Loading


Corsair monte en gamme mais se prépare à une guerre tarifaire avec XL Airways

Un objectif de remplissage de 87%


Pas d’antagonisme entre le service et les prix. Corsair continue à améliorer son produit selon la stratégie établie par Pascal de Izaguirre mais la compagnie « restera compétitive sur les prix » avec un objectif de remplissage de 87%.



Pascal de Izaguirre ne croit pas au charter, ni au low cost long courrier  - DR : G.B.
Pascal de Izaguirre ne croit pas au charter, ni au low cost long courrier - DR : G.B.
Dans le viseur de Pascal de Izaguirre, il y a XL Airways : « Je ne crois pas au charter et je ne crois pas non plus au low cost long courrier », assène le Pdg de TUI France et de la compagnie Corsair.

Une pierre dans le jardin de son nouveau concurrent XL Airways qui vient justement d’annoncer des vols réguliers low cost vers les Antilles depuis Paris et vers la Réunion depuis Marseille.

C’est que le challenger dérange et sème un peu la pagaille dans un marché qui peine à renouer avec la reprise.

Le patron de Corsair reconnaît que le risque de surcapacité est réel alors que Corsair et Air Caraïbes se sont entendues pour justement réguler les baisses de remplissage.

La compagnie pourra-t-elle s’aligner sur les tarifs de XL Airways ?

Premier objectif : une "dédensification" de l’offre en sièges - DR
Premier objectif : une "dédensification" de l’offre en sièges - DR
Ainsi sur la période traditionnellement creuse des mois de mai et juin, Corsair a annulé 19 rotations et reprotégé les passagers sur ceux d’Air Caraïbes tandis que cette dernière aurait fait la même chose avec une dizaine de ses rotations.

Au moment où Corsair monte en gamme son service à bord, tout en gardant des B-747 gourmands en carburant, pourra-t-elle du même coup s’aligner sur les tarifs hyper compétitifs promis par XL Airways comme Pascal de Izaguirre affirme en avoir l'intention ?

Entre les investissements nécessaires à la montée en gamme du produit et le retour à l’équilibre des comptes prévu à la fin de l’exercice prochain, octobre 2013/septembre 2014, la voie est étroite.

Pour l’heure, les actionnaires britanniques ont approuvé cette stratégie de montée en gamme avec, à la clé, une recapitalisation de 300 millions d’euros dont la plus grande partie sera utilisée pour combler les pertes déjà accumulées.

Une injection de 210 millions d’euros a été effectuée en mai dernier et 36 millions ont été tout de suite attribués à la modernisation du produit dont le premier objectif est une« dédensification » de l’offre en sièges.

Un premier A 330-200 reconfiguré

Corsair monte en gamme mais se prépare à une guerre tarifaire avec XL Airways
Le nombre de sièges éco passe ainsi de 582 à 533 sièges pour les trois B-747 qui restent dans la flotte et celui des A 330 passe de 323 à 304 sièges.

Ce gain d’espace permet non seulement d’en rajouter entre les rangées des sièges Eco mais surtout d’augmenter l’espace Grand Large qui passe du même coup à 36 sièges pour les 747 et à 26 sièges pour les Airbus.

Le premier A 330-200 reconfiguré vient de sortir des ateliers d’Air France et, de fait, les passagers des vols Antilles ne manqueront pas de remarquer que le produit n’a aucune comparaison avec les « bétaillères » du passé.

La compagnie a également rajeuni le système de divertissement avec un écran par siège, le choix entre vingt films, des audiobooks et bientôt les éditions en ligne de quelques quotidiens.

De quoi donner aux « congés bonifiés » dont Corsair a remporté la plus grande partie des appels d’offres cette année, des envies d’y revenir. Après tout, c’est le but de la manœuvre…

Rédigé par Geneviève BIEGANOWSKI le Lundi 16 Juillet 2012
Lu 5078 fois
Notez



1.Posté par Gilles le 17/07/2012 09:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Ne serait-il pas une erreur pour Corsair d'enterrer trop vite les Boeing 747, cet avion peut être beaucoup plus utile à l’avenir qu’on peut le croire.

Corsair pourrait commander des Boeing 747-8 pour remplacer les 747-400 afin de les exploiter sur les liaisons au départ de Paris/Orly vers les Antilles et la Réunion, 4 à 5 exemplaires devraient être suffisants.

Avec le 747-8 on aurait la même capacité que son ainé, 585 passagers mais en dé densifié. On en opère un par jour pas plus, cela éviterait un surplus de fréquences en A330-200 et A330-300 alors que ce dernier est trop petit pour le nombre de voyageurs sur ces lignes correspondant au million de voyageurs annuel.

A méditer

Cordialement

2.Posté par Harmattan le 17/07/2012 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je ne sais pas si le modèle économique du charter ou du low cost long courrier est viable, mais XL Airways a su sur New York, Las Vegas, San Francisco et la république Domincaine prouver qu'elle savait opérer de manière viable des lignes fortement concurencées.
Je crois que Corsair n'a pas encore réussi ce pari, ligne Miami fermée, pertes record... Cette compagnie a-t'elle encore sa place face à des Air France qui se positionne sur le segment de la qualité et XL Airways sur le segment du low cost.

3.Posté par FMC le 17/07/2012 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et si plutôt que d'avoir x compagnies françaises qui se battent un peu partout il y en avait un peu moins, un pleu plus grosses, amortissant mieux ainsi leurs charges fixes ???

4 compagnies françaises désormais sur chacun des TOM, n'est-ce pas au moins une de trop. Comme c'est bien évoqué dans cet article "...challenger dérange et sème un peu la pagaille...". Que XL veuille grossir OK, mais n'est-il pas temps que de vrais liens se tissent entre l'une ou l'autre de ces compagnies ? Quid de rapprochements entre Corsair (reprenant alors son indépendance de TUI) avec Air Austral et/ou Air Caraïbes ? ou pourquoi pas avec XL ?

Pourquoi pas également ouvrir d'autres destinations et amener vers les Antilles d'autres passagers que les seuls Français de métropole ? On se plairait à rêver de voir nos cousins québécois arriver en Guadeloupe, Martinique, ... plutôt qu'au Mexique ou en Ré. Dominicaine. Enfin pour cela il faudrait une véritable offre hôtelière, mais c'est une autre histoire.

Quant aux appareils, même si le 747-8 pourrait s'avérer effectivement pertinent, sans parler du 777 aujourd'hui dispo., encore faudrait-il que Corsairfly ait les moyens d'investir... C'est donc une spirale infernale qui s'installe : pas les moyens d'aller vers des avions plus économes et adaptés, donc prix du billet plus élevé. Aïe, aïe, aïe !

Faut d'ajustement rapide plutôt que des ouvertures chacun dans son coin - et on ne parlera pas d'entente -, tout le monde finira à genou et le pavillon français disparaîtra.

4.Posté par Clement le 17/07/2012 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le positionnement de Corsair est trés pertinent,le nouvel A330 est vraiment magnifique..

Celà fait du bien d'un peu d'innovation.
Un nouvel AOM, je n'y crois pas trop... même si l'idée est pertinente

message a FMC : c'est clair, c'est également au pouvoir publique de vouloir sauvegarder le pavillon France.

5.Posté par seb le 17/07/2012 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Comparer une ligne très saisonnière Antilles avec New York c'est assez périlleux, effectivement positionner un 4ème opérateur quand les 3 ont affiché des pertes cette année ... bref on sait bien qu'XL ne sait plus ou positionner ses avions mais je pense qu'il y aurait mieux à faire car Mayotte, Marseille , Paris Antilles low fare , cela n'est pas vraiment une innovation et d'autres s'y sont déjà cassés les dents... Ne parlons d'AIR ASIA Express qui n'a pas fait long feu en low cost long courrier . Bonne chance à XL mais afficher 30% d'écart tarifaire sur les Antilles c'est une équation économique impossible en long courrier car le cout d'escale ne pèse pas 30% comme dans le Moyen Courrier , et comme tout le monde paye a peu près le même prix son carburant et que les avions ne sont si faciles à remplir... Bon courage à nouveau !!

6.Posté par Jean le 19/07/2012 06:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'ENA, cette grande école qui mine la France...
La force d'XL réside dans la motivation et l'implication de son personnel.
La stratégie de la montée en gamme est à contre-courant de la période économique actuelle et il est aisé de donner des leçons lorsque l'on a derrière soit un actionnaire qui est prêt à perdre des millions d'Euro chaque année pour combler les pertes abyssales et autres plans sociaux récurrents.
La levée de bouclier générale contre XL pourrait être symptomatique d' une forme de collusion entre les compagnies en place...
Il est à remarquer que deux des trois dirigeants des compagnies pré-citées viennent d'AF.
Enfin, XL est la seule compagnie profitable quoi qu'en disent les donneurs de leçons qui n'ont rien prouvé de leur réelle et possible compétence pour le moment.
Il faut quand même noter à la charge d'XL qu'elle n'est pas encore tout à fait low cost en terme de structure administrative (grande plaie Française) et celà ne serait probablement pas contredit par l'actuel PDG de Corsair...
Pour rester complètement impartial, le positionnement d'XL sur les Antilles ressemble plus à une réaction épidermique à une attaque de Corsair et Air Caraïbes sur la Rep DOM qu'à une réelle stratégie de développement.
La cour maternelle des "grands" en quelque sorte et les victimes collatérales restent encore et toujours ceux que l'on appelle les "collaborateurs".

Jean

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






Club AGV Premium










eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.