Loading


Birmanie : à partir de quand une dictature devient-elle fréquentable et... bankable ?

Les prix vont augmenter de 30 à 40% l'hiver prochain


La récente ouverture politique de la Birmanie a fait grimper les ventes de séjours chez les TO. Un engouement sans précédent qui pose déjà des problèmes d’engorgement pour les hébergements.



Même si la Birmanie a montré des signes d’ouverture politique, elle est encore bien loin de la démocratie. Mais pour Emmanuel Foiry (Kuoni) « le tourisme n'a jamais fait tomber les dictatures. Ce n'est d'ailleurs pas sa fonction...»./photo JDL
Même si la Birmanie a montré des signes d’ouverture politique, elle est encore bien loin de la démocratie. Mais pour Emmanuel Foiry (Kuoni) « le tourisme n'a jamais fait tomber les dictatures. Ce n'est d'ailleurs pas sa fonction...»./photo JDL
En Birmanie, l’ouverture politique semble donner des ailes aux séjours touristiques.

Après la libération de l’opposante Aung San Suu Kyi en novembre 2010 et les signes d’assouplissement du régime, le pays semble redevenir fréquentable aux yeux des voyageurs.

Les ventes progressent ainsi chez de nombreux TO : elles ont été multipliées par quatre chez Ikhar, par deux chez Voyageurs du Monde.

Chez Asia les réservations à la fin de janvier ont grimpé de 25%. Enfin au CETO, le pays est en progression de 44%, en partie grâce aux nouveaux opérateurs qui se lancent sur la destination.

Cet engouement pose déjà des problèmes d’encombrement à l’ambassade pour délivrer des visas. Sur place le manque d’hébergements se fait jour après jour un peu plus flagrant.

Le pays manque tellement d’infrastructures hôtelières qu’il faut désormais patienter près de 3 à 5 mois chez VDM avant de pouvoir partir.

Conséquence de cette pénurie, les tarifs risquent de s’envoler de 30 à 40% l’hiver prochain. « Les hôteliers en profitent et les prix flambent » déplore Bruno Roucou, le directeur Asie du Sud-Est chez VDM.

Lors du forum économique mondial de Davos en janvier dernier, auquel participait la Birmanie, les PDG des groupes Starwood et Marriott ont manifesté leur intérêt de s’implanter sur place.

Mais il faudra du temps. « Les autorités vont devoir investir » assure Antoine Paucot le directeur d’Ikhar.

L’implication du gouvernement pose problème

L’implication du gouvernement dans le secteur touristique : voilà justement ce qui pose problème. Les voyageurs n’ayant aucune envie de subventionner un régime militaire qui bafoue depuis des années les droits de l’Homme.

Même si la Birmanie a montré des signes d’ouverture politique, elle est encore bien loin de la démocratie. « Le système économique n’a pas changé.

Il est toujours aux mains des militaires
» précise Marie Battini qui travaille pour l’association de défense des droits de l’homme Info Birmanie.

Entre 20 et 50% du territoire reste interdit aux touristes, officiellement pour des raisons de sécurité. «Déplacement de population et travail forcé, c’est dans ces zones non autorisées que se déroulent les pires horreurs, sans aucun témoin » se désole Marie Battini.

Le parcours classique du voyageur, entre superbes pagodes dorées et le lac Inlé, reste donc dans une bulle. Mais l’éternel sourire des Birmans cache parfois une terrible réalité.

Pour éviter au maximum de remplir les poches des militaires, les associations conseillent de choisir des petites structures d’hébergement.

Une solution prônée depuis longtemps par Terre Birmane, spécialisé depuis 20 ans. « Il faut pratiquer les activités touristiques avec discernement » avance Christophe Sentuc, le directeur.

D’autres estiment au contraire que le tourisme est une chance pour la Birmanie. «Il est plus facile de bafouer les droits de l’homme dans un pays totalement fermé que dans une destination ouverte aux voyageurs » assure Olivier Chiffert, le directeur de la production d’Asia.

A partir de quand une dictature est-elle fréquentable ? Une question délicate à laquelle les professionnels ne veulent pas donner de réponse.

Car comme l’expliquait Emmanuel Foiry le patron de Kuoni au journal La Croix : «le tourisme n'a jamais fait tomber les dictatures. Ce n'est d'ailleurs pas sa fonction».

Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Jeudi 1 Mars 2012
Lu 2945 fois
Notez



1.Posté par Vincent Raisiere le 01/03/2012 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Loin des avis des "démocrates de salon", lors de nombreux voyages en Birmanie, privés et professionnels, je n'ai jamais rencontré un birman qui me dise "surtout ne venez pas chez nous, vous soutenez la junte". Si du jour au lendemain, nous arrêtons de vendre la Birmanie, ce sont des centaines de personnes qui se retrouvent sans travail et sans possibilité de faire vivre leur famille, dans un pays où 60%de la population vit sous le seuil de pauvreté. Jusqu'il y a peu, les voyageurs étrangers étaient leur seul lien à l'extérieur. Croire que le fait de ne pas aller en Birmanie, sous un régime qui a choisi volontairement l'isolationnisme pendant des années va changer quoi que ce soit relève de la naïveté. Un choix intelligent d'hébergements peut effectivement éviter que son argent aille directement dans la poche des militaires mais ne nous leurrons pas, quiconque opère un business en Birmanie paie d'une manière ou d'une autre son dû au pouvoir, mais ce qu'il faut surtout voir c'est qu'une partie de ces sommes va à la population qui en a bien besoin.
Jusqu'au PrIntemps arabe, il ne me semble pas que beaucoup se soient interrogés sur la pertinence de séjours bon marché en Tunisie, pays ou les droits de l'homme et la presse étaient bafoués depuis des 10aines d'années.....Hypocrisie quand tu nous tient!

2.Posté par Johann Chabert le 01/03/2012 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aung San Suu Kyi, qui avait appelé au boycott du tourisme en 1996, prône désormais un tourisme intelligent. Voyager dans de petites structures, préférer le bus plutôt que l'avion, acheter dans la rue... Autant de gestes qui favorisent la population.
L'hébergement va être un réel problème sous peu, car même les hébergements les plus bas de gamme sont pris d'assaut. Et les prix qui grimpent en flèche sont loin d'être en rapport avec la qualité, surtout que beaucoup de voyageurs comparent avec les pays voisins, dont la Thaïlande, qui ne joue pas dans la même cour.
On peut d'une part espérer l'arrivée de la concurrence pour faire baisser les prix, tout en priant pour que la Birmanie ne cède pas à la tentation d'un tourisme de masse débridé, mais gère tout cela avec intelligence.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >













BAROMETRE EMPLOI



eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.