Ceux qui n'ont pas le choix… resteront et paieront de plus en plus cher.

Mais ceux qui n'ont pas le choix, ce sont ceux qui, a priori, ont des comptes peu brillants. Et c'est à ceux-là que l'on va demander de payer plus cher ! En termes de risques, ce n'est pas complètement abscons et idiot, mais à un moment donné ils ne pourront plus.

Moi, je crois au système vertueux : on met en place un système avec des objectifs et on se donne les moyens d'y arriver. Faire un diktat de ce genre-là ne sert à rien.

Les structures qui sont à risque au sein de l'APST, si elles n'arrivaient déjà pas à fournir une caution à 10%, comment voulez-vous qu'elles parviennent à 20% ?

Conclusion, elles ne le fourniront pas et comme l'APST ne pourra pas les virer du jour au lendemain, sinon elle payera les pots cassés de la faillite, on restera dans le même système et on n'aura rien amélioré !

En revanche, et j'insiste lourdement, les revenus de l'APST vont doubler. Or, dans l'APST, le montant des cotisations représente 8 millions d'euros. Ce chiffre va donc passer à 16 millions... C'est considérable !

Et si j'ai bonne mémoire, il y a environ 2.5M€ de frais généraux à l'APST. Tout le reste peut être employé à payer les sinistres. Et si l'on fait les comptes, en déduisant les frais généraux, il va rester un sacré paquet dans les caisses.

C'est peut-être un peu beaucoup et je pense qu'ils ont pas fait dans la dentelle. Et ça commence à grogner...

Parce qu'il faut bien se poser la question : soit nos syndicats professionnels n'ont pas été tenus informés, ce qui n'est pas bien. Mais si le Snav a été tenu informé, c'est incompréhensible que l'on n'agisse pas avec plus de discernement. C'est invraisemblable.

Ou alors ils n'ont pas tout compris. Il est vrai que le problème est un peu technique…

Mais pour conclure, je note que c'est sur le profit, déjà très maigre des agents de voyages, que tout ceci va tomber. C'est vraiment une décision anormale et l'on aurait dû consulter la profession, puis aménager des délais.

Je ne conteste pas le fait de réaménager les taux, certains sont trop bas, d'autres trop hauts. Mais sans précipitation. Et surtout, on ne double pas en deux mois.

Ça n'a aucun sens !"

Lu 2300 fois

Tags : APST, Capestan, Snav
Notez


1.Posté par Cosentino Pierre le 14/11/2014 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Très bonne explication de texte.

J'espère que nos amis du SNAV auront compris l'impact d'une telle mesure.

Ils doivent retourner d'urgence au ministère pour suspendre cet arrêté et plus particulièrement le doublement à 20% de l’assiette de calcul de la garantie financière.

2.Posté par Mon Tour Motos le 14/11/2014 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut-être que le risque est aussi de voir apparaitre encore plus de comportement peu scrupuleux vis à vis du garant financier. Puisqu'il faut payer plus, certains en profiteront probablement pour essayer de récupérer leur mise....

3.Posté par Que faire le 14/11/2014 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sommes nous condamnés ?
Je n'arrive pas à comprendre comment l'on puisse imposer un tel changement en 2 mois ?
C'est impensable ?
Ce n'est pas possible de se retourner en si peu de temps
Pourquoi n'y a t il pas de délai plus long, un moratoire
A ce jour nous sommes incapables de fournir une garantie de ce montant
Que se passera t il au 01/01/2015 ?

4.Posté par Sirene le 14/11/2014 12:55 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que pensent les présidents des réseaux cediv, manor, selectour ?
Seul Tourcom a parlé !
Qu'est-ce qu'ils attendent pour s'exprimer et nous défendre ?

5.Posté par Fascinatus le 14/11/2014 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un billet constructif et réaliste.
Reste l'autre question de fond: pourquoi 200 000 € minimum tuant dans l’œuf les nouveaux projets?

6.Posté par Christian le 14/11/2014 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons pour "élus" des incompétents sans aucune vision et "imagination d'autre chose" que d'augmenter ceux qui paient ! ...

Je ne suis pas fumeur, mais "les taxes" sur le tabac favorisent de plus en plus l'approvisionnement à l'étranger ou sur "le marché noir" ...


A bon entendeur ! ...

Codialement

7.Posté par Fascinatus le 14/11/2014 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Christian

Je vous rejoins.
Nous ne sommes pas non plus dans la création d'un projet, pourtant je soutiens ceux qui le sont et qui se voient contraint de renoncer. Je pense que c'est tuer une profession que de l'enfermer sur ceux qui auraient déjà fait leur preuve.

Je préfère mille fois bosser avec des indépendants aux idées neuves, moins obtus, moins imbus et nettement plus clairvoyants!
Ces mêmes jeunes devront faire "autrement"; et cet autrement ne sera certainement pas bon.

Les idées nouvelles risquent maintenant de se concentrer sur le contournement... Quel gâchis pour tous!

8.Posté par une éniéme épicière du tourisme ... le 14/11/2014 21:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout à fait d'accord.
Et que connaît le Ministère de notre fonctionnement ??? une décision en dépit du bon sens.
En espérant que nous ne saurons pas des moutons de Panurge ....

9.Posté par Omerdalors le 15/11/2014 00:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assommer les entrepreneurs du tourisme n'est pas forcément une bonne stratégie.
Elever des barrières décourageante à l'innovation par des nouveaux acteurs sur ce marché n'est pas non plus une bonne stratégie.

Mais qui va bloquer 200K€ sur la table pour développer une affaire dans un secteur ou les marges ne sont pas du tout proportionnelles aux risques ?

L'APST cherche à être un régulateur du marché et ne veux plus de tous ces petits acteurs hétérogènes. Place à la concentration, aux grands groupes de tourisme ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com