Loading


Corse : le sort de la DSP maritime fixé le 26 juillet prochain ?

Uniquement pour les cargos mixtes ?


Le maintien ou non de l'actuelle délégation de service public (DSP) sur le transport maritime entre six ports corses (Ajaccio, Bastia, Porto Vecchio, Propriano et les deux ports de Balagne) et Marseille est semblable à un feuilleton aux perpétuels rebondissements...



Attribuée à la SNCM et la CMN jusqu'au 31 décembre 2013, la suspension de l'actuelle délégation de service public (DSP) au 31 août 2012 a été annoncée par la cour administrative d'appel de Marseille, le 7 novembre 2011.

Une décision initiée par le recours en justice de la compagnie concurrente, Corsica Ferries.

Pourtant, le 2 juillet 2012, le Rapporteur Public a demandé le rejet de l’arrêt de la Cour d’Appel de Marseille devant la section du contentieux du Conseil d’Etat et donc le maintien de l’actuelle DSP en état, jusqu’en décembre 2013.

Les conclusions devraient être connues sous deux semaines, selon France3 Corse .

Dès lors et en attendant qu'une nouvelle DSP soit définie et attribuée, une convention provisoire (de septembre 2012 à fin 2013) devrait être mise en place par l’Office des Transports de la Corse, et probablement toujours assurée par la SNCM, mais sans subventions.

Mais la prochaine date importante reste celle du 26 juillet 2012, où les conseillers de la Collectivité Territoriale de Corse doivent voter sur le devenir de la DSP. En effet, réunis en assemblée générale les 5 et 6 juillet, ils ont simplement débattu sur la question.

Une nouvelle DSP uniquement pour les cargos mixtes ?

Mais Corsica Ferries ne compte pas s'arrêter là. Depuis le début des années 2000, la compagnie de ferries a déjà déposé plusieurs recours pour contester l'attribution de la DSP.

Le dernier, en date du 27 juin 2012, qui remet en doute les compensations reçues par la SNCM et la CMN sur la liaison maritime Marseille-Corse a été déposé auprès de la Commission Européenne. L'enquête se penchera également sur la nécessite d'une telle DSP.

Une façon pour Pierre Mattéi, DG de Corsica Ferries de dénoncer « la pression qu'exerce la SNCM sur la collectivité territoriale Corse, cette éternelle menace de chômage social ».

Quant à la future DSP en 2014, dont l'extension sur Toulon a été évoquée, « elle aurait un effet couperet pour les autres compagnies, précise Pierre Mattéi. En effet, tout est fait pour que nous ne puissions pas concourir au prochain appel d'offres, qui exige de positionner 8 navires d'un coup sur Marseille. »

Quant aux propos des responsables de la SNCM parus dans Corse Matin le 26 juin, qui évoquent qu'« à Marseille, il y a deux compagnies. Pourquoi n’en n’aurait il pas deux à Toulon ? » , le DG de Corsica Ferries « ne peut pas croire à une sornette pareille ».

Pourtant, comme le souligne France 3 Corse, « juridiquement, la présence d’une compagnie subventionnée, sous le régime de la DSP, n’interdit pas à une autre compagnie de naviguer sur les mêmes lignes, sans subventions.

En d’autres termes, la Corsica Ferries France pourrait naviguer entre Marseille et la Corse et la SNCM entre Toulon et la Corse. 
», rappelant qu'à ses débuts, en 1996, la Corsica Ferries assurait des rotations entre Nice et la Corse alors le port était placé sous le régime d’une DSP.

Alors qu'il est quasiment certain que le projet d’extension de la DSP vers Toulon ne concerne que le fret, selon les propos du président de l’OTC, Paul Marie Bartoli, le 5 Juillet sur France 3 Corse, la nouvelle DSP « a de fortes chances d’être réduite à un service de cargos mixtes », faute de financement.

Feuilleton à suivre...

Rédigé par A.B. le Vendredi 6 Juillet 2012
Lu 1241 fois
Notez



1.Posté par Marinaio le 07/07/2012 23:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'argument juridique avancé par France 3 est bien mince face à l'argument économique : qui pourrait imaginer que la corsica ferries pourrait, aujourd'hui, naviguer sans subvention entre toulon et la corse face à une sncm qui toucherait, elle, des subsides pour le faire ? Ce n'est pas pour rien qu'il n'y a aujourd'hui aucune autre compagnie entre marseille et la corse face aux codélégataires du service public sncm et cmn qui touchent à elles deux plus de 100 millions d'euros par an sur ces lignes. Qui pourrait tenir face à cela ? La situation était bien différente sur nice en 1996 où la corsica ferries pouvait alors faire naviguer un petit ngv à l'époque où le carburant ne coûtait pas si cher qu'aujourd'hui...

Quant à l'argument qui consiste à minimiser l'impact de la DSP sur toulon au motif qu'elle "serait réduite à des cargos mixtes", rappelons que les navires mixtes en question envisagés par la sncm transporteraient pas moins de 1500 passagers par voyage ce qui est loin d'être négigeable et qu'ils navigueraient aussi de jour a annoncé M.Dufour (comme le font les mega express de la corsica ferries), c'est donc bien aussi le trafic passagers qui est recherché, quoiqu'on dise ici ou là, car les remorques ne voyagent quasiment que de nuit quant à elles...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Juillet 2014 - 17:46 Air Seychelles redéploie ses ailes avec Etihad







Club AGV Premium










eBook


CHRONIQUES EXPERTS
Aérien   La life de Léa   Chronique David Sprecher
Emmanuelle llop   Christian Orofino   Sicsic
Rosales   MYL Sabords   Weill
Baux   Hardin   Michel Messager

EXPERTISE METIER
Annuaire Formations
Boostez vos ventes
Fiches Métier
RH Stories





Contact   Publicité   La Presse en parle   Plan du site

Le groupe TourMaG.com publie également TourMaGazine.fr, 1er quotidien du voyage et des loisirs; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyage et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.