TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e
Loading





Desserte Corse : la ''galère'' fait eau de toutes parts...

quelle marge de manoeuvre pour l'Etat dans l'appel d’offres ?


Rédigé par Jean DA LUZ le Lundi 23 Octobre 2006

C’est ce lundi que le Tribunal administratif de Bastia devrait statuer sur la validité de l’Appel d’Offres de la Collectivité territoriale pour la desserte maritime de la Corse au départ de la métropole phocéenne. Ceci avant l’attribution, fin novembre, de ce marché. Mais la suspicion et les procès à répétition jettent le discrédit, compte tenu des enjeux, sur la procédure et la sérénité des débats.



Sans vouloir préjuger de l’indépendance de la juridiction de Bastia que la position de l’Etat et son rôle d’actionnaire rendend intenable, quelle est exactement sa marge de manœuvre ?
Etroite, pardi !

Difficile de croire que les pouvoirs publics, compte tenu des enjeux n’ont pas tenté, d’une manière ou d’une autre, de peser sur la décision. En effet, rappelons que le Gouvernement pour se sortir du véritable « guêpier » qu’était devenue la Sncm, avait dû donner des gages aux repreneurs potentiels, Véolia Transports et Butler Capital Partners.

De quoi s’agit-il ? D’une broutille de 90 millions d’euros, montant de la subvention annuellle attribuée pour la compagnie qui remportera l’appel d’offres pour la desserte de l’Ile de Beauté au départ de Marseille. Soit au total la coquette somme de 540 millions d'euros pour la période 2007-2012.

Une manne qui a de quoi attiser les convoitises des différents prétendants (*) à ce juteux marché. Et cela explique notamment que les deux nouveaux actionnaires de la Sncm aient décidé d’en faire une condition de reprise de l’entreprise en difficulté.

Véolia et Butler Capital pourraient retirer leur billes

Comment ? Tout simplement au moyen d’une clause qui stipule qu’en cas de non obtention de ce marché, ils pourront se désister et se retirer du capital de la Société nationale.

Oui, vous avez bien entendu… Si la compétition qui fait rage à l’heure actuelle ne tournait pas à l’avantage de cette dernière, Véolia et Butler Capital pourraient retirer leur billes et décidé d’arrêter de jouer.

Autre détail qui a son importance : 800 salariés en Corse sont aujourd’hui directement employés par la Sncm et 2 500 autres emplois en dépendraient d’une manière ou d’une autre.
Quant on connaît la situation économique et celle de l’emploi sur l’Ile, peut-on imaginer que les élus locaux laissent couler la compagnie et ses salariés ? Poser la question c’est un peu y répondre…

On comprend l’urgence de la situation : pour la Sncm ce marché est purement et simplement une question de survie, une bouée de suavetage. En revanche, on a un peu plus de mal à saisir pourquoi l’Etat-actionnaire surnage aujourd’hui dans une "galère" qui prend eau de toutes parts…

(*) Corsica Ferries, CMN et Sncm

Lu 3720 fois
Notez


1.Posté par Milly le 23/10/2006 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il etait couru d'avance que la SNCM remporterait cet appel d'offre
c'etait meme tres probablement le deal avec les pouvoirs publics comme condition de reprise de ce boulet de SNCM , qui soit dit en passant , il aurait mieux valu la laisser deposer son bilan et reprendre le tout a zéro , mais encore une fois nos dirigeants et a commencer par notre superman de 1er ministre n'ont pas eu les C....... au bon endroit , en effet , le chantage des syndicats a la veille de la saison d'été a pesé tres lourd dans la balance et aurait mis a mal une saison d'été qui s'annoncait excellente , d'ou cette mauvaise décision et l'on peut s'interroger legitimement ( et je pense sincerement que la Corsica Ferries et la CMN s'interrogent )sur la sincerite des appels d'offres et de l'independance de l'etat et des collectivites locales

2.Posté par APMV le 10/11/2006 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
CE SONT ENCORE LES CONTRIBUABLES QUI VONT PAYER LES POTS CASSES ET LES MAGOUILLES DES POLITIQUES QUELS QU ILS SOIENT D UN BORD OU DE LAUTRE. A QUAND UNE LESSIVE QUI LAVE + BLANC QUE BLANC ?????


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure
















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
International
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com