TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Alitalia : la compagnie italienne vit-elle ses dernières heures ?

La compagnie a perdu 460 millions d'euros en 2016


Rédigé par Pierre Georges le Lundi 27 Février 2017

Une nouvelle grève, jeudi 23 février 2017, aura permis de mesurer l'ampleur de la crise que traverse Alitalia. Si ses syndicats se disent très préoccupés pour l'avenir de leur compagnie, sa direction s'apprête à tenter un énième plan de sauvetage.



AlItalia, encore soutenue par Etihad, son actionnaire à 49%, s'enfonce une fois de plus dans la crise et prévoit un plan de licenciements © DR Alitalia
AlItalia, encore soutenue par Etihad, son actionnaire à 49%, s'enfonce une fois de plus dans la crise et prévoit un plan de licenciements © DR Alitalia
Avis de tempête sur Alitalia.

Celle qui était autrefois la compagnie nationale italienne, et qui a été dans les années 1970 la troisième compagnie mondiale en termes de passagers, n'en finit pas de s'enfoncer dans la crise.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : entre 2008 et 2017, le nombre d'employés est passé de 20 000 à 12 000, la flotte de 200 à 122 appareils et le nombre de passagers transportés de 30 à 22 millions.

Et sur l'exercice 2016, la compagnie, pourtant détenu à 49% par Etihad Airways, qui la soutient depuis 2014, a connu des pertes colossales estimées à 460 millions d'euros.

En conséquence, la direction prévoit une fois de plus de supprimer des emplois pour se réorganiser.

Une compagnie à l'agonie ?

D'après ses syndicats, la compagnie vivrait ses dernières heures.

"Nous attendons depuis des mois que les actionnaires présentent un plan stratégique, alors même que les comptes se détériorent", explique Nino Cortorillo, secrétaire général du syndicat FILT CGIL, dans des propos rapportés à l'AFP. "Les employés sont très préoccupés".

"Le problème d'Alitalia est d'avoir une présence très faible sur le long-courrier et forte sur le court-courrier, là où la concurrence des low cost est très importante", explique Nino Cortorillo.

Jean-Louis Baroux, spécialiste du transport aérien, pointe de son côté, l'attitude du personnel. "Pendant les années glorieuses, l'arrogance et le comportement hautain des agents de la compagnie envers les clients étaient parfaitement notoires.

La conséquence a été un très faible attachement des passagers envers un transporteur qui les traitait de cette manière".


Avant de mettre en cause le problème du double hub de la compagnie, disposé entre Rome et Milan. "Aucune plateforme n'est suffisamment efficace et les charges sont, à l'évidence, plus importantes".

Une énième tentative

En 2008, puis en 2014, la compagnie italienne était déjà passée par deux phases de restructuration qui avaient débouché au total sur 9 000 licenciements.

Aujourd'hui, la situation paraît insurmontable et la presse italienne parle cette fois d'entre 1 000 et 3 000 licenciements.

Fait plus grave, les syndicats pointent de graves entraves au code du travail, au sujet des durées du travail ou des rémunérations. "Un fait sans précédent dans notre pays et d'une gravité absolue", d'après le FILT CGIL.

De son côté, la direction d'Alitalia, en la personne de Cramer Ball, son P-DG, veut croire à un nouveau sauvetage : "il est urgent de repenser l'offre, son organisation, et sa structure sur le court et moyen-courrier". Ce dernier planche depuis plusieurs semaines sur un énième plan censé sauver la compagnie.

Promis pour début février, cette nouvelle stratégie devrait être présentée aux actionnaires et aux salariés la première semaine de mars.

D'ores et déjà, la compagnie a promis qu'il y aurait des "changements radicaux" : outre la suppression de milliers d'emplois, on parle de réductions de coûts par une baisse de 20% des rémunérations et d'une ré-évaluation des accords commerciaux.

Lu 3075 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 11:50 Ryanair plie sous les contestations de ses pilotes


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92



















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com