TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Départs : la France est-elle la grande gagnante de la crise au Moyen Orient ?

les Français seraient nombreux à rester...


Rédigé par Laury-Anne CHOLEZ le Mercredi 6 Avril 2011

Des séjours en France pour un budget limité : voici les prévisions des dernières études concernant les vacances d'été des Français. Mais cela correspond-t-il vraiment à la réalité du marché ? TourMaG.com a enquêté sur l'état des réservations chez les acteurs du secteur.



Départs : la France est-elle la grande gagnante de la crise au Moyen Orient ?
Un pouvoir d'achat en berne, une situation géo-politique inquiétante, le douloureux souvenir du volcan islandais : tous ces évènements incitent les Français à la prudence.

Voulant jouer la carte de la sécurité pour leurs vacances d'été, ils seraient nombreux à rester dans l'Hexagone. Une tendance confirmée par les professionnels interrogés.

Ainsi, les réservations pour l'été sont en hausse de 137% chez Déclic France, en avance de 35% pour La France du Nord au Sud, en progression de 4,5% chez Odalys.

Le chiffre d'affaires de Lagrange progresse 14% et le nombre de semaines réservées de 17%.

« Les gens réservent plus tôt que l'année dernière car ils ont un budget précis et veulent être sûr de pouvoir partir et avoir de la visibilité » estime Line Baudu directrice générale de Lagrange.

Budget en baisse ?

D'après le cabinet d'étude Protourisme, le budget moyen consacré aux vacances devrait se replier de 7,2%. Une estimation qui, pour l'instant, ne correspond pas à la réalité.

Chez Leclerc Voyages, le panier moyen (autour de 750€) reste stable, tout comme chez Odalys.

Parfois, il est même supérieur à l'an dernier, en hausse de 5% chez Déclic France et La France du Nord au Sud. Une belle surprise selon Germain Lelarge, le directeur.

« Comme les réservations sont en avance, il y a moins de promotions. Les opérateurs ont compris les nouvelles manières de consommer et ne s'affolent plus concernant les ventes de dernière minute » explique-t-il.

Partir moins loin

Coté destinations, la côte Atlantique, favorisée par une avant-saison très douce, est en progression de 6% chez Odalys.

« Avec les coûts de l'essence, les vacanciers vont moins loin. Au lieu de traverser tout le pays, il réserveront plutôt à 250 ou 300km de chez eux » explique Raphaël Sallerin, le directeur des relations publiques. Même constat chez Déclic France, où la côte ouest est en augmentation de 20 à 35%.

La montagne n'est pas en reste, appréciée pour le bon rapport qualité prix de ses produits, mais aussi la diversité de ses activités.

« Il semble en effet que cette année, les vacanciers ne veulent pas bronzer idiot ! » s'exclame Line Baudu, DG de Lagrange.

A la recherche d'occupations, ils se tournent donc vers les clubs de vacances. Une tendance qu'a parfaitement anticipé Declic France, avec la mise en ligne d'une page web dédiée à ce type de produits.

Camping gagnant

Si les clubs sont très demandés, l'hôtellerie de plein air devrait également cartonner cet été. Odalys qui commercialise 36 terrains de mobil-home sous la marque Vitalys, est en hausse de 12%.

Dans la grande distribution, Leclerc Voyages a relancé son opération de vente de mobil-home, qui a déjà dépassé les 12 500 dossiers pour Pâques, mai et juin, soit 15 à 20% de plus que l'an dernier.

Camping toujours sur la France du Nord au Sud, qui progresse de 45%, grâce à l'accroissement de son offre qui recense aujourd'hui 1000 unités. Pourtant, le camping n'est pas toujours un produit bon marché.

Chez Lagrange, on estime qu'il a souffert de la crise et que ce n'est pas forcément bon marché. En effet, le panier moyen pour un séjour en mobil-home en plein été peu atteindre les 1600€ la semaine dans la brochure.

Mais camping ou pas, c'est le moment où jamais pour valoriser la diversité de l'offre française. Pour Germain Lelarge, elle est immanquablement amenée à se développer car « il n'y a pas de risques climatiques ou politiques ».

Cependant, le pays doit attirer par la qualité de ses produits, pour ne pas devenir une destination par défaut.

«Il faut innover et ne pas compter sur le malheur des autres pour gagner des parts de marché » estime Line Baudu.

Lu 7100 fois

Notez


1.Posté par Danielle Bonnet le 07/04/2011 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Facebook

2.Posté par DIDIER ARINO le 07/04/2011 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame,

Vous indiquez dans votre article que les chiffres présentés par PROTOURISME, je vous cite "ne correspondent pas pour l'instant à la réalité". De quelle réalité parlez-vous? Sur quoi porte votre affirmation?. Avez-vous cherché à comprendre ce chiffre qui est une moyenne? Avez-vous pris la peine de vous faire expliquer cet apparent paradoxe que moins de Français partiront mais que les partants à CSP+ qui sont les moteurs de la croissance du tourisme marchand eux partiront plus et avec un budget supérieur à l'an dernier. 3 millions de Français de plus n'envisagent pas de prendre des vacances cette année. Il vous suffit de taper Protourisme dans GOOGLE ACTUALITES, pour lire les articles et écouter les interview sur EUROPE 1, RTL qui vous donneront une vision plus précise de l'état du tourisme hexagonal. Parmi les partants 51% des Français en long séjour et 66% au moins une nuit. "Il y a une FRANCE à deux vitesses avec des CSP+ (dont 33%ont unbudget en hausse et seulement 7%en baisse) QUI PARTENT PLUS 5 fois en moyenne contre 3,7 l'an dernier,31 jours en moyenne contre 30 l'an dernier, et avec un budget moyen de 4955€ à l'année par foyer. Les CSP- ( 24% en baisse contre 15% en hausse) eux partiront 3,3 fois pour 17 jours en court et long séjour pour un budget annuel du foyer de 1300€ à l'année . D'après vous en France y-a-t il plus de CSP+ ou de CSP-?
Par conséquent que ODALYS, BELAMBRA, VILLAGE CLUB DU SOLEIL, LES CASTELS CAMPINGS, VACANCIEL aient une meilleure fréquentation et de meilleures réservations est logique...ils touchent de plus en plus les multipartants à plus fort budget vacances et de moins en moins les employés, ouvriers et autres CSP-. Les CSP- partent de moins en moins et essentiellement en été et ils privilégient l'hébergement non marchand. C'est pour cela que nous conseillons à nos clients de monter en gamme et de privilégier le bon rapport QUALITE/PRIX afin de capter les 8% de nos concitoyens qui pèsent plus de 40% de la consommation touristique en hébergement marchand. CQFD. Le journaliste suppose à minima de chercher l'info à la source et non pas d'extrapoler de façon trop rapide. Vos confrères pourtant pas tous spécialistes du tourisme le font bien...TF1, France Télévision, BFM, EUROPE 1, RTL alors pourquoi pas vous? Touristiquement vôtre. Didier ARINO.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com