TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





DGAC : les compagnies à l'origine de 31 % des retards de plus de 15 minutes

Observatoire des retards du transport aérien 2011


Rédigé par La Rédaction le Jeudi 14 Février 2013

La DGAC publie le bilan 2011 de son Observatoire des retards du transport aérien. On y apprend notamment que les compagnies aériennes seraient la première cause de retards des avions dans les aéroports français.



Selon le bilan annuel 2011 de l'Observatoire des retards du transport aérien, les compagnies aériennes sont à l'origine des causes qui poussent un avion à décoller au moins 15 minutes après l'horaire prévu, dans 31 % des cas.

Viennent ensuite l'enchaînement des rotations (27 %), les passagers (14 %), les aéroports et les services de sûreté (12 %), la navigation aérienne (11 %) et les conditions météorologiques (5 %).

Le bulletin révèle par ailleurs que la part des liaisons retardées de plus de 15 minutes est passée de 35 % en 2000 à 27 % en 2011. Le taux le plus faible était constaté en 2009 avec seulement 24 %.

Quant à la durée moyenne des retards, elle affiche une certaine stabilité au cours des 10 dernières années. Elle se situe aux alentours de 40 minutes. Avec un point culminant à 44 minutes enregistré en 2003.

La publication propose également un comparatif des taux de départs en retards des plateformes de l'Hexagone. Le plus mauvais élève en la matière se trouve être Roissy-Charles de Gaulle (CDG) avec environ 35 % de départs retardés de plus de 15 minutes en 2011.

Paris-Orly et Nice affichent un taux de 28 %, Lyon, Marseille, Toulouse et Bâle-Mulhouse environ 20 % et Bordeaux, premier de la classe avec seulement 15 %.


Lu 1105 fois

Notez


1.Posté par Gilles le 14/02/2013 19:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

Ce n’est pas étonnant cette amplification des retards dans les aéroports et l’espace aérien français et même européens depuis plus de vingt ans, et l’une des explications n’est pas à négliger dans ce qui se passe aujourd’hui et qui se passera demain si on n’en prend pas acte.

La stratégie des dirigeants des grandes compagnies aériennes depuis 30 ans aux Etats Unis et depuis 20 ans en Europe c’est de développer une politique de « navettisation » du transport aérien : privilégier des avions les plus petits possibles et plus nombreux pour avoir un maximum de fréquences possibles par liaisons pour des préacheminements inutiles, et surtout pour satisfaire l’appétit démesuré des hommes d’affaires dont beaucoup sont adeptes de l’obsolescence programmée.

C’est un concept et que l’on a trop tendance à considérer comme étant la solution miracle soi-disant pour des questions de rentabilités à court terme, avec des raisonnement de boutiquiers, mais qui risque d'aller droit dans le mur avec une paralysie totale du transport aérien, comme c’est le cas de la France, car ceux qui l’organisent pensent trop à court terme, c’est une véritable fuite en avant.

Il est temps de cesser de croire que la « navettisation » du transport aérien soit la solution pour répondre à l'accroissement du trafic aérien. L'espace aérien est tout sauf infini. Il faut réintroduire davantage de gros porteurs, y compris sur les lignes sur les courts courriers, mais pas n’importe comment, sur des liaisons entre 200000 et 500000 voyageurs on mettrait des avions de 250 à 400 passagers ((A330, B777, B787), et sur les liaisons supérieures à 500 000 voyageurs annuels on mettrait des avions supérieurs à 400 passagers (B747 et A380). Les avions régionaux devraient être opérés uniquement sur des lignes à capacités passagères inférieures à 100 000 voyageurs annuels, et les monocouloirs (A320, B737) sur des liaisons entre 100000 et 200000 voyageurs annuels.
Par exemple sur le réseau court et moyen courrier, Air France pourrait réintroduire des A330-300 et B777-300, surtout au départ de Paris, mais pas seulement.
Il y a même un projet de la part d’Airbus qui envisage de concevoir un A380 régional conçu pour les courts et moyen-courriers que les compagnies aériennes européennes ne pourront plus ignorer pendant longtemps. Un article dans le site web Skywatchers.fr fait allusion à ce projet.
L’A380 se déclinera bientôt en 2 nouvelles versions, écrit par Eytan, Vendredi 25 Mai 2012, Skywatchers
http://skywatchers.fr/2012/05/la380-se-declinera-bientot-en-2-nouvelles-versions/2726

Toutes ces mesures permettraient de réduire drastiquement le nombre de fréquences dont beaucoup sont inutiles afin de fluidifier le trafic aérien et surtout de réduire les pertes financières que connaissent nombreuses compagnies aériennes.

« Il est plus économique et plus efficace pour une compagnie aérienne d’exploiter un seul gros porteur au lieu de plusieurs petits avions, ce qui était la motivation initiale derrière le vénérable 747 de Boeing. » Evan Ackerman, du site-web DVICE, Jeudi 19 Juillet 2012
http://dvice.com/archives/2012/07/patent-shows-ev.php

A Méditer

Cordialement

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com